Turquie/Syrie

08 octobre 2019 16:01; Act: 08.10.2019 19:15 Print

Ankara est prête à lancer une offensive en Syrie

Ankara affirme être prête à lancer une opération contre les milices kurdes, tandis que la position des États-Unis apparaît discordante.

storybild

Des forces de l'Armée syrienne libre, soutenues par la Turquie, défilent lors d'un entraînement militaire en prévision d'une incursion turque. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La Turquie a affirmé mardi être prête à lancer une nouvelle offensive en Syrie contre une milice kurde soutenue par Washington, malgré l'envoi de signaux contradictoires par Donald Trump. Ils alimentent la confusion sur la position américaine.

«Tous les préparatifs en vue d'une opération ont été achevés», a indiqué mardi, le ministère turc de la Défense, renforçant l'impression qu'une offensive d'Ankara contre les Unités de protection du peuple (YPG) était imminente.

La tension dans le nord-est de la Syrie, vive depuis plusieurs mois, est encore montée d'un cran après l'annonce par la Maison-Blanche, dimanche soir, que les militaires américains stationnés dans la zone seraient retirés en vue d'une opération turque. Mais, accusé, jusque dans son propre camp, de lâcher des alliés des États-Unis, le président Trump a réorienté lundi son discours en affirmant qu'il «anéantirait complètement l'économie de la Turquie» si celle-ci «dépassait les bornes».

Balayant ces avertissements, le vice-président turc, Fuat Oktay, a déclaré mardi que la Turquie n'était «pas un pays qui agit en fonction des menaces». «Lorsqu'il s'agit de sa sécurité (...), la Turquie trace sa propre voie», a-t-il ajouté. D'après le quotidien turc Hürriyet, une opération pourrait débuter dans les prochains jours, l'état-major turc attendant que le retrait des forces américaines présentes dans cette zone soit achevé.

Zone tampon

La Turquie envisage dans un premier temps de prendre le contrôle d'une bande de territoire longue de 120 km et profonde d'une trentaine de km allant des villes de Tal Abyad à Ras al-Aïn, selon Hürriyet. Lundi soir, l'armée turque a dépêché des renforts, notamment des chars, en plusieurs points de sa frontière avec la Syrie.

À terme, Ankara entend créer une «zone de sécurité», sorte de tampon de 30 km de profondeur s'étirant de l'Euphrate à la frontière irakienne, soit 480 km. Cette zone a pour vocation, selon Ankara, d'accueillir une partie des 3,6 millions de Syriens réfugiés en Turquie et de séparer la frontière turque des territoires conquis par les YPG en plein chaos syrien.

«Terroristes»

Car si les pays occidentaux sont reconnaissants envers les YPG pour leur rôle de premier plan dans la défaite militaire du groupe État islamique (EI) en Syrie, Ankara les considère comme des «terroristes» en raison de leurs liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui mène une guérilla en Turquie.

En août, la Turquie et les États-Unis, deux alliés au sein de l'OTAN, s'étaient mis d'accord pour créer ensemble cette «zone de sécurité». Mais Ankara n'avait eu de cesse depuis de dénoncer des retards, menaçant de passer unilatéralement à l'action.

Inquiétude de la communauté internationale

Reste que cette confusion inquiète le reste de la communauté internationale, l'ONU indiquant lundi se «préparer au pire» en cas de nouvelle crise humanitaire en Syrie, où le conflit a fait depuis 2011 des millions de déplacés et a coûté la vie à plus de 370 000 personnes.

«Nous sommes en train de quitter la Syrie, mais nous n'avons absolument pas abandonné les Kurdes qui sont des gens formidables et de merveilleux combattants», a-t-il renchéri mardi dans un tweet. «Nous aidons les Kurdes financièrement (et en leur fournissant des) armes». Mais il a aussi souligné que la Turquie était un «partenaire commercial important» des Etats-Unis et annoncé qu'il accueillerait M. Erdogan à Washington le 13 novembre.

Accusé de «détruire la confiance»

Un autre sujet d'inquiétude en cas d'offensive turque concerne le sort des jihadistes, notamment européens, prisonniers des forces kurdes. Ces dernières ont accusé Washington de «détruire la confiance», et averti qu'une opération turque entraînerait un retour de l'EI.

Téhéran, acteur majeur du conflit syrien et soutien du régime de Damas, a aussi dit son opposition, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif appelant au «respect de l'intégrité territoriale», lors d'un entretien avec son homologue turc, lundi soir.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pffff le 08.10.2019 18:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais ils vont vraiment finir tous par nous mettre en guerre

  • Réaliste le 08.10.2019 19:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Turquie veut créer une zone tampon:) non, Ankara veut récupérer ce territoire de la Syrie tout court. En tout cas l’offensive éventuelle de la Turquie engendra encore plus d’instabilité dans la région.

Les derniers commentaires

  • Réaliste le 08.10.2019 19:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Turquie veut créer une zone tampon:) non, Ankara veut récupérer ce territoire de la Syrie tout court. En tout cas l’offensive éventuelle de la Turquie engendra encore plus d’instabilité dans la région.

  • pffff le 08.10.2019 18:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais ils vont vraiment finir tous par nous mettre en guerre