En Suisse

10 janvier 2020 10:58; Act: 10.01.2020 13:07 Print

Il harcèle la police pour être emprisonné

Un trentenaire macédonien a donné du fil à retordre aux policiers de Fribourg, en Suisse, pendant plusieurs mois. Il a tout fait pour être incarcéré.

storybild

Un Macédonien a tout fait pour être emprisonner mais une fois qu'il a enfin été condamné par la justice, il est introuvable.

Sur ce sujet
Une faute?

Pris par une envie compulsive de téléphoner à la police de Fribourg, en Suisse, il a appelé le 117 du crépuscule au petit matin, toutes les sept minutes en moyenne, un jour de juillet 2019. Ce Macédonien d'une trentaine d'années ne souhaitait qu'une chose: être incarcéré afin d'échapper aux démons de l'alcoolisme. Selon La Liberté, l'homme a récidivé un mois plus tard avec 33 appels en un seul jour. En vain.

Obstiné à séjourner en prison, le Macédonien n'a pas lâché le morceau et a inventé une autre histoire: de la gare de Romont, à Fribourg, il a appelé la police pour signaler la présence d'un... pédophile qui n'est autre que lui-même. Quand une patrouille est arrivée sur place, il a voulu s'introduire de force dans le véhicule des agents. Nouvel échec.

Mais sa détermination n'en a pas faibli pour autant. Le quotidien explique que le Macédonien a également semé le trouble à l'hôpital en crachant sur le vigile. Curieusement, quand des policiers sont arrivés sur place et ont voulu l'embarquer, il a eu une attitude incohérente en refusant d'être emmené. C'est sous la contrainte qu'il a été conduit au poste avant d'être relâché par la suite. La procédure, elle, a suivi son cours. Il a été condamné par ordonnance pénale à 140 jours de prison et à une amende d'environ 830 euros pour fausse alerte, entrave au travail des agents, voies de fait, menaces et violences contre les autorités, énumère La Liberté. Le seul hic, c'est que SDF, le Macédonien est désormais introuvable. Peut-être que son envie de séjour carcéral appartient désormais au passé.

(L'essentiel/apn)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.