Devant les tribunaux

20 octobre 2010 11:44; Act: 20.10.2010 12:10 Print

Surendetté, il attaque 14 sociétés de prêt

Un habitant de Meurthe-et-Moselle a assigné des organismes de crédits pour manquement, alors qu'ils avaient prêté plus de 207 000 euros à son ménage en trois ans.

storybild

Le plaignant reproche à 14 organisme de crédit d'avoir octroyé à son ménage quelque 207 000 euros en trois ans. (photo: AFP)

Une faute?

Le plaignant, âgé de 48 ans et père de quatre enfants, avait découvert après le suicide de son épouse, en août 2009, que celle-ci avait contracté 27 crédits, la plupart "revolving", auprès de 14 organismes, au nom du couple. "Le pire, c'est que parmi les 14, un seul et même organisme a accordé six prêts, pour un montant global de 45 000 euros en deux ans", a expliqué l'avocat, Me Franck Vouaux.

Le mari, absent 200 jours par an en raison de déplacements professionnels à l'étranger, ignorait l'existence de ces prêts, que sa femme contractait parfois en imitant sa signature, a par ailleurs indiqué Me Vouaux. Face à cette "véritable addiction de souscription compulsive", les organismes "n'ont pas procédé aux vérifications minimales de sincérité, alors que d'une part l'imitation de la signature était grossière, de l'autre la famille n'avait pas une capacité de remboursement suffisante, puisque le ménage ne gagnait que 2 300 euros par mois", estime l'avocat.

L'épouse s'était donnée la mort en août 2009 en laissant une lettre dans laquelle elle expliquait ne plus s'en sortir et craindre que sa famille ne lui pardonne pas de s'être autant endettée. Les mensualités de remboursement atteignent aujourd'hui 5.900 euros, selon Me Vouaux, alors qu'un dossier de surendettement a été déposé auprès de la Banque de France.

L'essentiel Online avec AFP

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • franck mathis le 20.10.2010 13:13 Report dénoncer ce commentaire

    les organismes de crédit sont responsables de sa mort, incroyable, ils devraient logiquemet être condamnés, à suivre...

  • Fair-play le 21.10.2010 09:16 Report dénoncer ce commentaire

    Comme avocat, je demanderais des indemnités de 1mio euro aux banques pour le préjudice moral des enfants, leur mère se suicidant à cause des dettes à rembourser. Le mari est tj responsable des dettes de sa femme, qu'il soit d'accord ou non. Enfin les frais volatiles de communication, de fêtes entre amies, de sorties restaurant et voyages ne peuvent être constatés quand on est absent.

  • NightBird le 22.10.2010 01:50 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudra prendre un crédit pour payer l'avocat !!

Les derniers commentaires

  • NightBird le 22.10.2010 01:50 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudra prendre un crédit pour payer l'avocat !!

  • Fair-play le 21.10.2010 09:16 Report dénoncer ce commentaire

    Comme avocat, je demanderais des indemnités de 1mio euro aux banques pour le préjudice moral des enfants, leur mère se suicidant à cause des dettes à rembourser. Le mari est tj responsable des dettes de sa femme, qu'il soit d'accord ou non. Enfin les frais volatiles de communication, de fêtes entre amies, de sorties restaurant et voyages ne peuvent être constatés quand on est absent.

  • Barbare le 20.10.2010 15:46 Report dénoncer ce commentaire

    à anticonformiste:L'assurance ne joue plus en cas de suicide à den jempi : Les banques doivent contrôler quand même si quelqu'un peut se permettre un crédit ou non, c'est déjà dans leur propre intérêt.

  • Jempi Metti le 20.10.2010 14:38 Report dénoncer ce commentaire

    Le mari aurait dù remarquer le train de vie assez élevé de son épouse, non?? Moi en tout cas je le ferais....

  • Anticonformiste le 20.10.2010 14:31 Report dénoncer ce commentaire

    Elle est normalement signée lors de la signature du contrat. Donc tous les prêts devraient être payés du fait même de la mort de la personne responsable. Et comme ce monsieur n'était pas au courant des agissements frauduleux de sa femme, il n'est pas responsable ni des crédits signés, ni (in)directement du remboursement de celles-ci.