En Indonésie

10 octobre 2019 22:45; Act: 11.10.2019 10:57 Print

Attaque jihadiste contre un ministre indonésien

Le ministre indonésien à la Sécurité, Wiranto, a été grièvement blessé, jeudi, par deux attaquants liés au groupe État islamique (EI).

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministre indonésien à la Sécurité, Wiranto, a été grièvement blessé, jeudi, par deux attaquants liés au groupe État islamique (EI), selon les autorités, dans un assaut sans précédent contre l'un des hommes les plus puissants du pays.

L'ex-général de 72 ans a été attaqué par un homme armé d'un couteau qui lui a infligé deux graves blessures à l'abdomen, et par une femme, après une visite dans une université à Pandeglang, à l'ouest de l'île de Java.

Intervention chirurgicale

«Nous avons été capables de déterminer que les attaquants sont des membres de l'organisation Jamaah Ansharut Daulah (JAD)», liée au groupe État islamique (EI), a indiqué à des journalistes le chef des services de renseignements, Budi Gunawan. «Ces groupes essayent de provoquer une déstabilisation», a-t-il accusé.

Les auteurs de l'attaque ont été identifiés comme Syahril Alamsyah, un homme de 31 ans et Fitri Andriana, une femme de 21 ans, qui forment un couple marié selon les médias locaux. Wiranto, qui comme de nombreux Indonésiens n'a qu'un nom, a été transféré dans un hôpital militaire de Jakarta par hélicoptère. L'intervention chirurgicale qu'il a subie s'est bien déroulée, a déclaré le secrétaire du cabinet, Pramono Anung, à la presse à l'hôpital militaire Gatot Subroto, précisant qu'il venait de voir le ministre et qu'il était en salle de soins intensifs.

Trois blessés

Auparavant, le président Joko Widodo, avait demandé aux Indonésiens leur aide «pour lutter ensemble contre le radicalisme et le terrorisme». Cette attaque intervient une semaine avant la cérémonie d'investiture du président indonésien réélu en avril, pour un second mandat à la tête du plus grand pays musulman du monde.

Trois autres personnes, un chef de la police locale et deux aides, ont été blessés dans l'attaque mais moins grièvement. Selon Madrohim, un témoin de l'attaque, la jeune femme impliquée dans l'attaque était couverte d'un niqab sombre couvrant son visage.

Précipités sur le sol

«Quand la voiture (de Wiranto) s'est arrêtée, il y avait des gens qui formaient un cercle, qui le protégeaient». «Mais un homme s'est faufilé dans le cercle et à frappé Wiranto avec un couteau. La femme a aussi essayé. Il a été arrêté et la femme s'est battue avec la police», a raconté ce témoin à un journaliste de l'AFP.

Les attaquants ont été précipités sur le sol par des policiers après l'attaque, selon des images diffusés par les chaînes de télévision. Puis ils ont été arrêtés et interrogés. La police avait indiqué en mai dernier que Wiranto et trois autres hauts responsables avaient été la cible d'un complot en vue d'un assassinat, alors que des émeutes meurtrières secouaient la capitale Jakarta, après l'annonce de la réélection de Joko Widodo.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 11.10.2019 00:07 Report dénoncer ce commentaire

    Chez nous aussi en URSS/Russie il y avait des attaques mais grâce à notre bien aimé Vladimir Vladimirovitch notre pays vit dans la paix et la sécurité, merci à lui.

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 11.10.2019 00:07 Report dénoncer ce commentaire

    Chez nous aussi en URSS/Russie il y avait des attaques mais grâce à notre bien aimé Vladimir Vladimirovitch notre pays vit dans la paix et la sécurité, merci à lui.