Aux États-Unis

21 septembre 2019 20:59; Act: 21.09.2019 21:16 Print

Biden et Trump relancent les hostilités

Une ténébreuse affaire a été dévoilée par un lanceur d'alerte sur les relations des deux hommes avec l'Ukraine.

storybild

Joe Biden était vice-président de Barack Obama. (photo: AFP/Chip Somodevilla)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président républicain Donald Trump est au cœur d'une nouvelle polémique, des médias américains l'accusant d'avoir encouragé le président ukrainien Volodymyr Zelensky à enquêter sur le fils de Joe Biden, le favori démocrate pour la présidentielle américaine. Ces accusations sont issues de révélations d'un lanceur d'alerte membre des services de renseignement américains.

«Tout ceci apparaît comme un énorme abus de pouvoir», a déclaré à la presse M. Biden, qui faisait campagne à Des Moines, dans l'Iowa (centre).« Je sais à qui j'ai affaire» a-t-il assuré, paraissant avoir du mal à contenir sa colère. «Il abuse de son pouvoir tant qu'il peut et dès qu'il sent son pouvoir menacé, il ne recule devant rien». «Mais là, il dépasse les bornes», a conclu l'ancien vice-président américain, qui avait qualifié la veille les faits présumés de «corruption patente» et exigé «au minimum» que Donald Trump «publie immédiatement la retranscription de l'appel en question, afin que le peuple américain puisse juger par lui-même».

«Je n'ai jamais parlé avec mon fils de ses activités»

De son côté, M. Trump a accusé dans une série de tweets son rival démocrate d'avoir exigé, quand il était vice-président, le renvoi d'un procureur ukrainien «qui enquêtait sur les activités de son fils». Hunter Biden, le deuxième fils de l'ancien sénateur, a travaillé pour un groupe gazier ukrainien à partir de 2014, lorsque son père était vice-président de Barack Obama. «Je n'ai jamais parlé avec mon fils de ses activités professionnelles à l'étranger», a assuré samedi M. Biden, questionné sur les accusations de Donald Trump. «Tout le monde a enquêté sur cette affaire et tout le monde dit qu'il n'y a rien dans cette histoire».

Donald Trump a publié samedi sur Twitter un montage vidéo des reportages sur cette affaire lorsqu'elle avait été évoquée dans les médias en 2015. On y voit Joe Biden confirmer être intervenu pour demander le renvoi de ce procureur, mais assurant que cela n'avait rien à voir avec son fils. Accusant les médias et les démocrates de chercher à éviter de parler de cette affaire, le milliardaire américain affirme qu'ils «ont donc fabriqué de toutes pièces une histoire sur moi et une conversation de routine parfaitement normale avec le président ukrainien».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.