Hommage du 11 septembre

11 septembre 2019 18:31; Act: 12.09.2019 14:43 Print

Trump promet de frapper les talibans «plus fort»

Rassemblés sur le site des tours jumelles du World Trade Center, les New-Yorkais commémorent mercredi les attentats qui ont fait plus de 3 000 morts en 2001.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les New-Yorkais rendaient hommage mercredi aux victimes des attentats du 11 septembre. Ce 18e anniversaire est marqué par la volonté de s'assurer que les jeunes n'oublieront jamais l'attentat le plus sanglant de l'histoire.

Pour le 18e anniversaire des attentats du 11 septembre, Donald Trump a fait vœu d'intensifier les combats contre les talibans, quelques jours après avoir annulé une rencontre avec leurs chefs visant à mettre fin à l'intervention américaine en Afghanistan. «Au cours des quatre derniers jours, nous avons frappé notre ennemi plus fortement que nous ne l'avions jamais fait, et cela va continuer», a lancé M. Trump lors d'une cérémonie au Pentagone, en présence de proches des victimes des attentats. Si les jihadistes «reviennent dans notre pays, on les suivra où qu'ils soient, on utilisera notre puissance, comme on ne l'a jamais utilisée jusqu'ici», a averti le président américain.

Sous le soleil - comme il y a 18 ans - des élus et ex-élus de New York et une foule de proches des victimes se sont rassemblés sur le site des tours jumelles du World Trade Center. Le lieu est devenu un mémorial en hommage aux près de 3 000 personnes tuées et 6 000 blessées dans les attaques, menées par un commando djihadiste, qui devaient transformer les États-Unis et le monde entier.

La foule, réunie sur l'esplanade devant le musée dédié aux attentats à la pointe de Manhattan, a marqué une minute de silence aux heures exactes - 8h46 et 9h03, en pleine heure de pointe - auxquelles les avions détournés sont venus successivement frapper les tours jumelles: elles se sont vite transformées en brasier avant de s'effondrer, ne laissant aucune chance à de nombreuses personnes employées dans ces gratte-ciel de plus de 100 étages.

La politique mise de côté

Au premier rang des responsables de cette cérémonie, où la politique est généralement soigneusement évitée, figuraient le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, le maire actuel de la capitale financière américaine et ses prédécesseurs: le démocrate Bill de Blasio; Rudy Giuliani, maire au moment des attentats, ce qui lui valut un temps le surnom de «maire de l'Amérique»; et Michael Bloomberg, qui présida au chantier de reconstruction de ce quartier de Manhattan, complètement transformé par l’événement. Comme chaque année, la foule a écouté des proches des victimes égrainer les noms des personnes tuées le jour des attentats et dire quelques mots en leur honneur, un rituel qui devait durer environ quatre heures.

«Nous vous aimons, vous nous manquez et vous serez toujours les héros de l'Amérique», a notamment déclaré une femme qui a perdu un frère et un cousin dans les attentats.

Minute de silence

Dans le reste de cette ville de plus de huit millions d'habitants, la plupart des gens travaillaient comme d'habitude, avec néanmoins des moments de silence observés en mémoire des victimes. À la veille de ce 18e anniversaire, le gouverneur Cuomo a signé une loi obligeant les écoles publiques à marquer les événements par une minute de silence.

«En instaurant cette journée annuelle du souvenir et un bref moment de silence dans les écoles publiques, nous contribuons à assurer que nous n'oublierons jamais - non seulement la douleur de ce moment mais aussi le courage, le sacrifice et les expressions d'amour qui ont guidé notre réponse», a expliqué le gouverneur, en signant le texte.

Discours de Donald Trump

Au-delà des près de 3 000 personnes tuées et plus de 6 000 blessées dans l'effondrement du World Trade Center, New York compte désormais plusieurs dizaines de milliers de personnes - surtout des ex-pompiers, urgentistes et secouristes - atteintes de cancers et d'autres maladies graves, notamment du poumon, liées au nuage toxique qui a plané des semaines durant sur le sud de Manhattan, après les attentats.

Le président Donald Trump, qui a vécu toute sa vie à New York jusqu'à son arrivée à la Maison-Blanche en 2017, devait lui prononcer un discours depuis le Pentagone, vers 9h30 locales.

Au total , quatre avions ont été détournés par des djihadistes affiliés à Al-Qaïda ce jour-là. Outre les deux qui ont frappé le World Trade Center, un troisième a visé le Pentagone et un quatrième, le vol 93, s'est écrasé dans un champ de Shanksville, en Pennsylvanie.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • petite plume le 11.09.2019 19:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je m’en souviens comme si c’était hier ... quelle tristesse

  • Parler tout seul le 11.09.2019 20:39 Report dénoncer ce commentaire

    Ah c'est bizarre, encore hier il voulait les inviter au USA et maintenant il veut de nouveau les bombarder. Il ne faut plus faire attention, il dit quelque chose et le lendemain l'inverse. Il vaut mieux le laisser parler tout seul ...

Les derniers commentaires

  • Parler tout seul le 11.09.2019 20:39 Report dénoncer ce commentaire

    Ah c'est bizarre, encore hier il voulait les inviter au USA et maintenant il veut de nouveau les bombarder. Il ne faut plus faire attention, il dit quelque chose et le lendemain l'inverse. Il vaut mieux le laisser parler tout seul ...

  • petite plume le 11.09.2019 19:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je m’en souviens comme si c’était hier ... quelle tristesse

    • Viva le 12.09.2019 08:40 Report dénoncer ce commentaire

      Triste je me souviens très bioen de ce jour, mais ça fait 18 ans mais pourqiou vouloir continuer les bombardements?