Sommet sur la Syrie

16 septembre 2019 08:42; Act: 16.09.2019 13:19 Print

Erdogan accueille Poutine et Rohani à Ankara

Le président turc reçoit ses homologues russe et iranien lundi, à Ankara, pour un sommet tripartite au sujet de la crise syrienne.

storybild

Il s'agit du cinquième sommet entre Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine et Hassan Rohani. (photo: AFP/Adem Altan)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan accueille lundi ses homologues russe et iranien à Ankara pour un nouveau sommet sur la Syrie, qui devrait être dominé par l'offensive du régime de Damas sur le dernier bastion rebelle d'Idleb. Il s'agit du cinquième sommet entre Recep Tayyip Erdogan, dont le pays soutient l'opposition, et Vladimir Poutine et Hassan Rohani, garants du régime de Damas, depuis 2017.

Mais au moment où la victoire de Bachar el-Assad semble de plus en plus acquise, la priorité pour Ankara est de se prémunir d'un nouvel afflux massif de réfugiés en provenance d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie. Malgré des appels à un cessez-le-feu, cette zone, où vivent environ trois millions de personnes, est sous le coup d'une offensive du régime syrien. Ankara y dispose, en vertu d'un accord conclu l'année dernière avec Moscou, de douze postes d'observation dont l'un est désormais encerclé par les troupes de Damas.

Bombardements sporadiques

L'objectif du sommet est d'examiner «les développements en Syrie, à Idleb en particulier, mais aussi les démarches à faire conjointement dans la période à venir pour la cessation du climat de conflit, la mise en œuvre des conditions nécessaires pour le retour volontaire des réfugiés et l'instauration d'une solution politique», a déclaré la présidence turque dans un communiqué.

Des bombardements sporadiques se poursuivent à Idleb, malgré un fragile cessez-le-feu décrété le 31 mars, à l'issue de quatre mois de bombardements du régime et de l'allié russe qui ont tué, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), plus de 960 civils. «Dans cette zone, un grand nombre de terroristes sont toujours présents (...), et des combattants continuent de tirer sur les positions des forces gouvernementales», a déclaré vendredi le conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov.

«Questions non résolues»

L'un des objectifs de cette «zone de sécurité» pour Ankara est de pouvoir y renvoyer certains des plus de 3,6 millions de réfugiés syriens installés en Turquie. Moscou souhaite avancer sur la création d'un comité constitutionnel chargé de la rédaction de la constitution pour l'après-guerre. Cela accorderait à Vladimir Poutine une victoire politique à ajouter à ses victoires militaires, estime Dareen Khalifa, analyste à l'International Crisis Group.

Elle appelle toutefois à ne pas trop attendre de la rencontre des trois dirigeants. Même s'ils réussissent à se mettre d'accord sur la composition du comité, «cela laisse de nombreuses questions non résolues sur l'avenir du processus politique, y compris la capacité et la volonté du régime d'entreprendre toute forme de réforme politique», ajoute Dareen Khalifa.

Les trois dirigeants auront également des entretiens bilatéraux avant le sommet, qui se terminera avec une conférence de presse au cours de laquelle il doivent présenter une déclaration commune.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mystère le 16.09.2019 18:07 Report dénoncer ce commentaire

    Un axe Moscou-Ankara-Téhéran pour contre un axe Washington-Ryad-Arabes du Golf. Mais où ira se placer la Chine et surtout où ira se placer Israël, fidèle vassal des USA mais en conflit avec les Arabes et avec l'Iran?

  • wesh jack le 16.09.2019 21:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Turquie lutte contre tout les problèmes ! Tant dis que l’Europe ne veut pas des problèmes...

  • Dalloz le 17.09.2019 07:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une partie de la Turquie est en Europe...

Les derniers commentaires

  • Dalloz le 17.09.2019 07:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une partie de la Turquie est en Europe...

  • wesh jack le 16.09.2019 21:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Turquie lutte contre tout les problèmes ! Tant dis que l’Europe ne veut pas des problèmes...

  • Mystère le 16.09.2019 18:07 Report dénoncer ce commentaire

    Un axe Moscou-Ankara-Téhéran pour contre un axe Washington-Ryad-Arabes du Golf. Mais où ira se placer la Chine et surtout où ira se placer Israël, fidèle vassal des USA mais en conflit avec les Arabes et avec l'Iran?

  • oups le 16.09.2019 12:21 Report dénoncer ce commentaire

    Quelqu'un voulait que la Turquie fasse son entrée en Europe?

    • Le Russe le 16.09.2019 12:31 Report dénoncer ce commentaire

      Euh... la Hongrie et la République Tchèque, qui sont déjà dans l'UE, ne sont pas loin de se joindre à eux. Quant à la Turquie, ok, elle ne fait pas partie de l'UE mais elle fait partie de l'OTAN et ça c'est beaucoup plus grave.

    • Carlo Marxo le 16.09.2019 13:30 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis en faveur de l'entrée de la Turquie en Europe. Erdoghan est bcp plus fiable comme partenaire qu'un Berlusconi.. L'Europe a plus de problèmes avec des pays membres qu'avec certains pays voisins comme la Turquie

    • Gilles le 16.09.2019 18:06 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis aussi favorable à l'entrée du Canada et de l'Australie dans l'UE