Aux États-Unis

10 août 2018 08:26; Act: 10.08.2018 13:20 Print

Un juge ordonne le retour de migrantes expulsées

Un magistrat exige du gouvernement de faire rebrousser chemin à un avion afin de ramener une demandeuse d'asile et son enfant, tout en menaçant le ministre de la Justice de poursuites.

storybild

Image d'illustration.

Sur ce sujet

Un juge de Washington a ordonné jeudi qu'un avion renvoyant chez elles une mère et sa fille ayant demandé l'asile aux États-Unis rebrousse chemin, et a menacé le ministre américain de la Justice de le poursuivre pour outrage à magistrat, a indiqué une ONG.

Les deux migrantes avaient porté plainte pour contester leur expulsion vers le Salvador, et une audience consacrée à leur requête s'est tenue jeudi, a expliqué l'ACLU, la puissante organisation de défense des droits civiques, qui a déposé la plainte en leur nom. Selon l'ONG, le juge avait bloqué leur expulsion en attendant d'examiner l'affaire.

Mais «alors que nous étions devant la cour, nous avons appris que le gouvernement avait expulsé une cliente et son jeune enfant à peine quelques heures auparavant, mettant leurs vies en danger», a affirmé l'ACLU dans une série de tweets. «Cela contredit l'engagement du gouvernement devant la cour selon lequel PERSONNE ne serait expulsé avant le lendemain au plus tôt».

«Le juge a ordonné au gouvernement de faire rebrousser chemin à l'avion et de ramener la mère demandeuse d'asile et son enfant aux États-Unis», a-t-elle ajouté. Et «il a dit que si le problème n'était pas résolu, il envisagerait des poursuites pour outrage à magistrat --visant pour commencer le ministre de la Justice», Jeff Sessions.

Cité par le Washington Post, le juge Emmet G. Sullivan a qualifié la décision du gouvernement de les expulser de «scandaleuse». «Que quelqu'un qui cherche à obtenir justice aux États-Unis soit expulsé pendant que ses avocats plaident en sa faveur? (...). Je ne suis pas du tout content. C'est inacceptable», a rétorqué le magistrat.

Selon un responsable du ministère de la Sécurité intérieure cité par la chaîne NBC News, l'avion n'a pas pu rebrousser chemin mais Carmen --un pseudonyme-- et sa fille mineure n'ont pas quitté l'avion à l'atterrissage et vont être ramenées aux États-Unis. La mère et sa fille font partie d'un groupe de migrants «fuyant les violences conjugales et la brutalité des gangs» en Amérique centrale, ayant déposé plainte mardi avec l'aide de l'ACLU et du Center for Gender and Refugee Studies pour éviter l'expulsion.

Selon l'ACLU, Carmen a fui le Salvador après «20 ans d'horribles violences sexuelles de la part de son mari et des menaces de mort émanant d'un gang». «Carmen a été violée de manière répétée, harcelée et menacée de mort par son mari, même lorsqu'ils vivaient séparément. En juin 2018, elle a fui avec sa fille, demandant l'asile aux États-Unis. Bien que des agents aient conclu que leur récit était véridique, on leur a au final dénié la protection de l'asile parce qu'elles n'avaient pas de peur crédible de persécution », a précisé l'organisation sur son site. En juin, M. Sessions avait annoncé que les États-Unis allaient durcir les procédures de demande d'asile afin de limiter le flux d'immigrants originaires d'Amérique centrale. «Les allégations de violences conjugales ou de violences de la part de gangs ne seront ainsi plus suffisantes pour déposer une requête aux postes-frontières», avait-il déclaré.

(L'essentiel/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • fabilux le 10.08.2018 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    c'est quand même affreux toutes ces misères!!

  • Bravo le 10.08.2018 18:29 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à ce juge courageux

  • ..!!.. le 10.08.2018 09:54 Report dénoncer ce commentaire

    Ca sent le roussi! De quel côté est l'armée?

Les derniers commentaires

  • Bravo le 10.08.2018 18:29 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à ce juge courageux

  • FullmétalJF le 10.08.2018 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    Aux USA comme en Europe, on dirait que les juges prennent de plus en plus de décisions opposées aux intérêts vitaux de leur pays dans les affaires touchant l'immigration illégale...

    • @FullmétalJF le 10.08.2018 16:45 Report dénoncer ce commentaire

      Pourquoi utilisez-vous le terme "intérêts vitaux du pays" ? La décision ne concerne pas des centaines ou des milliers de personnes mais sauve la vie d'au moins une personne.

  • Lénine Staline Poutine le 10.08.2018 10:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui ça sent le roussi c'est un complot de l'armement et de l'état profond des démocrates !

    • Pierre Brochant le 10.08.2018 15:27 Report dénoncer ce commentaire

      Je présume qu'au GdL, les résidents des asiles paychiatrique ont accès à internet.

  • ..!!.. le 10.08.2018 09:54 Report dénoncer ce commentaire

    Ca sent le roussi! De quel côté est l'armée?

  • fabilux le 10.08.2018 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    c'est quand même affreux toutes ces misères!!