Au Moyen-Orient

04 septembre 2019 07:18; Act: 04.09.2019 10:29 Print

Des milliers d'enfants syriens privés d'école

À l'approche de la rentrée scolaire, la guerre en Syrie menace des milliers d'enfants d'être privés d'école dans le nord-ouest.

storybild

Des Syriens fuyant la région d'Idleb, le 30 août 2019. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Des milliers d'enfants du nord-ouest de la Syrie risquent d'être privés d'éducation à cause des bombardements et des combats ayant détruit ou entraîné la fermeture de dizaines d'écoles, a déploré mercredi, l'ONG Save the Children. La rentrée scolaire est prévue en septembre.

Le régime du président syrien Bachar el-Assad et son allié russe observent depuis la fin août un cessez-le-feu dans la région d'Idleb. Mais cette initiative intervient après quatre mois de frappes meurtrières et dévastatrices ayant aussi provoqué le déplacement de plus de 400 000 personnes, selon l'ONU.

Écoles utilisées comme abri

«Des milliers d'enfants qui doivent débuter l'année scolaire dans le Nord-Ouest syrien pourraient ne pas avoir accès à l'éducation en raison de la dernière escalade de violence», a déploré Save the Children dans un communiqué.

Selon l'ONG britannique et une de ses partenaires, «87 établissements éducatifs ont été endommagés ou touchés par les combats» et plus de 200 écoles «sont actuellement utilisées comme abri».

Près de 1000 morts en quatre mois

Les bombardements de Damas et Moscou, qui se sont intensifiés depuis la fin avril, ont tué plus de 960 civils en quatre mois, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche des rebelles. La rentrée est prévue pour la dernière semaine de septembre, mais seulement un peu plus de la moitié des 1193 écoles du secteur sont opérationnelles, d'après Save the Children. Elles peuvent accueillir «jusqu'à 300 000 enfants sur les 650 000 qui sont en âge d'aller à l'école».

«Les enseignants nous disent que les parents les supplient de fermer les écoles, de crainte qu'elles ne soient attaquées», déplore Sonia Khush, directrice de l'ONG pour la Syrie. Accueillant environ trois millions d'habitants, dont la moitié sont des enfants selon l'ONU, Idleb et des secteurs des provinces adjacentes d'Alep, Hama et Lattaquié sont dominés par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda).

(L'essentiel/afp)