Coronavirus

08 avril 2020 16:08; Act: 08.04.2020 16:44 Print

Dans l'Inde confinée, les animaux sont rois

Singes, paons, ours ou encore éléphants envahissent les rues désertées des villes indiennes en raison des mesures sanitaires.

Vidéo: Les animaux envahissent les rues de New Delhi

Sur ce sujet
Une faute?

La pandémie de coronavirus ayant confiné à la maison 1,3 milliard d'Indiens, les animaux de tous poils et plumes s'approprient les rues vides du géant d'Asie du Sud.

«Ils volent beaucoup plus»

Dans la capitale New Delhi, des cohortes de singes ont fait fi la vigilance des gardes militaires et errent dans le quartier du palais présidentiel, où sont situés les ministères et centres de pouvoir.

«Ils volent beaucoup plus, mais ne menacent pas encore les humains», indique une sentinelle, postée à l'entrée du palais.

Les macaques rhésus sont un problème endémique dans la capitale indienne, chipant régulièrement de la nourriture aux habitants. Mais avec le confinement, certains primates investissent désormais des bâtiments de bureaux déserts, selon la presse locale.

À Bombay (Ouest), centre économique du pays, on peut aujourd'hui voir des paons perchés sur des voitures garées, montrant leur magnifique plumage en faisant la roue.

Ours et éléphants

Mais les habituels animaux errants des villes indiennes ne sont pas les seuls à profiter du confinement des humains à la maison, ces derniers n'étant autorisés à sortir que pour les achats essentiels.

Dans le petit État montagneux du Sikkim (Nord-Est), un ours noir de l'Himalaya s'est aventuré la semaine dernière dans un bureau des télécoms et y a blessé un ingénieur, ont rapporté des médias indiens.

Des agents du service des forêts ont aussi partagé sur les réseaux sociaux des vidéos d'éléphants se promenant dans des rues désertes aux commerces fermés.

Conséquences parfois tragiques

Mais le confinement peut aussi avoir un coût terrible pour les animaux.

Quatre chevaux, normalement employés pour convoyer des touristes en carriole près du Victoria Memorial de Calcutta (est), sont morts de faim ces derniers jours, ont annoncé des défenseurs des animaux.

Quelque 115 de ces chevaux sont laissés à eux-mêmes depuis que le gouvernement indien a décrété un confinement de trois semaines. «Ils sont en train de tomber malades. Nous craignons que nombre d'entre eux ne meurent au cours des prochains jours s'ils ne reçoivent pas de nourriture», a déclaré à l'AFP Sushmita Roy, porte-parole de l'organisation Love and Care for Animals.

Avec l'arrêt de leur activité, les propriétaires de ces équidés disent ne plus avoir d'argent pour les entretenir. «Nous avons du mal à nourrir notre famille. Comment pouvons-nous nourrir nos chevaux?», a confié l'un d'entre eux, Sunny.

«Ça devient de plus en plus dur»

L'armée de vaches, chiens et chats errants des villes indiennes découvre une liberté de déplacement inédite dans les grandes mégapoles habituellement bouillonnantes. Mais avec la fermeture des restaurants et commerces de bouche, ils n'ont plus de restes de nourriture jetés à la poubelle sur lesquels survivre.

Basé en banlieue de Delhi, l'organisation de défense des animaux Posh Foundation reçoit de plus en plus d'appels pour lui signaler des animaux abandonnés ou affamés. «Jour après jour, ça devient de plus en plus dur» de les nourrir, s'alarme Aditi Badam, l'une de ses membres.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vergiesstet le 08.04.2020 21:19 Report dénoncer ce commentaire

    C'est déjà trop tard et impossible de faire un confinement dans un pays comptant 1 milliard d'habitants...

Les derniers commentaires

  • Vergiesstet le 08.04.2020 21:19 Report dénoncer ce commentaire

    C'est déjà trop tard et impossible de faire un confinement dans un pays comptant 1 milliard d'habitants...