À New Delhi

08 décembre 2019 11:16; Act: 09.12.2019 15:14 Print

Au moins 43 morts dans l'incendie d'une usine

L'incendie s'est déclenché aux premières heures de la matinée dans un vieux quartier de la capitale New Delhi.

Sur ce sujet
Une faute?

Au moins 43 personnes sont décédées dimanche dans l'incendie d'une usine à New Delhi qui servait aussi de dortoir pour des ouvriers, selon un bilan provisoire qui pourrait encore s'alourdir. L'incendie s'est déclenché aux premières heures de la matinée dans un quartier ancien de la capitale indienne.

Outre le bilan de 43 morts, au moins 16 personnes ont été hospitalisées, selon Monika Bhardwaj, adjointe au commissaire de police en charge du quartier nord de New Delhi. Les victimes sont des «ouvriers qui dormaient à l'intérieur de ce bâtiment comprenant quatre ou cinq étages», a indiqué à l'AFP Sunil Choudhary, chef adjoint des pompiers de New Delhi.

50 personnes sauvées

Au moins 50 personnes ont été sauvées par les services de secours, a-t-il précisé. Les pompiers ont expliqué que les conditions d'accès au Bazar Sadar, un important marché de gros faiblement éclairé de la capitale, étaient très difficiles.

Le bâtiment ravagé par les flammes était plein de cartables d'écoliers et de matériel d'emballage, ont indiqué les services de lutte contre les incendies qui ont affirmé ne pas connaître les causes de ce feu. Des chaînes de télévision ont diffusé des images de pompiers transportant les résidents hors des ruelles étroites jusqu'aux véhicules d'urgence garés à proximité.

Asphyxie

«Les pompiers ont terminé les opérations de sauvetage. Il n'y a pas d'autres victimes sur place. Nous ne savons pas encore si les causes de cet incendie ont été aggravées par la présence de sacs d'emballage en plastique, de sacs et d'autres matériaux de ce type», a précisé Mme Bhardwaj.

«La plupart des personnes décédées dormaient au moment où l'incendie s'est déclenché et sont décédées d'asphyxie», a-t-elle expliqué. Dans nombre de grandes villes indiennes, les usines et petites unités de fabrication sont situées dans des quartiers anciens et exigus, où le prix de l'immobilier est moins élevé. La nuit, ces bâtiments servent souvent de dortoirs pour les travailleurs pauvres, pour la plupart des migrants, qui parviennent ainsi à économiser de l'argent en dormant sur leur lieu de travail.

Un manque de planification et des manquements dans l'application des règlements de construction et de sécurité entraînent souvent de tels accidents mortels. Cet incendie «est particulièrement atroce. Mes pensées vont à ceux qui ont perdu des êtres chers», a déclaré le Premier ministre Narendra Modi sur Twitter. «Souhaitant un prompt rétablissement aux blessés. Les autorités apportent toute l'aide possible sur les lieux de la tragédie», a-t-il ajouté.

Arvind Kejriwal, chef de l'exécutif local, a qualifié ce drame de «très très tragique nouvelle».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.