En France

18 novembre 2019 15:24; Act: 18.11.2019 16:02 Print

Des salariés de Ricard devenus alcooliques

Deux ex-employés de Pernod-Ricard et une troisième, toujours en poste, affirment avoir sombré dans l'alcoolisme. Le groupe dénonce des «allégations individuelles».

storybild

Un plan de départs volontaires dans le département commercial du groupe a été annoncé il y a quelques semaines. (photo: AFP/Philippe Huguen)

Sur ce sujet
Une faute?

Le groupe Pernod Ricard a dénoncé lundi des «allégations individuelles», après des témoignages faisant état de «pressions» du groupe sur les salariés pour boire avec les clients et les fidéliser, publiés dans un article du Parisien.

Deux ex-commerciaux de Pernod-Ricard et une troisième, toujours en poste, affirment avoir sombré dans l'alcoolisme, incités par leurs supérieurs à boire pour «donner l'exemple» et favoriser les ventes. «Dans les bars, discothèques, fêtes de mon secteur, on a un budget pour offrir des pastis aux clients et on consomme avec eux, encouragés par notre hiérarchie», déclare dans l'article Julien, commercial du groupe, en litige devant les prud'hommes, selon le journal.

Pas de directive

«Ces allégations individuelles jettent aujourd'hui l'opprobre sur tous nos commerciaux, de Ricard à Pernod, dont nous saluons ici l'engagement responsable, tous unis par le même devoir d'exemplarité», a déclaré dans un communiqué le PDG de Ricard SA et de Pernod SA, Philippe Coutin. «La société Ricard réfute fermement l'existence d'une politique d'incitation à la consommation d'alcool parmi ses salariés. Il n'y a pas de directive ou de consignes internes données aux forces de vente pour les enjoindre à boire de l'alcool dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions», affirme le groupe dans ce communiqué.

Contactés par l'AFP, les syndicats du groupe n'étaient pas joignables pour commenter ces informations. Le groupe indique avoir mis en place un numéro vert anonyme pour recueillir les témoignages de collaborateurs, en cas de dérapage et y donner, le cas échéant, les suites nécessaires. Cette polémique intervient quelques semaines après l'annonce d'un plan de départs volontaires dans le département commercial du groupe, dans le cadre de la fusion des deux filiales Pernod et Ricard. Le groupe espère 190 départs nets parmi les 1 300 salariés des deux entités.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lars le 18.11.2019 18:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je pense qu'ils devraient postuler chez Vittel !

  • Fred le 18.11.2019 15:43 Report dénoncer ce commentaire

    Mais oui bien sur.... On les a obligé à boire????? Toutes personnes est responsable de ses actes et peut toujours démissionner si un emploi ne répond plus à ses critère. Mais voila pour garder leurs boulot qu'ils dénigreront ensuite certain sont prêt à toutes les bassesse même vanter des produit frelaté.

  • patience le 20.11.2019 07:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si vous êtes commercial vous devez connaître votre produit. Vous visitez des cafés, des bars etc et l ancienne génération avait le droit de boire donc oui facile de sombrer. Aujourd’hui je pense que cela a changé et je l espère.

Les derniers commentaires

  • patience le 20.11.2019 07:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si vous êtes commercial vous devez connaître votre produit. Vous visitez des cafés, des bars etc et l ancienne génération avait le droit de boire donc oui facile de sombrer. Aujourd’hui je pense que cela a changé et je l espère.

  • Sam1952 le 19.11.2019 07:21 Report dénoncer ce commentaire

    On aura tout entendu !!!!pas capable d’assumer leur vice , il faut un coupable !

  • alexo le 19.11.2019 00:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Est ce qu’il existe des machines à café chez eux ? Mdrr

  • lea le 18.11.2019 23:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que je sache on ne leur a pas mis un couteau sous la gorge pour les obliger à boire !!! Tout ça pour avoir des dommages et intérêts !

  • Jean II le 18.11.2019 18:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi j'aime bien le pastaga , je peux postuler ???