En Italie

21 août 2019 07:32; Act: 21.08.2019 11:42 Print

Consultations pour une nouvelle coalition

Les consultations démarrent mercredi pour former une nouvelle coalition gouvernementale après la démission du président du Conseil.

storybild

Après la démission du président du Conseil, les consultations démarrent en Italie. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La classe politique italienne défilera à compter de mercredi au palais du Quirinal, résidence officielle du président Sergio Mattarella, où diverses formations proposeront la constitution d'un nouveau gouvernement après la fin de la coalition Ligue-Mouvement 5 Etoiles.

Le rendez-vous est pris pour 16h, quand le président, qui dans le système parlementaire italien détient les clefs pour le dénouement de la crise, initiera ses traditionnelles «consultations» par un appel téléphonique à son prédécesseur Giorgio Napolitano, 94 ans (mai 2006 à janvier 2015). Ensuite, il recevra, sur deux jours, les présidents du Sénat et de la Chambre des députés puis tous les groupes parlementaires, en terminant jeudi par le plus important numériquement, celui du M5S, fort de sa victoire aux législatives de 2018 avec plus de 32% des voix.

«La voie royale»

Car, peu importe si aujourd'hui le chef de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, représente théoriquement dans les sondages 36 à 38% des voix et le M5S seulement 15 ou 16%. Au Parlement, ses sièges ne valent que pour les 17% recueillis à l'époque.

Qualifié d'«irresponsable» et d'«opportuniste» mardi au Sénat par le Premier ministre sortant Giuseppe Conte, Matteo Salvini a maintenu sa ligne: il réclamera au président «la voie royale» du retour aux urnes car «en démocratie, la chose la plus belle c'est voter». Matteo Salvini a plongé l'Italie dans la crise le 8 août en rompant, sans crier gare, un mariage mal assorti conclu 14 mois plus tôt avec le M5S, qu'il a accusé de s'opposer systématiquement à ses projets économiques, et en réclamant des élections immédiates. Le président Mattarella dispose d'une série d'options, y compris en dernier ressort, si aucune majorité n'émerge, celle d'un scrutin anticipé.

Pas avant vendredi

Mais Mattarella est notoirement réticent à cette idée car il serait organisé à l'automne, au moment où la troisième économie de la zone euro, lourdement endettée et à l'arrêt, devra présenter à la Commission européenne son projet de budget pour 2020. Il écoutera les propositions des uns et des autres puis prendra une décision pas avant vendredi, semble-t-il.

D'ici là, le Parti démocrate (PD, centre-gauche) a fait savoir, par la bouche de son ex-Premier ministre Matteo Renzi, qu'il comptait approfondir son idée d'une alliance avec le M5S, pour former un gouvernement «institutionnel», qui pourrait être mené de nouveau par Giuseppe Conte.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Qui sait ? le 21.08.2019 14:03 Report dénoncer ce commentaire

    Qui a entendu Marttarella s'exprimer ? Comment prétendre savoir ce qu'il désire ?

  • Luxembourg le 21.08.2019 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    Soutien inconditionnel à SALVINI. Le seul et vrai Homme de l'Italie capable de faire bouger les choses. Si M5S formera une coalition avec le PD, avec le M5S n'a rien compris et n'est plus un parti anti-système.

  • Angelo51 le 21.08.2019 09:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le rêve des élites qui ont peur des urnes c’est le gouvernement formé sans permettre au peuple de voter. Ce que l’article ne dit pas c’est qu’il était prévu de réduire fortement le nombre de députés pour faire des économies et que beaucoup de politiques y étaient évidemment opposés. En attendant on parie que le nombre de débarquements de supposés réfugiés va revenir à des niveaux que l’on avait oubliés du temps de Salvini. Même pas grave: le Luxembourg est toujours le premier à les accueillir.

Les derniers commentaires

  • Qui sait ? le 21.08.2019 14:03 Report dénoncer ce commentaire

    Qui a entendu Marttarella s'exprimer ? Comment prétendre savoir ce qu'il désire ?

  • Luxembourg le 21.08.2019 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    Soutien inconditionnel à SALVINI. Le seul et vrai Homme de l'Italie capable de faire bouger les choses. Si M5S formera une coalition avec le PD, avec le M5S n'a rien compris et n'est plus un parti anti-système.

  • Angelo51 le 21.08.2019 09:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le rêve des élites qui ont peur des urnes c’est le gouvernement formé sans permettre au peuple de voter. Ce que l’article ne dit pas c’est qu’il était prévu de réduire fortement le nombre de députés pour faire des économies et que beaucoup de politiques y étaient évidemment opposés. En attendant on parie que le nombre de débarquements de supposés réfugiés va revenir à des niveaux que l’on avait oubliés du temps de Salvini. Même pas grave: le Luxembourg est toujours le premier à les accueillir.

    • Henck le 21.08.2019 15:20 Report dénoncer ce commentaire

      le peuple a vôté il y a 18 mois