Harcèlement/USA

06 décembre 2017 13:50; Act: 06.12.2017 14:21 Print

Ceux qui ont brisé le silence sacrés par le «Time»

Tous ceux et celles qui ont «brisé le silence» face au harcèlement sexuel, ont été désignés mercredi «Personnalité de l'année» 2017 par «Time magazine».

storybild

Le magazine «Time» met à l'honneur les premières femmes qui ont révélé l'affaire Weinstein et les milliers de personnes qui ont suivi via le hashtag #Metoo.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Toutes celles et ceux qui ont «brisé le silence» face au harcèlement sexuel, des premières femmes qui ont révélé l'affaire Weinstein aux milliers qui ont suivi via le hashtag #Metoo, ont été désignés mercredi «Personnalité de l'année» 2017 par Time magazine.

Le président américain Donald Trump arrive deuxième de ce prestigieux classement, devant son homologue chinois Xi Jinping, a annoncé le magazine.

Cette récompense reflète l'ampleur du mouvement qui a secoué les États-Unis et résonné dans le monde entier, avec #Balancetonporc en France ou #YoTambien en Espagne, depuis les premières accusations publiées par le New York Times et le New Yorker contre le jadis tout-puissant producteur de cinéma, Harvey Weinstein, début octobre.

Pas un jour ne passe depuis sans qu'une personnalité de premier plan ne soit accusée de harcèlement ou d'abus sexuels. Beaucoup ont été limogées ou suspendues. Les hommes de pouvoir des milieux du divertissement, des médias, de la culture et de la politique sont en première ligne, mais les victimes viennent de tous les secteurs, a souligné Time.

(L'essentiel/ AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Moralité le 07.12.2017 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    Briser le silence c'est ce qu'il fallait faire. Punir les coupables il faut aussi le faire. En revanche aucune compensation financière ne doit être accordée ni acceptée.

Les derniers commentaires

  • Moralité le 07.12.2017 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    Briser le silence c'est ce qu'il fallait faire. Punir les coupables il faut aussi le faire. En revanche aucune compensation financière ne doit être accordée ni acceptée.

    • knlxg le 07.12.2017 09:28 Report dénoncer ce commentaire

      Oui et non. Souvent ces coupables sont des hommes au pouvoir et très bien rémunérés alors il faut frapper où cela fait mal, cad dans leurs porte-feuilles. Rien n’empêche qu'une partie de cet argent soit reversé vers des organisations caritatives qui aident d'autres femmes qui ne sont pas en position de parler ou qui ont besoin d'aide.