Environnement

30 juillet 2021 08:02; Act: 30.07.2021 11:39 Print

En Espagne, des villages en lutte pour l'eau potable

Dans de nombreux villages espagnols, la qualité de l’eau est menacée par la pollution agricole, le manque de contrôles et la sécheresse. Une situation qui inquiète jusqu’à Bruxelles.

storybild

À Lastras, chaque lundi, les habitants défilent sur la place principale pour récupérer, à bout de bras ou dans des brouettes, des packs d’eau financés en partie par la mairie. (photo: AFP/Pierre-philippe Marcou)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je me lave les dents avec de l’eau en bouteille», soupire Francisca Benítez, 76 ans, venue chercher de l’ombre au café de Lastras de Cuéllar, village privé d’eau potable à moins de deux heures de Madrid. En Espagne, où la qualité de l’eau est menacée par la pollution agricole, le manque de contrôles et la sécheresse, des dizaines d’autres villages souffrent, comme Lastras, du même problème. Dans cette bourgade de Castille-et-Léon, les nitrates et l’arsenic rendent depuis six ans l’eau imbuvable pour les habitants, qui sont 350 l’hiver et près de 1000 en été.

Alors, chaque lundi, ils défilent sur la place principale pour récupérer, à bout de bras ou dans des brouettes, des packs d’eau financés en partie par la mairie. Comme Alejandro Martín, 17 ans, qui aide son grand-père de 95 ans à ramener la précieuse eau minérale avant de la verser dans une casserole pour préparer un café. Dehors, des bouquets et des guirlandes de bouteilles en plastique sont suspendus aux balcons où des banderoles exigent l’accès à l’eau potable. «Ce n’est pas normal au XXIe siècle», s’indigne Mercedes Rodríguez, 41 ans, membre d’un collectif d’habitants. Le maire, Andrés García, dénonce de son côté «le manque d’argent» public qui a ralenti un projet qui devrait ramener l’eau potable à la fin de l’année.

Rien qu’en Castille-et-Léon, 63 communes en étaient privées en mars selon la télévision régionale. Il n’existe aucun chiffre officiel national sur le sujet. D’après le ministère de la Santé, 67 050 analyses effectuées en 2019 au niveau national – parfois au même endroit à des dates différentes – ont montré que l’eau n’était pas potable. Et les niveaux de nitrates inquiètent partout alors que plus du quart (28%) des stations d’eaux souterraines du pays en mesurent une concentration supérieure ou proche du seuil de potabilité et que près du quart du pays (22%) est «vulnérable» à cette pollution en raison de la nature des sols ou des activités agricoles, selon le ministère de la Transition écologique.

«20 000 porcs pour 50 habitants»

Des pollutions agricoles de plus en plus pointées du doigt. Comme à Lierta, village de la région d’Aragon, privé d’eau potable depuis 2018 à cause des nitrates et où les habitants se battent contre un projet d’installation d’une nouvelle exploitation de 3000 truies. Sous un soleil de plomb, seul un chien s’abreuve à la fontaine débordant d’algues plus vertes que les montagnes alentour, qui dominent une vaste étendue de champs dorés de céréales parsemés de porcheries.

Ici, c’est déjà «près de 20 000 porcs pour 50 habitants», fustige Bernard Más, 68 ans, membre de l’association d’habitants qui vient d’obtenir la suspension du projet pour un an au dernier conseil municipal. Dans le pays de la charcuterie, «l’élevage intensif, les maxi-exploitations sont un réel problème» pour la qualité de l’eau dans les zones où elles sont implantées, à cause des rejets de purins, estime Luis Babiano, président de l’Association espagnole des opérateurs publics de distribution et d’assainissement de l’eau. Mais les excès de nitrates dans les sources d’eau restent d’abord une «conséquence de l’usage des fertilisants dans l’activité agricole» qui constitue «le principal problème» à la campagne, soulignait un rapport du ministère de la Transition écologique fin 2020.

«Non potable sans le savoir»

«En milieu rural, il y a un contrôle insuffisant des eaux et les habitants des petites communes pourraient être en train de boire de l’eau non potable sans le savoir», mettait en garde ce même rapport. Une situation qui inquiète jusqu’à Bruxelles, où la Commission européenne a lancé un ultimatum à l’Espagne en 2020 pour qu’elle améliore son contrôle de la qualité des eaux, sous peine de lourdes amendes.

À terme, la sécheresse, qui pourrait s’aggraver en Espagne en raison du changement climatique, pourrait aussi mettre en péril la qualité de l’eau dans le pays. Car si la quantité d’eau diminue et que celle de produits nocifs ne baisse pas, la proportion de ceux-ci augmente dans l’eau, explique Luis Babiano. À Lastras, Mercedes Rodríguez craint, elle, que la pollution de l’eau n’entraîne l’«extinction» de son village car «qui va venir dans un village où on ne peut pas boire l’eau du robinet?».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Théodora le 30.07.2021 10:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Donc continuons de manger fruits et légumes qui arrivent d'Espagne. C'est bon pour la santé. Les grands super marchés feraient bien de repenser leur stratégies de vente et leur marge de profit.

  • Math le 30.07.2021 09:49 Report dénoncer ce commentaire

    Les problèmes dûs à l'eau arrivent même en Europe, continent riche, et ce n'est que le début. Toute notre pollution et notre exploitation de la planète à outrance fera que l'on vivra moins bien dans 50 ans. L'humanité court à sa perte...

  • LuxThill le 30.07.2021 13:33 Report dénoncer ce commentaire

    C'est un aperçu de la vie selon NESTLÉ nous réserve!

Les derniers commentaires

  • Vindulux le 01.08.2021 22:49 Report dénoncer ce commentaire

    C'est également ce qui arrive chez nous! la moitié de la population boit l'eau du lac et bientôt l'autre moitié devra se contenter de l'eau de la Moselle. Et que se passera t'il lors des prochaines inundations si les camions n'arrivent plus aux supermarchés

  • MMarcel le 31.07.2021 07:48 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai vécu 5 ans dans le sud de l'Espagne et c'est vrai que l'eau potable est un problème !! Cependant les champs des agriculteurs vont pratiquement jusqu'à la plage et ils pompent de manière illégale souvent en toute impunité l'eau dans la nappe phreatique pour irriguer les melons, tomates citronniers etc... !! Ils faut savoir que la plupart de ces agriculteurs ne cessent de demander de l'aide à la l'Europe mais continuent a travailler de la même façon!! Car l'Europe accorde les aides mais ne vérifie pas sur place ce qui est fait ou par des fonctionnaires incompétents sur le sujet !!!

    • Luxo le 01.08.2021 22:52 Report dénoncer ce commentaire

      Je vous rassure les Agroculteurs luxembourgeois , perçoivent bien plus d'aides de l'UE que les Espagnols , en plus des aides du pays,

  • zaz le 30.07.2021 17:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Théodora. L idéal est de manger local mais mieux vaut manger des fruits et légumes même venus d Espagne plutôt que de la viande chaque jour et même à chaque repas.

  • Christian le 30.07.2021 13:47 Report dénoncer ce commentaire

    Mais tout va bien. Nous pouvons bien ne pas renoncer à notre rythme de consommation, de pollution, de consommation d'énergie, etc ........ DROIT DANS LE MUR !

    • Loupiotte le 30.07.2021 18:31 Report dénoncer ce commentaire

      C'est malheureux à dire mais c'est tout à fait ça. Tant qu'on a pas pris le mur, on continue...

  • LuxThill le 30.07.2021 13:33 Report dénoncer ce commentaire

    C'est un aperçu de la vie selon NESTLÉ nous réserve!