En Europe

09 août 2019 10:51; Act: 09.08.2019 13:07 Print

Des pistes pour protéger les forêts européennes

L'Europe n'a pas vraiment à s'inquiéter de la déforestation. Le défi est plutôt de développer des forêts plus résilientes, soulignent chercheurs et forestiers.

storybild

L'Union européenne a gagné 9 millions d'hectares de forêts en 25 ans.

Sur ce sujet
Une faute?

Implanter de nouvelles espèces d'arbres, identifier les essences résistant le mieux à la hausse des températures, lutter contre la prolifération des parasites: autant de pistes explorées par les forestiers pour protéger les bois européens, et ces «puits à carbone» que sont les arbres, contre le réchauffement climatique. Si à l'échelle mondiale les experts du climat du GIEC s'inquiètent de la déforestation, en Europe, où la principale déforestation remonte au Moyen-Âge, le défi est plutôt de développer des forêts plus résilientes, soulignent chercheurs et forestiers.

La forêt gagne du terrain en Europe

«La surface forestière s'accroît de manière continue en Europe», indique Fanny-Pomme Langue, secrétaire générale de la Confédération européenne des propriétaires forestiers (CEPF), chiffres à l'appui: l'Union européenne a gagné 9 millions d'hectares de forêts en 25 ans, à 183 millions d'hectares. Rien qu'en France, la superficie de la forêt a doublé depuis 1850, de 8 à 16,9 millions d'hectares. «On est pas du tout dans une problématique de déforestation comme au Brésil, ni de reforestation comme en Ethiopie», confirme Brigitte Musch, généticienne au département recherche et développement de l'Office national des forêts (ONF) français, expliquant qu'il faut plutôt restaurer "l'équilibre rompu" des forêts.

Car si celles-ci s'étendent, du fait de la déprise agricole et du reboisement, leur santé se dégrade: dépérissement avec la récurrence des sécheresses, augmentation des tempêtes et des feux de forêt touchant désormais jusqu'aux pays nordiques, prolifération des parasites dans les écorces liée à la hausse des températures... «La grosse menace en ce moment, ce sont les scolytes qui attaquent les épicéas et les sapins dans tout l'est de la France mais aussi l'Allemagne, la Tchéquie, la Belgique», souligne Antoine d'Amécourt, président de la Fédération française des syndicats de forestiers privés (Fransylva). «C'est un vrai problème, énormément d'arbres vont se retrouver secs». Il s'inquiète également pour les frênes, malades du champignon chalarose.

Implanter des espèces étrangères?

«Dans 10 ou 15 ans, les essences du Sud seront peut-être adaptées à la Bretagne et celles de Bretagne à l'Écosse», prévient M. D'Amécourt. Les chercheurs tentent donc d'identifier les essences les plus adaptées aux différents sols et climats, pour accélérer leur migration géographique naturelle vers des zones plus favorables. L'ONF mène par exemple des expérimentations de «migration assistée» en forêt de Verdun, où sont plantées des graines de sapins du sud de la France. Mais «à la vitesse à laquelle les températures progressent, il faudrait faire migrer le chêne, qui se déplace de 300 m par an vers le Nord, 10 fois plus vite!», insiste Olivier Picard, directeur en recherche-développement du Centre national de la propriété forestière (CNPF).

Autre option: implanter des espèces étrangères, qui résistent mieux à la chaleur, et surveiller comment elles s'adaptent, leur croissance ou leur feuillaison dans de nouvelles régions. "Du sud du Portugal jusqu'à l'Écosse, on teste des arbres qui viennent de Chine, des cèdres du Maghreb, des pins de Turquie, etc.", détaille M. Picard, également coordinateur du réseau Adaptation des forêts au changement climatique (Aforce), qui a participé au programme «Arboretums» de plantations expérimentales sur 38 sites en Europe. L'association de différentes variétés dans une même parcelle pourrait par ailleurs faciliter des croisements génétiques, et la naissance d'arbres plus résistants aux aléas climatiques.

Les forestiers repensent également leur gestion, en réduisant le nombre d'arbres à l'hectare pour diminuer la pression sur les ressources en eau, en diversifiant les variétés pour endiguer la progression des ravageurs et des feux de forêts, ou même en exploitant davantage les forêts. «Ne pas trop récolter et laisser vieillir les arbres n'est pas forcément favorable sur le long terme», explique M. Picard, affirmant que récolter n'est pas déforester: «il faut récolter des arbres comme on récolte les blés», pour assurer le cycle de régénération des forêts. Cela fait aussi fonctionner «la pompe carbone», assure-t-il: les produits qui sont tirés du bois permettent des économies d'énergies fossiles en se substituant aux matériaux de construction tels que le béton. Avec 8 milliards de tonnes de CO2 absorbés chaque année dans le monde, selon l'ONF, la forêt constitue le deuxième plus grand puits de carbone de la planète, après les océans.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • hugo prat le 09.08.2019 13:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mauvais exemple????

  • petitevoix le 10.08.2019 09:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La réalité saute aux yeux l effort n’est pas suffisant Il faut changer nos moyens de transport , manger différemment et planter chaque citoyens 10 arbres par un au minimum

  • No comment le 09.08.2019 16:51 Report dénoncer ce commentaire

    Waw. Ça fait du bien d'entendre parler de gens qui agissent intelligemment. Il y a 10 ans, on parlait d'une migration de l'optimum écologique (zone où une espèce sent le mieux climatiquement parlant) de plus de 300 km vers le nord, alors que les arbres ne migrent que très lentement. D'où l'idée de les aider à migrer et de replanter des espèces qui viennent du Sud. Reste à faire ceci à grande échelle et systématiquement. Au bout de 10 ans un arbre est à peine "adolescent" et le climat change si vite. Je me demande si nous aurons le temps de renouveler nos forêts avant qu'elles meurent.

Les derniers commentaires

  • petitevoix le 10.08.2019 09:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La réalité saute aux yeux l effort n’est pas suffisant Il faut changer nos moyens de transport , manger différemment et planter chaque citoyens 10 arbres par un au minimum

  • No comment le 09.08.2019 16:51 Report dénoncer ce commentaire

    Waw. Ça fait du bien d'entendre parler de gens qui agissent intelligemment. Il y a 10 ans, on parlait d'une migration de l'optimum écologique (zone où une espèce sent le mieux climatiquement parlant) de plus de 300 km vers le nord, alors que les arbres ne migrent que très lentement. D'où l'idée de les aider à migrer et de replanter des espèces qui viennent du Sud. Reste à faire ceci à grande échelle et systématiquement. Au bout de 10 ans un arbre est à peine "adolescent" et le climat change si vite. Je me demande si nous aurons le temps de renouveler nos forêts avant qu'elles meurent.

  • hugo prat le 09.08.2019 13:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mauvais exemple????