Attentats de 2015

29 juillet 2019 15:39; Act: 29.07.2019 16:00 Print

Attentats: un Bosnien remis à la Belgique

BERLIN - L'Allemagne a remis lundi aux autorités belges un Bosnien soupçonné d'être lié aux attentats de Paris de novembre 2015 et arrêté fin juin.

storybild

Un Bosnien lié aux attentats de 2015 à Paris remis à la Belgique

Une faute?

"Il a été remis (...) dans la matinée" aux autorités belges, a indiqué le porte-parole à l'AFP, ajoutant que cet homme de 39 ans interpellé en juin est suspecté d'avoir fourni des armes aux assaillants de la salle de concert du Bataclan le 13 novembre 2015. Le suspect faisait l'objet d'un mandat d'arrêt des autorités belges "pour son soutien présumé à une organisation terroriste en lien avec les attaques terroristes qui ont notamment visé la salle de concert du Bataclan" à Paris, selon les autorités allemandes.

L'individu de 39 ans, dont l'identité n'a pas été révélée, avait été placé en détention en vue d'une remise à la Belgique, après son arrestation dans la nuit du 19 au 20 juin. Les policiers avaient trouvé sa piste après l'arrestation en février, à Dresde, de deux autres ressortissants bosniens dans une affaire de trafic de grenades. Le 13 novembre 2015, trois commandos composés de neuf jihadistes du groupe État islamique (EI) avaient tué 130 personnes et blessé plus de 350 autres.

Les attaques avaient eu lieu dans la salle de concert parisienne du Bataclan (90 morts), sur les terrasses de plusieurs bars et restaurants (39 morts) et près du Stade de France (un mort). L'enquête a mis au jour une cellule jihadiste ayant des ramifications à travers l'Europe, essentiellement en Belgique. Elle avait aussi frappé à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles le 22 mars 2016, y faisant 32 morts. Dans l'enquête sur le 13 novembre, une quinzaine de suspects sont déjà visés par la justice en France, où devrait se dérouler le procès après le bouclage des investigations attendu d'ici à un an.

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.