Aux États-Unis

23 août 2019 09:23; Act: 23.08.2019 12:22 Print

Commémorations des débuts de l'esclavage

Il y a 400 ans, Angela, «Eve» des esclaves africains, arrivait en Virginie. Le pays commémore ce week-end les 400 ans du début de l'esclavage.

storybild

Angela, «Eve» des esclaves africains, arrivait en Virginie il y a 400 ans. (photo: AFP/Brendan Smialowski)

Sur ce sujet
Une faute?

Grattant la terre dans une chaleur suffocante, Chardé Reid, jeune archéologue noire américaine, tente de remonter le temps jusqu'aux vestiges de la vie d'Angela, débarquée, après une atroce traversée, il y a 400 ans parmi les premiers esclaves africains arrivés sur le territoire des futurs États-Unis.

«Je ressens beaucoup de liens entre mon histoire familiale et ce qui a commencé ici, en 1619», explique la jeune femme de 32 ans à l'AFP, se disant elle-même descendante d'une servante blanche et d'un esclave africain. Ces premiers Africains «sont nos aïeux. Non seulement les ancêtres de la culture afro-américaine mais aussi plus largement de toute la culture américaine», confie-t-elle.

Voyage effroyable

Sous sa truelle, des briques apparaissent: les restes de constructions édifiées sur le site de la riche demeure où vivait, esclave, Angela à Jamestown, première colonie anglaise permanente établie en Amérique, dans ce qui est devenu par la suite l'État de Virginie.

Originaire du royaume de Ndongo, dans ce qui est aujourd'hui l'Angola, Angela avait d'ailleurs au départ été embarquée dans un navire portugais parti de Luanda à destination de Veracruz. Voyageant dans des conditions effroyables, environ un tiers des 350 esclaves à bord périrent durant la traversée. Et avant qu'ils n'arrivent à destination, deux bateaux pirates attaquèrent le navire et séquestrèrent une soixantaine d'Africains, explique l'historien James Horn, président de l'association Jamestown Rediscovery en charge des fouilles. Le navire «White Lion» arriva le premier «vers la fin août», rapporta à l'époque John Rolfe, riche colon anglais célèbre pour avoir été l'époux de Pocahontas, fille du chef des Powhatan, une tribu des environs de Jamestown.

«Dans leur pas»

Quelques jours plus tard, le «Treasurer» accostait à son tour, livrant un autre petit groupe. Parmi eux figurait Angela, «la première femme africaine dont on ait jamais recensé le nom en Virginie», souligne Bly Straube, commissaire au musée de Jamestown Settlement. Leur arrivée marque le début d'un funeste pan de l'Histoire des États-Unis: 250 années d'esclavage, la traite de millions d'Africains, suivies d'une longue période de ségrégation dont les séquelles marquent encore la société américaine.

L'histoire de l'esclavage aux États-Unis, c'est «en fait la plus puissante histoire de survie jamais contée», juge Terry Brown, premier responsable noir américain du monument national de Fort Monroe. Avec son équipe, il prépare un grand week-end de cérémonies, du 23 au 25 août, pour célébrer notamment la «contribution» des Africains à la société américaine. «Plus nous parlons tous ensemble, plus il est aisé de lutter contre le poison du racisme», poursuit-il sous son chapeau de ranger.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Parisien75 le 23.08.2019 19:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce n’est pas 250 ans mais 362 ans d’esclavage !

  • Zeus le 23.08.2019 16:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les impôts c'est pas pour le gouvernement c'est pour construire des routes des hôpitaux des écoles.

  • Unicorn le 23.08.2019 10:52 Report dénoncer ce commentaire

    Il est important de se remémorer de quoi est capable le profit des investisseurs, en toute légalité, avec le soutien de gouvernements. Certes, on en a fait du chemin, on a compris que les hommes sont plus producteurs quand ils peuvent consommer que quand ils sont privés de bien. Mais l'esprit d'esclavage reste omniprésent, on travaille pour le système financier, pour les riches, à travers nos prêts immobiliers, et pour le gouvernement, à travers les impôts, et même au delà de notre mort, l'Etat s'approprie le fruit de votre travail par les taxes de successions souvent exorbitantes.

Les derniers commentaires

  • Parisien75 le 23.08.2019 19:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce n’est pas 250 ans mais 362 ans d’esclavage !

  • Zeus le 23.08.2019 16:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les impôts c'est pas pour le gouvernement c'est pour construire des routes des hôpitaux des écoles.

  • Unicorn le 23.08.2019 10:52 Report dénoncer ce commentaire

    Il est important de se remémorer de quoi est capable le profit des investisseurs, en toute légalité, avec le soutien de gouvernements. Certes, on en a fait du chemin, on a compris que les hommes sont plus producteurs quand ils peuvent consommer que quand ils sont privés de bien. Mais l'esprit d'esclavage reste omniprésent, on travaille pour le système financier, pour les riches, à travers nos prêts immobiliers, et pour le gouvernement, à travers les impôts, et même au delà de notre mort, l'Etat s'approprie le fruit de votre travail par les taxes de successions souvent exorbitantes.