UE/ Quotas de réfugiés

07 décembre 2017 11:45; Act: 07.12.2017 17:24 Print

Trois États membres renvoyés devant la justice

La République tchèque, la Hongrie et la Pologne ont été renvoyés devant la cour de justice de l'UE pour ne pas avoir rempli leurs obligations en matière d'accueil de réfugiés.

storybild

La Commission européenne, garante des traités, avait déjà lancé deux avertissements contre les trois pays.

  • par e-mail
Sur ce sujet

La Commission européenne a décidé jeudi de renvoyer devant la Cour de justice de l'UE la République tchèque, la Hongrie et la Pologne pour ne pas avoir rempli leurs obligations en matière d'accueil de réfugiés. Au plus fort de la crise des migrants, l'UE s'est dotée d'un programme temporaire de relocalisation d'urgence depuis l'Italie et la Grèce avec des quotas d'accueil par État membre. Elle reproche aux trois pays de ne pas avoir participé dans la mesure de leurs engagements.

«La Hongrie n'a pris aucune mesure depuis le début du programme de relocalisation et la Pologne n'a procédé à aucune relocalisation ni offert aucune place depuis décembre 2015. La République tchèque n'a procédé à aucune relocalisation depuis août 2016 ni offert aucune nouvelle place depuis plus d'un an», explique la Commission dans un communiqué.

La Pologne a promis 100 places mais aucun réfugié n'a été accueilli

L'exécutif européen, garant des traités, avait déjà lancé deux avertissements dans cette procédure d'infraction contre les trois pays. En l'absence de réponse satisfaisante de leur part, il a décidé de porter le dossier devant la justice européenne. La Hongrie et la Slovaquie avaient tenté de contester le mécanisme de quotas d'accueil de réfugiés devant cette même Cour de justice de l'UE, qui avait toutefois confirmé la légalité du dispositif.

Le dispositif est arrivé à expiration et les nouveaux arrivants ne sont plus éligibles. Il reste toutefois encore «des milliers de personnes éligibles à relocaliser», comme l'a rappelé le vice-président de la Commission Frans Timmermans lors d'une conférence de presse jeudi. Officiellement, selon des chiffres en date du 1er décembre, la République tchèque a promis d'accueillir 50 personnes, et en a effectivement reçu 12 en provenance de Grèce. La Pologne a promis 100 places mais aucun réfugié n'a été accueilli.

(L'essentiel/ AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pacificateur le 07.12.2017 12:38 Report dénoncer ce commentaire

    des pays au contraire intelligents qui ont comme idée, mieux vaut prévenir que guérir, ils n'ont pas à etre jugés

  • Yann le 07.12.2017 13:10 Report dénoncer ce commentaire

    Ces 3 pays ont raison.

  • Richard le 07.12.2017 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être ces pays regardent à la TV les bienfaisances de la vie « ensemble » et elles n’ont veulent pas.

Les derniers commentaires

  • Trauregtraureg le 08.12.2017 08:49 Report dénoncer ce commentaire

    Ces 3 pays veulent profiter de tous les avantages de cette union européenne mais ne veulent en aucun cas faire face à ces obligations. C'est vraiment trise de voir cela...

  • realite le 07.12.2017 17:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Alibaba vous croyez encore à ça ?!

  • AliBABA le 07.12.2017 15:15 Report dénoncer ce commentaire

    La migration est une richesse ; pourquoi les punir s’ils refusent de devenir riches? Gardons pour nous les ingénieurs, les docteurs, les scientifiques, les médecins, etc . On va voir qui va regretter dans une vingtaine d’années.

    • Blannenjang le 07.12.2017 21:38 Report dénoncer ce commentaire

      Hein ? On va regretter des choses oui c'est claire....

  • Richard le 07.12.2017 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être ces pays regardent à la TV les bienfaisances de la vie « ensemble » et elles n’ont veulent pas.

  • Samuel le 07.12.2017 14:45 Report dénoncer ce commentaire

    Certains veulent garder leur culture sans bénéficier de la richesse multiculturelle qui apporte cette migration. Les pauvres, apparemment ils n’ont pas compris la dimension de leur erreur et les conséquences sur leurs enfants...

    • Fanche le 07.12.2017 16:48 Report dénoncer ce commentaire

      Quelle richesse?

    • Toute ouïe le 07.12.2017 17:17 Report dénoncer ce commentaire

      Développez SVP