Chine/Islande

11 août 2020 15:51; Act: 11.08.2020 15:57 Print

Deux bélugas captifs retrouvent enfin la liberté

Deux bélugas provenant d'un aquarium chinois ont retrouvé l'eau de mer ce week-end dans un sanctuaire marin en Islande, où ils pourront jouir d’une semi-liberté et profiter des grands espaces.

Sur ce sujet
Une faute?

«Petite Blanche» et «Petite Grise», deux femelles de 900 kilos chacune et quatre mètres de long, sont bien arrivées vendredi dans des piscines du sanctuaire marin de Klettsvik, au large de la côte sud de l'Islande, indique l'association de protection des animaux Sea Life Trust dans un communiqué, vidéos à l'appui. Après y avoir séjourné «quelques semaines», les deux baleines blanches âgées de 13 ans doivent ensuite être relâchées en semi-liberté dans une réserve naturelle de 32 000 mètres carrés bordant les îles Vestmann.

Une réintroduction progressive

En juin 2019, elles avaient définitivement quitté leur ancienne vie, consistant à divertir les visiteurs de l'aquarium chinois Changfeng Ocean World. Elles avaient traversé les terres et les airs dans des conteneurs pour finalement arriver par avion en Islande, où leur immersion a pris du retard. C'est la première fois qu'elles retrouvent la mer depuis leur capture par un centre de recherche russe en 2011, a souligné Sea Life Trust.

Après avoir si longtemps été prises en charge par des êtres humains, il est peu probable que les bélugas survivent dans leur habitat naturel en pleine liberté. Par conséquent, des filets cernent le sanctuaire. La libération des bélugas, qui ont été entraînées en vue de leur remise à la mer, s'est faite de manière «aussi limpide que nous l'avions espéré et planifié», a déclaré Andy Bool, responsable de Sea Life Trust, qui qualifie les deux cétacés d’«ambassadrices des 300 autres bélugas sous contrôle humain à travers le monde», a-t-il dit.

Le destin de l’orque Willy

«Nous espérons montrer que Petite Blanche et Petite Grise vont s'épanouir dans cette baie», a expliqué le responsable. C'est à Klettsvik qu'avait également été transférée, en 1998, l'orque Keiko du film «Sauvez Willy» (1993). L'orque a été relâchée complètement en 2002 mais n'avait su s'accommoder à la vie sauvage. Elle est morte 18 mois plus tard des suites d'une pneumonie dans un fjord norvégien.

Originaires des eaux arctiques russes, les deux bélugas avaient été capturés à l'âge de deux ou trois ans. Les bélugas ont une espérance de vie généralement comprise entre 40 et 60 ans. Selon Sea Life Trust, la baie de Klettsvik est le premier sanctuaire marin en «pleine mer» au monde.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le rêve le 11.08.2020 22:35 Report dénoncer ce commentaire

    En fait, il faudrait qu'elles puissent retrouver leur famille. Les cétacés sont très intelligents, potentiellement plus intelligents que nous. Je pense qu'ils pourraient se reconnaître. Il faut demander aux scientifiques russes.

  • Croisons les doigts le 11.08.2020 22:55 Report dénoncer ce commentaire

    Il aurait été beaucoup plus simple, et surtout moins cruel, de les laisser libres dans leur milieu naturel, de ne jamais les emprisonner. Mais bon... réjouissons-nous qu'ils retrouvent une semi-liberté. Et souhaitons leur une bonne adaptation....

Les derniers commentaires

  • Croisons les doigts le 11.08.2020 22:55 Report dénoncer ce commentaire

    Il aurait été beaucoup plus simple, et surtout moins cruel, de les laisser libres dans leur milieu naturel, de ne jamais les emprisonner. Mais bon... réjouissons-nous qu'ils retrouvent une semi-liberté. Et souhaitons leur une bonne adaptation....

  • Le rêve le 11.08.2020 22:35 Report dénoncer ce commentaire

    En fait, il faudrait qu'elles puissent retrouver leur famille. Les cétacés sont très intelligents, potentiellement plus intelligents que nous. Je pense qu'ils pourraient se reconnaître. Il faut demander aux scientifiques russes.