Décision de justice

09 janvier 2020 11:30; Act: 09.01.2020 12:36 Print

Carlos Ghosn n'a pas le droit de quitter le Liban

La justice libanaise a interdit jeudi au magnat de l'automobile déchu, Carlos Ghosn, de quitter le pays, après un interrogatoire par le parquet général.

storybild

«Le parquet général a adopté une décision interdisant à Carlos Ghosn de voyager et a demandé son dossier» judiciaire auprès du Japon. (photo: AFP/Joseph eid)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice libanaise a interdit jeudi au magnat de l'automobile déchu, Carlos Ghosn, de quitter le pays, après un interrogatoire par le parquet général au sujet d'une demande d'arrestation d'Interpol, ont indiqué à l'AFP, des sources judiciaires. «Le parquet général a adopté une décision interdisant à Carlos Ghosn de voyager et a demandé son dossier» judiciaire auprès du Japon, a précisé une source, alors que l'ancien PDG de Renault-Nissan a fui des accusations de malversations financières.

Le Liban, qui a indiqué ne pas avoir d'accord d'extradition avec le Japon, avait annoncé la semaine dernière, avoir reçu une demande d'arrestation d'Interpol concernant l'homme d'affaires de 65 ans. M. Ghosn, détenteur des nationalités française, libanaise et brésilienne, fait l'objet de quatre inculpations au Japon: deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (qui est aussi poursuivi sur ce volet), et deux autres pour abus de confiance aggravé.

Jugé au Liban?

Une deuxième source judiciaire a indiqué à l'AFP que M. Ghosn «restera interdit de voyage jusqu'à réception de son dossier judiciaire du Japon». «En fonction du contenu du dossier, s'il est avéré que les crimes dont il est accusé au Japon imposent des poursuites judiciaires au Liban, il sera jugé», a précisé cette source.

«Si aucune poursuite judiciaire ne s'impose en vertu de la législation libanaise, il sera alors libre», a ajouté la source. M. Ghosn a aussi entendu par le parquet au sujet d'un rapport soumis à la justice libanaise par des avocats libanais, portant sur une visite effectuée en Israël. Pays voisins, le Liban et Israël sont techniquement en état de guerre, et Beyrouth interdit à ses ressortissants de se rendre en Israël ou d'avoir des contacts dans l'État hébreu.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Passeport le 09.01.2020 13:01 Report dénoncer ce commentaire

    M. Ghosn restera interdit de voyage jusqu'à réception de son dossier judiciaire du Japon, s'il est avéré que les crimes dont il est accusé au Japon imposent des poursuites judiciaires au Liban, il sera jugé et si aucune poursuite judiciaire ne s'impose en vertu de la législation libanaise, il sera alors libre: bref, il sera libre et aura (enfin) accès à tout son dossier. Il a tout gagné.

  • bonsens le 09.01.2020 12:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Interdit=ne devrait pas

  • Thunder le 09.01.2020 18:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Déjà après le retour au 'vert' des comptes de Nissan et avoir pris des décisions qu'aucun dirigeant Japonais voulu prendre, on entendait des 'bruits' que Nissan devrait retomber sur les mains Japonaises. Il faut pas oublier que Toyota est aussi actionnaire de Nissan et était toujours contre les décisions prises par Renault, selon eux. Gosh est une victime collatéral d'une guerre commercial entre constructeurs et gouvernements actionnaires.

Les derniers commentaires

  • Thunder le 09.01.2020 18:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Déjà après le retour au 'vert' des comptes de Nissan et avoir pris des décisions qu'aucun dirigeant Japonais voulu prendre, on entendait des 'bruits' que Nissan devrait retomber sur les mains Japonaises. Il faut pas oublier que Toyota est aussi actionnaire de Nissan et était toujours contre les décisions prises par Renault, selon eux. Gosh est une victime collatéral d'une guerre commercial entre constructeurs et gouvernements actionnaires.

  • Pierre le 09.01.2020 16:05 Report dénoncer ce commentaire

    S'il sort du Liban, il s'expose au mandat d'arrêt international émis. Son exposé de hier était superficiel, il justifie son anniversaire fêté à Versailles par un discours fait sur celui de Renault, alors que les invitations avaient en grand son nom en haut et en tout petit en bas celui de Renault, et que les invités étaient les siens avec quasiment personne de Renault, pareil pour le reste. Même sa déchéance ne l'a pas fait réfléchir, il se payait une fortune en détournant le reste, tout en imposant des sacrifices à ses ouvriers au smic

  • Passeport le 09.01.2020 13:01 Report dénoncer ce commentaire

    M. Ghosn restera interdit de voyage jusqu'à réception de son dossier judiciaire du Japon, s'il est avéré que les crimes dont il est accusé au Japon imposent des poursuites judiciaires au Liban, il sera jugé et si aucune poursuite judiciaire ne s'impose en vertu de la législation libanaise, il sera alors libre: bref, il sera libre et aura (enfin) accès à tout son dossier. Il a tout gagné.

  • guy le 09.01.2020 12:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bah il prépare déjà son départ de la même façon ......

  • bonsens le 09.01.2020 12:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Interdit=ne devrait pas