Santé

17 juillet 2019 21:17; Act: 18.07.2019 17:29 Print

Ebola déclaré «urgence» sanitaire mondiale

Selon l'OMS, l'épidémie d'Ebola qui sévit en République démocratique du Congo, est désormais une «urgence» sanitaire mondiale, une mesure exceptionnelle.

storybild

Près de 1 700 personnes sont mortes en RDC depuis l'été dernier.

Sur ce sujet
Une faute?

L'organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré mercredi à Genève que l'épidémie d'Ebola était désormais une «urgence» sanitaire mondiale. Cette maladie a fait près de 1 700 morts depuis l'été dernier en République démocratique du Congo.

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré qu'il «était temps pour le monde de prendre acte» de l'épidémie. Il a toutefois recommandé que les frontières de la RDC avec ses voisins restent ouvertes.

Mesure exceptionnelle

L'agence spécialisée de l'ONU sur la santé a pris sa décision après la découverte d'un cas mortel dans la deuxième ville de la RDC, Goma, située à la frontière avec le Rwanda. En juin, deux cas avaient également été détectés en Ouganda voisin.

L'urgence sanitaire mondiale est une mesure exceptionnelle, qui n'a été décrétée que quatre fois seulement par l'OMS: en 2009 pour la grippe H1N1, en 2014 pour la poliomyélite, en 2014 pour l'épidémie d'Ebola qui a fait plus de 11 300 morts dans trois pays d'Afrique de l'Ouest (Liberia, Guinée, Sierra Leone) et en 2016 pour le virus Zika.

Risque élevé

«Le risque de dissémination d'Ebola dans la région reste élevé, mais il reste faible en dehors», a affirmé le Dr Tedros. Le virus se transmet à l'être humain par contact soit avec des animaux infectés (en général en les dépeçant, en les cuisant ou en les mangeant), soit avec des fluides biologiques de personnes infectées.

Dans un communiqué, l'OMS a précisé que la déclaration d'urgence sanitaire mondiale ne préjugeait pas de l'efficacité des équipes sanitaires sur place, «mais était plutôt une mesure pour reconnaître les risques potentiels au niveau local et régional et la nécessité d'une action intensifiée et coordonnée pour y faire face».

Épidémie de rougeole

L'épidémie actuelle est la dixième depuis 1976 en RDC et la deuxième plus grave dans l'histoire d'Ebola, après l'épidémie qui a frappé l'Afrique de l'Ouest en 2014-2016.

L'OMS a également mis en garde contre l'actuelle épidémie de rougeole en RDC. Celle-ci a tué presque autant que les deux autres épidémies d'Ebola et de choléra réunies.

«Nous ne disposons que de 74 000 doses de vaccins alors que le besoin est de 94 000 doses», a déclaré Jean-Pierre Basake, médecin-inspecteur de la province de Kwilu (ouest). Il a lancé un appel pressant aux autorités et aux partenaires pour que sa province soit dotée en vaccin.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.