En Amérique latine

17 janvier 2020 07:28; Act: 17.01.2020 09:33 Print

Des milliers de migrants remontent vers le nord

Une caravane regroupant 3 000 Honduriens progresse en Amérique latine en direction des États-Unis.

storybild

Des dizaines de membres des forces de sécurité du Guatemala ont été déployés dans les zones proches de la frontière avec le Honduras. (photo: AFP/Carlos Alonzo)

Sur ce sujet
Une faute?

Une nouvelle caravane de plus de 3 000 Honduriens qui fuient la pauvreté et la violence de leur pays et veulent gagner les États-Unis progressait jeudi, en territoire guatémaltèque. L'avancée de ces migrants s'effectuait au milieu de contrôles de la police locale et sous la supervision de fonctionnaires américains dans les zones proches des postes frontaliers.

Dans la journée, un photographe de l'AFP a constaté que plus d'un millier de migrants venant du Honduras avaient forcé un barrage policier au poste frontalier guatémaltèque d'Agua Caliente, à 10 kilomètres de la ville d'Esquipulas, dans l'est du Guatemala, sans remplir les formalités migratoires. Environ 400 migrants avaient déjà forcé le passage la veille à Corinto, une autre ville frontière.

Des dizaines de membres des forces de sécurité du Guatemala ont été déployés dans les zones proches de la frontière avec le Honduras pour s'assurer que les Honduriens progressant en territoire guatémaltèque aient passé le contrôle migratoire, comme le prévoient des accords régionaux. Ils vérifient également si les enfants sont accompagnés de l'un de leurs parents ou d'un tuteur.

Les États-Unis ont pour leur part déployé sur le terrain «un nombre limité» de fonctionnaires du CBP (Customs and Border Protection, le service américain des douanes et de la protection des frontières), a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'ambassade des États-Unis au Guatemala.

Partie mardi soir du nord du Honduras

En vertu d'un accord conclu après l'apparition des premières caravanes de migrants en 2018, les États-Unis soutiennent et forment des agents frontaliers du Guatemala pour lutter contre la criminalité et le trafic d'êtres humains liés à ces migrations collectives, a précisé le porte-parole de l'ambassade. La caravane qui progressait jeudi au Guatemala était partie mardi soir de la ville de San Pedro Sula, dans le nord du Honduras, et est entrée en territoire guatémaltèque à partir de mercredi.

«Nous avançons vers le rêve américain. Il paraît qu'ils paient bien aux États-Unis pour repeindre les maisons», a déclaré à l'AFP un migrant, Kelvin Ramos. Prenant exemple sur plusieurs autres caravanes qui se sont formées au Honduras depuis un an et demi, ces Honduriens veulent aller à pied vers les États-Unis en traversant le Guatemala puis le Mexique et tenter d'entrer en territoire américain, pour fuir la pauvreté et la violence qui règnent dans leur pays.

Les migrants «méritent le plein respect de leurs droits humains par tous les pays concernés», ont déclaré jeudi des experts des Nations unies, dans une note du bureau du Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme. «Ces caravanes ne seront pas les dernières, à moins que ne s'améliore considérablement la situation que fuient ces migrants, et qui, pour nombre d'entre eux, inclut des violations extrêmement graves des droits humains», écrivent-ils.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.