En France

30 juin 2019 12:25; Act: 01.07.2019 17:32 Print

Des vignes «comme brûlées au chalumeau»

Les dégâts de la canicule sont importants dans la viticulture du Gard et de l'Hérault, dans le sud-ouest. Des vignes semblent avoir été littéralement grillées.

Sur ce sujet
Une faute?

Des cépages ancestraux comme le Carignan ont été touchés, selon Jérome Despey, le président de la Chambre d'agriculture de l'Hérault. «Les températures ont atteint de tels niveaux que certaines vignes semblent avoir été passées au chalumeau». «La vigne en principe résiste à la chaleur, mais avec les niveaux de températures atteints vendredi, la viticulture est en train de payer un lourd tribut» face aux effets du réchauffement climatique, a-t-il ajouté.

«C'est un phénomène que l'on n'a jamais vécu», a insisté le responsable avec émotion. «Cela fait 30 ans que je suis vigneron. Je n'avais jamais vu une vigne brûlée par un coup de chaud comme cela s'est produit hier. C'est impressionnant».

Soixantaine d'incendies

Des horticulteurs du Gard et de l'Hérault sont également touchés par les effets de cette canicule sans précédent en France, a-t-il relevé. Il mettra en place dès lundi une cellule d'urgence à la Chambre d'agriculture de l'Hérault, pour recenser précisément les dégâts.

Selon lui, parmi les secteurs géographiques touchés au niveau de la viticulture, figurent notamment Villeveyrac, Fabrègues et le secteur du Pic Saint-Loup ainsi que plusieurs secteurs de l'est de l'Hérault et du Gard. Dans ce dernier département, des agriculteurs ont également été frappés par une soixantaine d'incendies entre vendredi et samedi matin.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Giec le 01.07.2019 08:18 Report dénoncer ce commentaire

    Faut toujours le répéter: une canicule (isolée), aussi dure soit-elle, n'est pas un effet du réchauffement climatique. C'est la récurrence de manière rapprochée de ce genre d'événements dans le temps, qui peut être imputée au réchauffement climatique. Arrêtez tous de tout mélanger et de faire la désinformation. Dès qu'il y a un événement climatique rude, on crie au réchauffement maintenant, faux! Vous apportez de l'eau au moulin des climatosceptiques avec ce genre de raisonnnement simpliste. Ré-cu-rrence est le maitre mot!

  • vinophile le 01.07.2019 08:52 Report dénoncer ce commentaire

    C'est triste, peut-être finira-t-on un jour par produire du "carignan" en Lorraine et du Champagne au Danemark....

  • FRALUX le 01.07.2019 03:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça peut pas être chaque année de l’abondance et de la qualité. Il faut savoir faire des réserves pour les mauvaises années

Les derniers commentaires

  • vinophile le 01.07.2019 08:52 Report dénoncer ce commentaire

    C'est triste, peut-être finira-t-on un jour par produire du "carignan" en Lorraine et du Champagne au Danemark....

  • Giec le 01.07.2019 08:18 Report dénoncer ce commentaire

    Faut toujours le répéter: une canicule (isolée), aussi dure soit-elle, n'est pas un effet du réchauffement climatique. C'est la récurrence de manière rapprochée de ce genre d'événements dans le temps, qui peut être imputée au réchauffement climatique. Arrêtez tous de tout mélanger et de faire la désinformation. Dès qu'il y a un événement climatique rude, on crie au réchauffement maintenant, faux! Vous apportez de l'eau au moulin des climatosceptiques avec ce genre de raisonnnement simpliste. Ré-cu-rrence est le maitre mot!

  • FRALUX le 01.07.2019 03:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça peut pas être chaque année de l’abondance et de la qualité. Il faut savoir faire des réserves pour les mauvaises années

  • Jempi le 30.06.2019 22:51 Report dénoncer ce commentaire

    désolé, mais les viticulteurs payent comme tout le monde les effets du réchauffement climatique. J'ai perdu l'été dernier, à cause de la chaleur, la moitié des mes haies de jardin, qui n'ont pas résisté à la chaleur.