En Afghanistan

05 septembre 2019 11:55; Act: 05.09.2019 12:13 Print

Au moins cinq tués dans une voiture piégée

Au moins cinq personnes ont été tuées et 25 autres blessées dans l'explosion, jeudi matin, au centre de Kaboul, d'une voiture piégée, attentat qui a été revendiqué par les talibans.

Sur ce sujet
Une faute?

L'explosion, qui a provoqué une épaisse colonne de fumée blanche, a eu lieu vers 10h10 dans le quartier très protégé de Shash-Darak, proche de la Zone verte (périmètre ultraprotégé où sont situées plusieurs ambassades) et qui abrite notamment le siège du NDS, les services secrets afghans.

Le lieu est proche de celui où un attentat revendiqué par le groupe jihadiste État islamique avait coûté la vie à 9 journalistes dont le photographe de l'AFP, Shah Marai, en avril 2018.

«Nous confirmons une explosion dans le quartier de Shash-Darak», a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi, en précisant qu'elle avait été provoquée par une voiture piégée.

«Notre hôpital a reçu cinq corps et 25 blessés en provenance du site de l'attaque», a indiqué à l'AFP le directeur de l'hôpital, Wazir Akbar Khan, Farid Ahmad Karimi. «Il y a des civils et des personnels de sécurité parmi les morts et les blessés, dont cinq femmes blessées», a-t-il précisé.

Les talibans revendiquent l'attentat

Les talibans ont revendiqué l'attentat, a indiqué leur porte-parole Zabihullah Mujahid sur Twitter, affirmant qu'il visait «un convoi d'envahisseurs étrangers» et avait tué «douze envahisseurs et huit membres du NDS».

La capitale afghane avait déjà été le théâtre lundi d'un attentat qui a fait seize morts, lui aussi revendiqué par les talibans. Les insurgés négocient depuis des mois avec les États-Unis un accord en vue de mettre fin à un conflit vieux de 18 ans.

«Couvert de sang»

L'explosion de jeudi a eu lieu près d'un poste de contrôle, a indiqué à l'AFP une source de sécurité afghane. Le propriétaire d'un studio photo proche du lieu de l'explosion a dit à l'AFP par téléphone «avoir vu au moins cinq personnes grièvement blessées, l'une était couverte de sang et ne bougeait pas».

«J'étais dans ma boutique avec deux clients, dont un étranger. Quand l'explosion est survenue je suis tombé de ma chaise et tout est devenu sombre à cause de la fumée et de la poussière», a-t-il dit.

«Je suis sorti juste après l’attaque, le bord de la route était couvert de débris et de corps. Je pouvais entendre des gens blessés crier, appelant leur mère et leurs proches», a-t-il ajouté.

Les attaques de lundi et jeudi interviennent alors que l'envoyé spécial américain Zalmay Khalilzad se trouvait en début de semaine dans la capitale afghane.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.