Au Panama

05 avril 2020 17:04; Act: 06.04.2020 19:15 Print

Homme et femme, chacun a ses jours de sortie

Le Panama a instauré une mesure insolite depuis mercredi. Afin de lutter contre le coronavirus, les hommes et les femmes ne sont pas autorisés à sortir en même temps.

Au Pérou, le gouvernement a imposé la même mesure qu'au Panama. Depuis, les contrôles sont réguliers.

Sur ce sujet
Une faute?

Une moitié de la semaine, seuls les hommes peuvent sortir faire des courses. L'autre, c'est au tour des femmes. Le Panama vient de mettre en place cette mesure insolite pour combattre la pandémie de coronavirus. La décision, prise lundi, est entrée en vigueur, mercredi, dans ce pays d'Amérique centrale célèbre notamment pour son canal interocéanique et qui compte 1 317 cas officiellement recensés de Covid-19, dont 32 décès.

Jusqu'à présent, le Panama avait fermé ses frontières, suspendu les classes, interdit l'entrée aux étrangers et mis en place un confinement obligatoire, avec des sorties limitées à deux heures par jour pour les achats essentiels. Mais sans distinction de sexe.

Le dimanche, personne ne sort

Désormais, les hommes sont autorisés à quitter leur domicile pour se rendre au supermarché ou à la pharmacie le mardi, le jeudi et le samedi, tandis que les femmes peuvent le faire le lundi, le mercredi et le vendredi. Et le dimanche, personne ne sort, sans exception.

«Ce confinement total n'a qu'un objectif: sauver des vies», a déclaré le ministre de l'Intérieur Juan Pino, lors d'une conférence de presse. À l'image d'autres pays, les autorités panaméennes dénoncent le non-respect des mesures de confinement prises par les autorités depuis le 24 mars, dans ce pays d'un peu plus de quatre millions d'habitants. Le gouvernement a donc décidé de les renforcer.

Le «mécanisme le plus simple» à mettre en place pour réduire le nombre de personnes dans la rue était donc «d'attribuer certains jours pour circuler aux femmes et certains jours pour circuler aux hommes», a expliqué M. Pino. Les sorties sont toujours limitées à deux heures. Ces nouvelles mesures doivent durer deux semaines.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Une idée le 05.04.2020 20:25 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi pas

  • TontonB le 05.04.2020 22:29 Report dénoncer ce commentaire

    Merci pour cette bonne nouvelle. Une journee sans blabla

  • allo la terre ! le 06.04.2020 09:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    au moins les contrôles se font rapidement. bonne idée

Les derniers commentaires

  • allo la terre ! le 06.04.2020 09:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    au moins les contrôles se font rapidement. bonne idée

  • raoul le 06.04.2020 02:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    excellente initiative !!!

  • TontonB le 05.04.2020 22:29 Report dénoncer ce commentaire

    Merci pour cette bonne nouvelle. Une journee sans blabla

  • Une idée le 05.04.2020 20:25 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi pas