En Tunisie

27 juin 2019 12:43; Act: 27.06.2019 16:12 Print

Deux attentats font plusieurs victimes à Tunis

Un double attentat visant la police a fait jeudi au moins un mort et huit blessés dans la capitale, faisant ressurgir le spectre de la violence en Tunisie.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Peu après les attentats, la présidence de la République tunisienne a indiqué que le président Béji Caïd Essebsi, 92 ans, a été hospitalisé après avoir fait un «grave» malaise. Sur la principale avenue de Tunis, l'avenue Habib Bourguiba, un kamikaze a visé un véhicule de police en milieu de matinée, blessant trois civils et deux policiers, selon un premier bilan du ministère de l'Intérieur. L'un des policiers est décédé de ses blessures, a ensuite précisé le ministère.

Il s'agit du premier attentat dans la capitale depuis celui perpétré le 30 octobre, également sur l'avenue Bourguiba, par une femme kamikaze, qui avait fait au mois 26 blessés, en majorité des policiers. Des morceaux de corps, probablement celui du kamikaze, jonchaient jeudi la chaussée autour de cette voiture, a constaté une journaliste de l'AFP sur place. L'attentat s'est produit non loin de l'ambassade de France. Des passant se sont évanouis sous le choc, et de nombreux commerces et administrations du centre-ville ont aussitôt baissé leurs rideaux.

Aucune revendication dans l'immédiat

Rapidement, des forces de sécurité ont été déployées sur le lieu de l'attentat, où des badauds se sont attroupés malgré les avertissements lancés sur un ton agressif par des agents de police, en panique. Une demi-heure plus tard, un deuxième attentat suicide a visé un complexe de la Garde nationale à la périphérie de Tunis, faisant quatre blessés parmi les policiers, a indiqué le ministère de l'Intérieur. Le kamikaze s'est fait exploser «à 11h (12h au Luxembourg) devant la porte arrière» du complexe de Gorjani, où sont rassemblés des services de la Garde nationale, de la police judiciaire et des services d'enquête antiterroriste, a déclaré le porte-parole du ministère, Sofiène Zaag.

Les deux attentats n'ont pas été revendiqués dans l'immédiat. Ils interviennent à la veille d'une saison touristique, qualifiées de prometteuse par des responsables tunisiens, et à l'approche d'élections présidentielle et législatives, prévues en octobre et novembre.

Depuis l'attaque suicide le 24 novembre 2015 contre un bus de la garde présidentielle, qui avait tué 12 agents en plein centre de Tunis, l'état d'urgence a été constamment renouvelé dans le pays. Cette attaque avait été revendiquée par le groupe jihadiste État islamique (EI). La même année, 60 personnes dont 59 touristes, avaient été tuées dans d'autres attentats contre le musée du Bardo à Tunis, le 18 mars, puis contre une plage et un hôtel près de Sousse, le 26 juin. Ces deux attaques avaient aussi été revendiquées par l'EI.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • nop le 27.06.2019 20:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Parce que les attentats sont concentrés juste dans les pays du Maghreb peut être ??? Regardez autour de vous en Europe !!

  • Soleil le 27.06.2019 17:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres ci pauvres ça, faudrait songer à réformer cette religion qu’on appelle islam parce que la paix c’est pas ça.

  • alf le 27.06.2019 16:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comment peut on encore aller dans ses pays avec ce qui se passe ? Comment des agences peuvent elles encore faire partir des touristes dans les. Pays du Maghreb ?

Les derniers commentaires

  • sofie le 28.06.2019 08:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    beh oui dans les agences on vends encore des billets pour aller en Tunis, comme on en vends pour aller en France alors que c'est plus dangereux!!!

  • Le Belge le 28.06.2019 06:53 Report dénoncer ce commentaire

    Pas encore pour demain les vacances là bas...

  • nop le 27.06.2019 20:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Parce que les attentats sont concentrés juste dans les pays du Maghreb peut être ??? Regardez autour de vous en Europe !!

  • Soleil le 27.06.2019 17:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres ci pauvres ça, faudrait songer à réformer cette religion qu’on appelle islam parce que la paix c’est pas ça.

  • alf le 27.06.2019 16:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comment peut on encore aller dans ses pays avec ce qui se passe ? Comment des agences peuvent elles encore faire partir des touristes dans les. Pays du Maghreb ?

    • Heng le 29.06.2019 11:49 Report dénoncer ce commentaire

      Les agences font ce que vous demandez. Ils mettent le client au courant, ils l'avertissent mais en fin de compte c'est le client qui décide.