«Désespérées» ou «furieuses»

16 septembre 2021 07:08; Act: 16.09.2021 09:38 Print

Ces femmes qui quittent le Texas pour avorter

Depuis le 1er septembre, une loi interdit d’avorter après six semaines de grossesse, même en cas de viol ou d’inceste, dans le vaste État du Texas.

storybild

La Cour suprême a pour l’heure refusé de bloquer cette loi. (photo: Getty Images via AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une mineure violée, une femme battue, une patiente portant un fœtus non viable… Depuis que le Texas interdit quasi tous les avortements, les personnels médicaux des États voisins constatent un afflux de femmes «désespérées» dans leurs cliniques.

«L’un des cas les plus déchirants concerne une mineure, violée par un membre de sa famille, qui a roulé entre sept à huit heures» pour avorter hors du Texas, raconte dans des documents judiciaires Joshua Yap, médecin pour l’organisation Planned Parenthood.

Une loi, qui interdit d’avorter après six semaines de grossesse même en cas de viol ou d’inceste, est entrée en vigueur le 1er septembre, dans ce vaste État conservateur, la Cour suprême ayant pour l’heure refusé de la bloquer.

«Afflux inédit»

«Depuis, nous assistons à un afflux inédit de Texanes dans nos centres de l’Oklahoma», note Joshua Yap dans un témoignage sous serment transmis mardi à un juge fédéral, en soutien d’un recours du gouvernement de Joe Biden contre la loi.

Du 1er au 12 septembre, sa clinique de Tulsa a interrompu la grossesse de 69 Texanes et 240 autres ont déjà pris des rendez-vous en Oklahoma pour les semaines suivantes. «On fait tout ce qu’on peut pour les prendre en charge, mais les délais s’allongent», regrette-t-il.

Décrivant les «raisons variées» pour lesquelles ces femmes ne veulent pas poursuivre leur grossesse, il raconte l’exemple d’une femme violée «furieuse de ne pas pouvoir avorter près de chez elle», et de devoir poser des congés et organiser la garde de ses enfants.

«Choix déchirant»

Vicki Cowart, qui dirige les cliniques de Planned Parenthood au Colorado, Nouveau Mexique et Nevada, cite – elle aussi dans le cadre de cette procédure – le cas d’une femme enceinte d’un fœtus non viable. «Son médecin au Texas lui a dit qu’elle devait mener la grossesse à terme et voir son fœtus mourir après l’accouchement ou quitter l’État». «Confrontée à ce choix déchirant», elle a mis le cap vers le Colorado.

«Une de nos patientes cherche à quitter discrètement le Texas sans le dire à son mari parce qu’il est violent et qu’elle ne veut pas mener sa grossesse à terme», relate encore Vicki Cowart. «Désespérée», cette femme se démène «pour rassembler les fonds, notamment en vendant des objets personnels», mais «a peur d’être découverte».

Depuis le 1er septembre, l’organisation Fund Texas Choice, qui apporte une aide logistique aux femmes voulant avorter, a vu le nombre d’appels passer de dix par semaine à plus de dix par jour, et a pris des rendez-vous dans des cliniques de plus en plus éloignés du Texas, jusqu’à Seattle, au nord-ouest des États-Unis, selon sa codirectrice Anna Rupani. «Bien que nos équipes travaillent de 12 à 14 heures par jour, nous n’arriverons pas à tenir» si la loi n’est pas suspendue, témoigne-t-elle à son tour.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pas youpi le 16.09.2021 12:21 Report dénoncer ce commentaire

    Un recul de 60 ans pour le droit des femmes.

  • #ProVie le 16.09.2021 15:23 Report dénoncer ce commentaire

    L'avortement après 6 semaines est la plus grande purge de population de l'histoire. La vie n'appartient à personne et elle commence à 6 semaines. Les gouvernements acceptant les meurtres jusqu’après la naissance sont funestes.

  • courage le 16.09.2021 12:18 Report dénoncer ce commentaire

    Espérons que l'admin Biden fera abroger la loi du Texas... courage à toutes ces femmes...et aux soignants de l'oklahoma

Les derniers commentaires

  • #ProVie le 16.09.2021 15:23 Report dénoncer ce commentaire

    L'avortement après 6 semaines est la plus grande purge de population de l'histoire. La vie n'appartient à personne et elle commence à 6 semaines. Les gouvernements acceptant les meurtres jusqu’après la naissance sont funestes.

  • pas youpi le 16.09.2021 12:21 Report dénoncer ce commentaire

    Un recul de 60 ans pour le droit des femmes.

  • courage le 16.09.2021 12:18 Report dénoncer ce commentaire

    Espérons que l'admin Biden fera abroger la loi du Texas... courage à toutes ces femmes...et aux soignants de l'oklahoma

  • Chacun son choix, assumez le. le 16.09.2021 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Arrêter le coeur qui bat d'une personne c'est la tuer. Le coeur du foetus commence à battre à 6 semaines. Que doit-on penser des personnes qui avortent à ce moment ? Chacun sa conscience, la vie c'est le libre arbitre, on a le choix. Mais si ce n'était pas honteux, on mettrait en avant "madame tout le monde" dans l'article, pas des cas extrêmes pour susciter l'empathie.