En France

26 novembre 2021 07:27; Act: 26.11.2021 09:41 Print

Cette statue placée devant une église dérange

Après la Suède, l’Allemagne et l’Italie, le «Géant de Sel» s’est arrêté à Toulouse, face à la cathédrale. Cette statue représentant un danseur a suscité les plaintes de citoyens.

Sur ce sujet
Une faute?

Après la Suède, l'Allemagne et l'Italie, le «Géant de Sel» des sculpteurs espagnols Coderch et Malavia s'est arrêté à Toulouse, face à la cathédrale, où ce danseur rejeté en arrière, cuisses écartées et presque nu a suscité des plaintes de riverains.

Cette imposante statue itinérante, de plus de deux mètres de haut pour plus de trois de long et 650 kg, a été installée le 18 novembre sur la place Saint-Etienne. Mais «deux heures après, la mairie nous a appelés pour nous dire que ça n'allait pas», a déclaré à l'AFP Edouard Guiounet, collaborateur de la galerie Alain Daudet, qui expose des œuvres de Joan Coderch et Javier Malavia, dont cette sculpture.

Statue déplacée

Des habitants avaient protesté auprès de la mairie, se disant importunés par cette statue devant un site religieux. La place avait été choisie par la galerie pour son cachet et sa proximité: «Saint Etienne est un bel espace, touristique et propice aux photos», précise M. Guiounet, en ajoutant que les galeristes n'avaient «pas imaginé» que le géant pourrait déranger des riverains.

Cette statue, de poudre d'acier et polyester, inspirée d'un spectacle de buto, danse japonaise, est une reproduction d'une autre en bronze exposée à Valence et autour de laquelle a eu lieu «le 6 août dernier une commémoration aux victimes du lancement de la bombe d'Hiroshima», selon le galeriste. La mairie a assuré à l'AFP qu'il était prévu dès le départ que le Géant soit transféré de la place Saint-Etienne à un autre site, l'esplanade François-Mitterrand, «lieu de passage, neutre», argue l'élu en charge du dossier, Jonnhy Dunal, expliquant que la sculpture a été installée devant la cathédrale, «le temps que l'esplanade soit disponible».

L'agent de Coderch et Malavia, Juan Rodrigo, a déclaré à l'AFP que les artistes étaient pour leur part "«très heureux de l'opportunité offerte par la mairie de Toulouse de partager un message de paix, bien que certaines personnes ne l'aient pas compris».

(L'essentiel/afp)