En France

07 octobre 2019 12:49; Act: 07.10.2019 13:04 Print

Castaner veut «resserrer le filet» après la tuerie

À la veille d'un hommage aux victimes, Christophe Castaner a promis lundi de «resserrer les mailles du filet» contre la radicalisation islamiste, au sein des forces de l'ordre.

storybild

La préfecture de police rendra un dernier hommage aux quatre victimes, mardi matin. (photo: AFP/Geoffroy van der Hasselt)

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministre de l'Intérieur a de nouveau tenté de répondre au séisme provoqué par l'attaque meurtrière perpétrée par Mickaël Harpon, l'employé de la préfecture de 45 ans qui a poignardé à mort quatre fonctionnaires jeudi avant d'être abattu.

Quatre jours après cette attaque sans précédent au cœur de l'appareil policier, de nombreuses voix dénoncent l'incurie des autorités et cherchent à comprendre comment Mickaël Harpon a pu passer sous les radars alors qu'il avait donné des signes de radicalisation au sein même de la direction du renseignement de la PP (DRPP) où il était employé.

«C'est bien fait»

Durement mis en cause, Christophe Castaner a reconnu lundi sur France Inter un «dysfonctionnement d’État» mais a récusé l'accusation de «scandale d’État», portée par ceux qui, à droite et à l'extrême droite, réclament sa démission à cor et à cris. Selon le ministre, M. Harpon, converti à l'islam depuis une dizaine d'années et fréquentant des membres de la mouvance «salafiste», avait justifié en juillet 2015 l'attentat contre «Charlie Hebdo» au sein même de la DRPP, sans qu'un signalement formel ne soit adressé à la hiérarchie policière.

Selon un rapport interne révélé dimanche par France Inter, cet agent administratif habilité secret défense aurait déclaré à deux collègues «C'est bien fait» à propos de l'attaque menée en janvier 2015 contre l'hebdomadaire satirique. «Il n'y a pas eu d'alerte au bon niveau, au bon moment», a accusé le ministre, ajoutant que «les signaux d'alerte auraient dû être suffisants pour déclencher une enquête en profondeur».

Un signalement automatique

Plusieurs collègues de M. Harpon ont indiqué avoir «noté dans le passé des signes de radicalisation» et en avoir «alerté leur hiérarchie ou pris conseil auprès de collègues spécialistes de ces problématiques», selon le rapport interne.

Pour tenter d'éteindre la polémique, M. Castaner a appelé à ce que toute alerte liée à la radicalisation fasse désormais «l'objet d'un signalement automatique», sans plus de précisions. Deux enquêtes administratives confiées à l'Inspection générale du renseignement ont été ouvertes par le Premier ministre Édouard Philippe. Pas sûr que cela suffise à faire taire les critiques qui s'abattent sur l'exécutif et plus particulièrement contre le ministre de l'Intérieur, accusé d'avoir trop vite déclaré jeudi que l'assaillant n'avait «jamais présenté de difficultés comportementales».

Audition au Sénat

Du RN à LR en passant par LFI, plusieurs responsables ont accusé M. Castaner d'avoir «menti délibérément» et réclamé sa démission et une commission d'enquête parlementaire. Les prochains jours s'annoncent encore sous haute tension pour le ministre. Mardi, il doit être entendu à huis clos par la délégation parlementaire au renseignement, avant de passer au gril des questions au gouvernement.

Jeudi, c'est la commission des lois du Sénat qui l'auditionnera. Sur le front de l'enquête menée par les services antiterroristes, l'épouse de Mickaël Harpon a été relâchée dimanche soir, à l'issue de trois jours de garde à vue, sans être poursuivie à ce stade.

Ébranlée par cette attaque de l'intérieur, la préfecture de police rendra un dernier hommage aux quatre victimes - trois policiers et une fonctionnaire des ressources humaines - mardi matin lors d'une cérémonie à laquelle assistera Emmanuel Macron.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Sénégalais le 07.10.2019 13:52 Report dénoncer ce commentaire

    "Castaner veut «resserrer le filet» après la tuerie"....les deux questions que je me pose sont: pourquoi avoir attendu si longtemps ?

  • moi le 07.10.2019 15:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et pourquoi sa femme est en libertée? elle etait au courant de ce qui aller ce passé elle est fautive et mèrite la prison triste France

  • Françoislefrançais le 07.10.2019 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    Franchement si ça c'est pas un sketch!! A part porter un tee-shirt de l'état islamique le gars avait tous les voyants au vert pour affirmer sa "radicalisation", donc qu'on ne vienne pas dire qu'on va améliorer telle ou telle chose si on est pas capable de signaler un tel individu!! C'est encore un enième exemple de la faillite du système.

Les derniers commentaires

  • Ronaldo 1998 le 09.10.2019 04:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous ses reconvertis sont une catastrophe humaine ils ne savent même pas de quoi il parlent il sont commander par des gens qui ont la capacité de les détourner psychologiquement pour en faire des terroriste

  • orange le 08.10.2019 13:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est grand temps d’être plus vigilant quant à l’embauche des personnes ayant accès à des renseignements top secrets .... Et pourquoi un imam salafiste fiché S , a- t- il le droit de prêcher dans une mosquée ou une salle de prière ? Je pensais qu’ils étaient répertoriés , surveillés et avaient interdiction de prêcher ??

  • Révolté le 08.10.2019 11:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La radicalisation parmi la police , et Castaner prend tout ça à la légère et ne prend pas ses responsabilités? Tout ça est louche ! Je plains la France , et les Français ; leurs avenirs parait sombre .

  • Rehac jo le 07.10.2019 17:14 Report dénoncer ce commentaire

    voila ce qu'on trouve dans les livres d'histoire de nos enfants en 5 e/Users/renehacin/Desktop/Sans titre.png et on s'étonne de la tuerie de la préfecture

  • Frisquounette le 07.10.2019 16:33 Report dénoncer ce commentaire

    Faudrait-il encore savoir pécher! Il y a le bon et le mauvais pécheur