Au Royaume-Uni

09 décembre 2019 07:31; Act: 09.12.2019 15:59 Print

Brexit ou nouveau référendum? Réponse jeudi

Avec leur vote du 12 décembre, aux élections législatives anticipées, les Britanniques vont décider à nouveau de l'avenir de leurs relations avec l'Union européenne.

storybild

Les Britanniques vont décider à nouveau de l'avenir de leurs relations avec l'Union européenne. (photo: AFP/ben Stansall)

Sur ce sujet
Une faute?

Voici les différents scénarios.

Boris Johnson gagne

Le Premier ministre europhobe Boris Johnson a convoqué ce scrutin après avoir perdu sa majorité au Parlement, à la suite de désaccords avec son petit allié nord-irlandais du DUP et au sein de son propre Parti conservateur sur la forme que doit prendre le Brexit, voté en juin 2016 par 52% des Britanniques.

Les sondages lui accordent un nombre suffisant de députés pour faire passer au Parlement l'accord de divorce qu'il a négocié avec Bruxelles et mettre en oeuvre le Brexit à la date prévue du 31 janvier. Mais la saga ne s'arrêtera pas là: rien ne changera dans l'immédiat, en raison de la période de transition prévue par l'accord de divorce pour atténuer le choc de la sortie de l'UE. Et Londres aura jusqu'au 31 décembre 2020 pour négocier la future relation avec le club européen.

Ce délai semble d'ores et déjà quasi impossible à tenir, ce type de négociation prenant généralement des années, et les experts parient déjà sur une prolongation de la transition.

Gouvernement minoritaire

Le principal parti d'opposition, les travaillistes du Labour, est à la peine dans les sondages et nul ne lui prédit une victoire écrasante. Mais il pourrait en revanche engranger assez de voix pour empêcher une majorité conservatrice.

Le chef du parti Jeremy Corbyn, très marqué à gauche, entrerait alors en compétition avec Boris Johnson pour former un nouveau gouvernement, qui aurait forcément besoin de l'appui d'un des plus petits partis. La prédécesseure de Johnson, Theresa May, avait dû faire alliance avec le parti unioniste nord-irlandais DUP en 2017 pour s'assurer une majorité. Mais cette fois, le DUP est vent debout contre l'accord de Brexit conclu par Boris Johnson, qui confère à l'Irlande du Nord un statut différent de celui du reste du pays.

Le Labour a lui indiqué qu'il essaierait de gouverner seul mais les indépendantistes écossais du Parti national écossais (SNP) se sont dit prêts à soutenir un gouvernement Corbyn à condition qu'il autorise un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Écosse, après celui perdu en 2014.

Second référendum

Le Labour a promis de renégocier l'accord de divorce de Boris Johnson et de soumettre le résultat à un référendum dans les six mois suivant son arrivée au pouvoir.

Jeremy Corbyn a assuré qu'il resterait neutre mais d'autres membres de la direction travailliste ont dit qu'ils feraient campagne pour rester dans l'UE. Le SNP, le petit parti des Libéraux-démocrates et les nationalistes gallois de Plaid Cymru sont anti-Brexit. Les sondages montrent que les Britanniques restent tout aussi divisés sur le sujet, avec toutefois une inflexion en faveur du «Remain».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rigoberta Menchu le 09.12.2019 09:29 Report dénoncer ce commentaire

    mais mais on nous avait dit que les Britanniques regrettaient le résultat du referendum et allaient voter "mieux" dans un prochain referendum.

  • my two cents le 09.12.2019 09:35 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense que le scénario le plus probable à ce jour est une victoire des Tories avec à la clé le vote de l'accord Johnson et une "sortie" (période de transition) le 31.01.2020. Par contre ensuite ce sera un "never ending Brexit" car la négociation de la future relation avec l'UE risque d'être trrrrèèèèès compliquée vu que les brexiters ont promis des traités commerciaux avec des pays tiers, mais ne peuvent pas se priver de l'accès au marché unique. Il y a là une incompatibilité qui sera difficilement contournée.

