Aux Pays-Bas

18 octobre 2019 20:19; Act: 18.10.2019 20:19 Print

Famille recluse dans une ferme: le «père» arrêté

Un homme de 67 ans, soupçonné d'atteinte à la liberté et à la santé de ses six enfants supposés durant des années, a été interpellé par la police néerlandaise jeudi.

Sur ce sujet
Une faute?

La police néerlandaise a arrêté jeudi le père d'une famille séquestrée durant presque une décennie dans une ferme, expliquant chercher à savoir si une «certaine croyance dans une foi» était à l'origine de l'affaire.

L'homme de 67 ans est soupçonné d'atteinte à la liberté et à la santé d'autrui ainsi que de blanchiment d'argent après que lui et ses six enfants supposés eurent été découverts dans cette ferme à Ruinerwold (nord), selon la police.

Deuxième arrestation

Il s'agit de la deuxième arrestation dans cette affaire : le locataire de la ferme, un Autrichien de 58 ans identifié par les médias comme Josef B., avait été arrêté mardi. Un juge a ordonné jeudi son maintien en détention pour deux semaines supplémentaires.

«Nous faisons face à une situation exceptionnelle dans cette affaire. Ces gens ont vécu entre eux dans cette maison depuis 2010, à l'écart de la société», a expliqué la police dans un communiqué.

Membres de la secte Moon

Le groupe «prétend former une famille» : l'homme de 67 ans arrêté jeudi serait le père des six jeunes gens, dont celui qui a donné l'alarme après s'être enfui dans un bar local.

«Nous avons des raisons de croire que les personnes impliquées ne sont pas restées sur place contre leur volonté. Nous enquêtons pour savoir si une certaine croyance dans un mode de vie ou une foi a conduit aux conditions de vie dans lesquelles on a retrouvé ces gens», a expliqué la police.

«La situation que nous avons découverte nécessite une approche prudente où les jeunes adultes retrouvés reçoivent soins et attention». Selon la télévision néerlandaise RTV Drenthe, Josef B. et les sept membres de la famille étaient tous membres de l'Eglise de l'Unification, organisation religieuse controversée également appelée secte Moon, née en Corée du Sud.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.