Au Pakistan

10 octobre 2021 09:21; Act: 10.10.2021 13:07 Print

Décès du Dr Khan, «père» de la bombe atomique

Abdul Qadeer Khan, père de la bombe atomique au Pakistan et héros national pour ses admirateurs, est mort à 85 ans, ont indiqué les autorités pakistanaises dimanche.

storybild

Le Dr. Khan avait déjà été hospitalisé après avoir été testé positif au Covid en août. (photo: AFP/Aamir Qureshi)

Sur ce sujet
Une faute?

Le scientifique nucléaire pakistanais Abdul Qadeer Khan, admiré pour avoir fait du pays la première puissance nucléaire islamique, mais accusé d'avoir diffusé illégalement des technologies vers l'Iran, la Corée du Nord et la Libye, est mort après avoir été transféré à l'hôpital KRL d'Islamabad pour des problèmes pulmonaires, selon la télévision pakistanaise publique PTV.

Le Dr Khan avait déjà été hospitalisé dans cet établissement en août après avoir été testé positif au Covid, puis renvoyé chez lui, avant que son état ne se dégrade dimanche matin, a précisé la chaîne. Le président pakistanais Arif Alvi s'est dit sur Twitter «profondément attristé» par le décès du scientifique, qu'il connaissait depuis 1982.

«Il nous a aidés à développer une dissuasion nucléaire critique pour la survie de la nation, et le pays, reconnaissant, n'oubliera jamais ses services», a déclaré Arif Alvi.

Le Dr Khan avait gagné son statut de héros national en mai 1998 lorsque la République islamique du Pakistan est devenue officiellement une puissance atomique militaire, grâce à des essais conduits quelques jours après ceux de l'Inde, l'éternelle rivale.

Il s'est ensuite retrouvé au cœur d'une polémique, accusé de diffuser illégalement des technologies, et a été placé de facto en résidence surveillée à Islamabad à partir de 2004. Atteint d'un cancer de la prostate en 2006, il s'était remis grâce à une opération.

En 2009, un tribunal avait prononcé la fin de son placement en résidence surveillée. Depuis, il était resté soumis à une protection ultra-rapprochée, contraint d'informer à l'avance les autorités de chacun de ses mouvements.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Watchy le 10.10.2021 21:05 Report dénoncer ce commentaire

    Après bon faut modérer le propos. Les infos ont été filé par les services étrangers parce qu'ils avaient besoin du Pakistan. Faites des recherches vous verrez. Feu Dr Khan c'est vrai qu'il bossait dans l'atome mais était vraiment débutant, c'est pour ça que ce n'est pas crédible que tout lui soit imputable. Même si ça ne diminue en rien ce qu'il a pu apporter à son pays. Voilà. Paix a votre âme Dr.

  • Lambo le 10.10.2021 22:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un héros national qui a passé 20 ans de sa vie surveillé sans pouvoir bouger sans avertir…beau remerciement hypocrite.

Les derniers commentaires

  • Lambo le 10.10.2021 22:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un héros national qui a passé 20 ans de sa vie surveillé sans pouvoir bouger sans avertir…beau remerciement hypocrite.

  • Watchy le 10.10.2021 21:05 Report dénoncer ce commentaire

    Après bon faut modérer le propos. Les infos ont été filé par les services étrangers parce qu'ils avaient besoin du Pakistan. Faites des recherches vous verrez. Feu Dr Khan c'est vrai qu'il bossait dans l'atome mais était vraiment débutant, c'est pour ça que ce n'est pas crédible que tout lui soit imputable. Même si ça ne diminue en rien ce qu'il a pu apporter à son pays. Voilà. Paix a votre âme Dr.