Bas-Rhin

03 décembre 2019 16:41; Act: 04.12.2019 08:44 Print

Des «inscriptions antisémites» sur 107 tombes

WESTHOFEN - Des «inscriptions antisémites» ont été retrouvées mardi, sur 107 tombes du cimetière juif de Westhoffen (Bas-Rhin), non loin de Strasbourg.

storybild

La gendarmerie «effectue actuellement les premiers actes de constatations et d'investigations». (photo: AFP/Frederick Florin/Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Des «inscriptions antisémites», essentiellement des «croix gammées», ont été retrouvées mardi, sur 107 tombes du cimetière juif de Westhoffen, non loin de Strasbourg, ont indiqué la préfecture et le Consistoire israélite du Bas-Rhin. «Cette découverte intervient alors que des tags antisémites avaient déjà été constatés (mardi matin) dans la commune de Schaffhouse-sur-Zorn», à une vingtaine de kilomètres de Westhoffen, selon la préfecture.

La gendarmerie «effectue actuellement les premiers actes de constatations et d'investigations» dans le cimetière profané, selon la préfecture. Le préfet du Bas-Rhin, Jean-Luc Marx, «condamne avec la plus grande fermeté ces actes antisémites odieux qui frappent une nouvelle fois le Bas-Rhin et exprime son soutien le plus total à la communauté juive», indique le communiqué.

Recrudescence de graffitis à caractère antisémite

«C'est la consternation, c'est le choc», a réagi Maurice Dahan, le président du Consistoire israélite du Bas-Rhin. Selon lui, le cimetière compte quelque 700 tombes. Celles qui ont été profanées ont été «essentiellement» maculées de «croix gammées», a-t-il ajouté.

L'Alsace est confrontée, depuis plusieurs mois, à une recrudescence de graffitis et dégradations à caractère antisémite et/ou raciste. Dans le Bas-Rhin, 96 tombes du cimetière juif de Quatzenheim, à une quinzaine de kilomètres de Westhoffen, avaient été souillées de tags antisémites, le 19 février dernier, de même que celui de Herrlisheim, au nord-est de Strasbourg, le 11 décembre 2018.

Des mairies et permanences d'élus également ciblées

Mi-avril, des tags racistes et antisémites avaient été découverts sur les murs de la mairie de Dieffenthal (Bas-Rhin). Quelques jours plus tard, des croix gammées et des insultes avaient été taguées sur la façade de la maison d'une élue à Schiltigheim, près de Strasbourg.

Des écrits à caractère antisémite avaient également été découverts début mars, devant une école de Strasbourg et des croix gammées sur les murs d'une ancienne synagogue à Mommenheim. Des mairies et permanences d'élus ont également été la cible de dégradations.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • babou le 03.12.2019 17:51 Report dénoncer ce commentaire

    j ai honte pour eux nos parents n ont pas assez subit pendant la guerre qui sont ces monstres j'espère qu'ils seront retrouvés et punis a la hauteur de leurs crimes

  • luis le 04.12.2019 09:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    i.c,est pas bien profané les tombes mais faut voir de ù le malaise vient et pourquoi cette région est souvent mis à part laissons les morts en paix

  • Bobo énervant le 03.12.2019 17:18 Report dénoncer ce commentaire

    Une fois identifié et arrêté j'espère que ces tristes individus prendront cher.

Les derniers commentaires

  • ancien ''1960 ''. ? le 04.12.2019 13:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et voilà ' plus de contrôle 'ouvrez les portes. mais où va-t-on '' mais vraie les decideur ' ne connaisse rien de la vie ''de leurs haine envers la france'que leurs religions les detraque

  • Soleil le 04.12.2019 09:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A vomir

  • luis le 04.12.2019 09:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    i.c,est pas bien profané les tombes mais faut voir de ù le malaise vient et pourquoi cette région est souvent mis à part laissons les morts en paix

  • babou le 03.12.2019 17:51 Report dénoncer ce commentaire

    j ai honte pour eux nos parents n ont pas assez subit pendant la guerre qui sont ces monstres j'espère qu'ils seront retrouvés et punis a la hauteur de leurs crimes

  • benvoyons le 03.12.2019 17:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    triste mais vrai du côté de cette région on a toujours été un peu à part