Algérie

18 septembre 2021 22:05; Act: 19.09.2021 13:38 Print

«Bouteflika n'a absolument rien fait pour le pays»

L'ancien président Abdelaziz Bouteflika, s'est éteint à l'âge de 84 ans, un décès qui a suscité samedi des réactions embarrassées des autorités et mitigées de la rue.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

Omniprésent durant deux décennies mais quasi invisible depuis un accident vasculaire cérébral en 2013, Abdelaziz Bouteflika, qui détient un record de longévité au pouvoir (1999-2019), est décédé vendredi dans sa résidence à Alger. Il n'avait donné aucun signe de vie depuis que les manifestations du mouvement pro-démocratie Hirak et l'armée l'avaient contraint à la démission le 2 avril 2019.

La présidence s'est contentée dans un premier temps d'un communiqué laconique annonçant son décès, «à son lieu de résidence à 22H00» locales. Et il lui a fallu plusieurs heures pour qu'elle réagisse et décrète la mise en berne du drapeau national «pendant trois jours». Une décision prise par le président Abdelmadjid Tebboune, après «le décès de l'ancien président, le moudjahid (combattant de l'indépendance, NDLR) Abdelaziz Bouteflika», selon un communiqué présidentiel.

Le défunt sera inhumé dimanche au grand cimetière d'El Alia, à l'est d'Alger, après la prière de midi (après 13h00 locales, 12H00 GMT), a annoncé en soirée la télévision d'État. Elle n'a évoqué que brièvement dans son journal télévisé les principales étapes du parcours politique de près de 60 ans de l'ex-président. C'est à El-Alia que reposent tous ses prédécesseurs, aux côtés des grandes figures et martyrs de la guerre d'indépendance (1954-1962).

Selon des témoins, des préparatifs pour les obsèques sont en cours aux alentours du Palais du Peuple, bâtiment d'apparat du centre d'Alger, pour accueillir la dépouille de l'ex-président, avant son enterrement. Le frère d'Abdelaziz Bouteflika, Saïd, actuellement en prison, a été autorisé à assister aux obsèques de M. Bouteflika, a déclaré son avocat, Me Salim Hadjouti, au site d'informations en arabe SabqPress.

Signe de l'embarras des autorités, les médias officiels n'ont évoqué que par des brèves le décès de l'ancien président, sans lui consacrer d'émissions spéciales, contrairement à ses prédécesseurs. Les radios ont continué de diffuser de la musique et du divertissement. Les atermoiements autour de l'organisation des obsèques illustrent aussi, selon des observateurs, des craintes de manifestations hostiles.

Pour le politologue Mansour Kedidir, «à plus d'un titre, Abdelaziz Bouteflika, chef de la diplomatie pendant 14 ans, président pendant 20 ans, a marqué l'histoire du pays depuis l'indépendance nationale». Décrivant un personnage «exubérant et fougueux», «excellant dans le verbe», il a estimé qu'«à l'instar des anciens présidents décédés, il mérite du respect et un certain égard».

Dans la rue, les Algériens sont eux partagés sur son héritage. «Il ne mérite aucun hommage car il n'a absolument rien fait pour le pays», affirme un marchand de fruits et légumes à El Achour, sur les hauteurs de la capitale.

Pour Malek, un employé des télécommunications, «l'ex-président a été incapable de réformer le pays en dépit de son long règne». «Il a eu droit à une vie dorée, y compris depuis qu'il a été évincé du pouvoir. Mais force est de constater que son héritage n'est pas des plus reluisants», abonde Mohamed, un menuisier de 46 ans.

Depuis sa démission en avril 2019, celui que les Algériens appelaient familièrement «Boutef» s'était enfermé dans sa résidence médicalisée de Zeralda à Alger, où il a continué à jouir de tous les privilèges, selon des médias. Au contraire, d'autres Algériens interrogés trouvent que le pays s'est amélioré durant sa présidence, mettant à son crédit par exemple le processus de réconciliation après la décennie noire de guerre civile de 1992 à 2002 (200 000 morts).

«Il était reçu dans n'importe quel pays du monde», ajoute Amer, 46 ans, plongeur dans un restaurant, en référence à son passé d'ancien chef de la diplomatie des présidents Ahmed Ben Bella et de Houari Boumedienne. Mustapha, un lycéen de 19 ans, qui n'a connu que lui comme président, estime qu'il «a apporté du positif».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mic le 19.09.2021 11:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est le principe même d’une démocratie …. En votant c’est un peu le peuple qui décide me semble t il non ? Même si quelque part je vous rejoins lol nous sommes quand même pris souvent pour des imbéciles ! Beaucoup de promesses et peu d’actes une fois au pouvoir ! Mais la France tout au moins est difficile à gouverner …. Notre côté Gaulois nous ferait il défaut de temps à autre lol ?

  • @ Paul le 19.09.2021 10:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De quoi parlez-vous??? Je ne vois pas le rapport

  • moi le 18.09.2021 23:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    toutes mes condoléances a la famille bouteffika .que le dieu l acceptedans son eden

Les derniers commentaires

  • lion le 19.09.2021 13:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il a fait ce qu’il a pu

  • moussdiouf le 19.09.2021 12:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    a quelques details que ce sont les generaux qui dominent

  • lea le 19.09.2021 12:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avis à josé bové . Vous ne savez même pas de quoi vous parlez . Vous reprenez les médias. Il a eu le mérite de faire cessez la décennie sanglante et bien d’autres choses.

  • Mic le 19.09.2021 11:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est le principe même d’une démocratie …. En votant c’est un peu le peuple qui décide me semble t il non ? Même si quelque part je vous rejoins lol nous sommes quand même pris souvent pour des imbéciles ! Beaucoup de promesses et peu d’actes une fois au pouvoir ! Mais la France tout au moins est difficile à gouverner …. Notre côté Gaulois nous ferait il défaut de temps à autre lol ?

  • josé bové le 19.09.2021 11:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et Macron n’hésitera pas à s’incliner sur son cercueil….. alors que ce dictateur a largement contribué à la menace terroriste que l’on subit en Europe et en Afrique , à la corruption dans son pays. Il a craché sur la France ouvertement des qu’il le pouvait alors qu’il venait s’y faire soigner. Les ressortissants algérien vivant en France et les « français » se sentant algérien vont en profiter pour casser, brûler….