À Hong Kong

22 juillet 2019 17:38; Act: 23.07.2019 08:12 Print

Des manifestants tabassés par un gang dans le métro

Une nouvelle manifestation monstre anti-Pékin a dégénéré en fin de journée dimanche à Hong Kong, la police tirant des balles en caoutchouc et faisant usage de gaz lacrymogène.

Sur ce sujet
Une faute?

La colère grondait lundi, à Hong Kong, au lendemain d'attaques brutales contre des manifestants pro-démocratie commises par des agresseurs soupçonnés d'appartenir aux triades, des violences qui ont fait des dizaines de blessés et aggravent la crise dans laquelle est plongée l'ancienne colonie britannique.

La vague de contestation qui déferle sans discontinuer depuis le 9 juin, sur ce haut lieu de la finance internationale, a pris un tour sinistre dimanche. Des gangs d'hommes armés de bâtons, tringles métalliques et battes, vêtus pour la plupart de tee-shirts blancs, ont fondu sur des manifestants antigouvernementaux qui rentraient chez eux après une nouvelle manifestation monstre.

Réaction tardive

Sur les images des attaques commises à Yuen Long, dans le nord de Hong Kong, et diffusées en direct sur Facebook, on pouvait voir des gens hurler pendant que les agresseurs passaient à tabac manifestants et journalistes dans une station de métro et dans les rames elles-mêmes. Il y avait des flaques de sang au sol.

D'après les autorités hospitalières, 45 personnes ont été blessées. Un homme est dans un état critique et cinq autres personnes sont dans un état grave. De nombreuses voix se sont élevées pour critiquer la police de l'ex-colonie britannique revenue en 1997 dans le giron chinois. Elle est accusée d'avoir mis plus d'une heure pour arriver sur place, malgré les appels à l'aide répétés des personnes attaquées, et de n'avoir arrêté aucun assaillant alors que les agresseurs sont restés autour de la station de métro jusqu'aux petites heures du matin.

«Barbares»

Des images ont montré également des hommes portant des t-shirts blancs en train de quitter les lieux dans des véhicules arborant des plaques d'immatriculation chinoises. Lam Cheuk-ting, un député démocrate, figure parmi les blessés, avec des lacérations au visage et aux bras. Il a critiqué la réaction de la police et mis en cause «les triades», bandes criminelles présentes à la fois à Hong Kong et sur le continent.

«Ces agissements très barbares et violents violent complètement la ligne rouge de la société civilisée hongkongaise», a-t-il lancé. Nathan Law, militant pro-démocratie, a ajouté sur Twitter: «quand les voyous chinois attaquent les citoyens, aucun policier n'est présent. Honte au gouvernement». Des députés démocrates ont renchéri en accusant le gouvernement local pro-Pékin d'avoir fermé les yeux sur les agressions. «On a des triades qui tabassent le peuple de Hong Kong», fulminait Alvin Yeung. «Et vous faites comme si de rien n'était?».

Le chef de la police Stephen Lo a défendu ses troupes en expliquant qu'elles avaient déjà fort à faire avec les violentes manifestations antigouvernementales qui avaient lieu simultanément sur l'île de Hong Kong. «Nous avons des problèmes d'effectifs», a-t-il dit, qualifiant de «diffamation» l'idée d'une collusion entre policiers et triades. Les assaillants seront poursuivis, a-t-il assuré.

Hong Kong est plongée dans la pire crise de son histoire récente, avec de gigantesques manifestations pacifiques contre le gouvernement, mais aussi des affrontements sporadiques entre contestataires radicaux et policiers. Le mouvement est parti du rejet d'un projet de loi désormais suspendu visant à autoriser les extraditions vers la Chine. Mais la contestation s'est élargie à des revendications plus vastes, l'exigence de réformes démocratiques, l'instauration du suffrage universel et la fin de l'érosion des libertés du territoire semi-autonome.

(L'essentiel/utes/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Roboberta le 22.07.2019 18:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre Hong Kong ! Ils vont être écrasés par le régime de Pékin qui a déjà bien montré de quoi il est capable en 1989 ...

  • henry le 22.07.2019 19:15 Report dénoncer ce commentaire

    le monde va mal... très mal... ça va péter grave...

  • Silo le 22.07.2019 20:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et pourquoi?S.v.p

Les derniers commentaires

  • Silo le 22.07.2019 20:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et pourquoi?S.v.p

  • henry le 22.07.2019 19:15 Report dénoncer ce commentaire

    le monde va mal... très mal... ça va péter grave...

  • Le Russe le 22.07.2019 18:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A qui profite le chaos à Hong Kong? À la Chine? Je ne crois pas, à mon avis il faut chercher ailleurs, peut-être Taïwan ou les USA ???

  • Roboberta le 22.07.2019 18:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre Hong Kong ! Ils vont être écrasés par le régime de Pékin qui a déjà bien montré de quoi il est capable en 1989 ...