  • Soleil le 09.12.2019 14:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @my 2 cents ça vaut pas plus votre analyse, personne ne sort sans accord comme on divorce avec un jugement. Y aura pas plus de sortie le 31/01 qu’il n’y en a eu le 31/10 car il faut un accord

Les derniers commentaires

  • WhaleWhisperer le 09.12.2019 18:44 Report dénoncer ce commentaire

    Boris Johnson devra officiellement démissionner à un certain moment après les élections pour que des négociations de coalition puissent commencer en fonction du résultat de vote. Et si la Reine annulait le Brexit dans la période de quelques minutes où la GB n'aura pas de Premier Ministre. 1. Boris démissionne. 2. la Reine accepte sa démission. 3. la Reine envoit une lettre d'annulation du BREXIT selon article 50, avec sa signature royale. 4. la Reine charge Boris de continuer à faire l'intérim pour les affaires courantes, en attendant une nouvelle coalition et un Premier Ministre.

    • Yan Hamar le 10.12.2019 00:44 Report dénoncer ce commentaire

      La reine a l'obligation de suivre son premier ministre et n' a pas pouvoir d'initiative comme d'envoyer une quelconque lettre d'annulation au détriment de la volonté du peuple. Elle est et reste la reine d'une démocratie

  • Soleil le 09.12.2019 14:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @my 2 cents ça vaut pas plus votre analyse, personne ne sort sans accord comme on divorce avec un jugement. Y aura pas plus de sortie le 31/01 qu’il n’y en a eu le 31/10 car il faut un accord

  • Sauron Dulux le 09.12.2019 13:34 Report dénoncer ce commentaire

    La question du Brexit est devenue secondaire. Ce qui est vraiment intéressant c'est le démantellement prochain de la Grande Bretagne (Indépendance de l'Ecosse, la réunification de l'Irlande, l' annexion de l'Angleterre à l'Aquitaine et du Pays de Galles au Grand Duché).

    • WhaleWhisperer le 11.12.2019 18:31 Report dénoncer ce commentaire

      @Sauron, mon prognostic est légèrement différent. Après avoir claqué la porte de l'UE, la Grande-Bretagne va à défaut d'autres alternatives économiquement viables, faire une demande à Washington, pour devenir la 1re monarchie du 21e siècle à devenir un Etat membre des USA. (au début du 20e siècle Hawai aussi monarchie).Quant à l'Ecosse et l'Irlande du Nord, ils vont peut-être se séparer de la GB et essayer de rentrer dans l'UE à nouveau.

  • Triste réalité le 09.12.2019 12:52 Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon, et peu importe l'issue, l'Europe a prouvé qu'elle est en "état de mort cérébrale", incapable de négocier une crise comme avec l'Ukraine, incapable de gérer un Brexit ou une guerre économique avec les USA et la Chine, notre avis compte peu voire pas du tout, notre influence est nulle voire non avenue, le populisme grimpe aussi vite que nos océans et nos rares coups de gueule pris pour des coups de poings dans l'eau. J'aime les anglais, mais franchement, ils ne sont pas et n'ont jamais été européens dans l’âme! Dur à dire, mais on sera mieux sans eux.

    • Jerome :!?! le 09.12.2019 14:00 Report dénoncer ce commentaire

      Vous mélangez un peu tout les sujets, sans développer quoi que ce soit. Pour info : le chaos du Brexit vient de la GB et pas de l'UE. Cela fait plus de 1 année que l'UE à négocié un contrat mais où les Britanniques n'arrivent pas à se mettre d'accord. L'histoire de l'Ukraine n'a rien à voir avec l'UE et on ne va certainement pas déclencher une guerre mondiale contre la Russie pour un territoire qui ne fait ni partie de l'UE, ni de l'OTAN. (et les Américains ne s'y intéressent pas non plus d'ailleurs).

  • my two cents le 09.12.2019 09:35 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense que le scénario le plus probable à ce jour est une victoire des Tories avec à la clé le vote de l'accord Johnson et une "sortie" (période de transition) le 31.01.2020. Par contre ensuite ce sera un "never ending Brexit" car la négociation de la future relation avec l'UE risque d'être trrrrèèèèès compliquée vu que les brexiters ont promis des traités commerciaux avec des pays tiers, mais ne peuvent pas se priver de l'accès au marché unique. Il y a là une incompatibilité qui sera difficilement contournée.