En Suède

16 juillet 2019 21:05; Act: 17.07.2019 11:13 Print

Il voulait s'appeler Tottenham, on lui refuse

Un trentenaire suédois espérait changer son nom à la gloire de son équipe de football préférée. Ça ne sera pas possible.

Sur ce sujet
Une faute?

David Lind, un citoyen de Kumla, à l'ouest de Stockholm, est un fan inconditionnel de l'équipe de Tottenham Hotspur, en première division anglaise. Après le brillant parcours de la formation londonienne la saison dernière, en particulier en Champions League, où les Spurs ont atteint la finale, Lind a tenu à rendre hommage à ses héros en changeant son nom en Tottenham.

Le Suédois de 39 ans était l'un des trois gagnants d'un concours ouvert à des gens qui envisageaient de modifier leur nom pour adopter celui de leur club britannique préféré. L'homme a donc immédiatement envoyé son formulaire à l'autorité nationale compétente en la matière. À sa grande déception, il a reçu une réponse négative, quelques semaines plus tard.

Guiseley ou Bajen étaient passés

«C'est très triste, a commenté le supporter dans le quotidien Nerikes Allehanda. On dirait qu'on peut s'appeler n'importe comment en Suède, mais pas Tottenham. Il y a beaucoup de gens avec des noms bizarres, y compris Pomme de terre. Peut-être que la personne en charge de ça est fan d'Arsenal (NDLR: autre club de Londres, rival des Spurs)?».

La réalité est toutefois beaucoup moins tordue, comme l'a expliqué un porte-parole de Skatteverket, le service gouvernemental concerné. Une nouvelle réglementation est en effet entrée en vigueur en 2017. Les possibilités de choix d'un prénom sont désormais beaucoup plus strictes, pour éviter les dérapages. Ainsi, le Suédois qui s'était fait baptiser Jacob Guiseley Ahman-Dahlin après être tombé amoureux du club de Guiseley, en 6e division anglaise, ne pourrait plus le faire de nos jours. «Si vous trouvez quelqu'un qui s'appelle Arsenal en Suède, le changement a probablement été fait avant 2017, a déclaré le communicant. Dans la loi de 1982, vous pouviez vous appeler plus ou moins n'importe comment. Il y a par exemple une soixantaine de gens qui se nomment Bajen (NDLR: un surnom du club suédois de Hammarby). Tottenham n'est pas construit de façon appropriée pour faire office de nom en Suède».

Déterminé à ne rien lâcher, David Lind entend faire appel de cette décision. À suivre...

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.