Aux États-Unis

23 novembre 2019 11:57; Act: 23.11.2019 12:02 Print

«Je ne pensais pas que c'était lié au vapotage»

Un étudiant américain de 22 ans a frôlé la mort à cause d'une consommation intensive de cigarettes électroniques. Il témoigne.

storybild

Gregory Rodriguez a été hospitalisé durant 12 jours. (photo: ho)

Sur ce sujet
Une faute?

Brûlant de température, vomissant et diarrhéique, Gregory Rodriguez était persuadé d'avoir attrapé un quelconque virus quand il s'est présenté aux urgences d'un hôpital new-yorkais en septembre. Deux jours plus tard il était inconscient, branché sur un poumon artificiel et candidat à une double greffe pulmonaire.

«Je pensais que ça n'avait rien à avoir avec le vapotage», raconte l'étudiant en informatique de 22 ans à l'AFP, deux mois après un calvaire qui l'a rapproché de la mort à quelques heures, et attribué par les médecins à une consommation intensive de cigarettes électroniques. Les autorités américaines ont qualifié le phénomène, qui a fait 47 morts, d'épidémie.

Les urgentistes dans ce quartier du Queens n'ont pas fait le lien immédiatement avec le vapotage. Comme souvent au début de cette épidémie découverte cet été, ils ont d'abord renvoyé Gregory chez lui avec des antibiotiques, croyant à une infection. Jusqu'à ce que Gregory revienne à l'hôpital, essoufflé, et confesse qu'il vapotait du cannabis depuis deux ans. «Je ne voulais pas leur dire au départ car c'est illégal dans l'Etat de New York», dit-il.

«A quelques heures de mourir»

Ce 18 septembre, son organisme s'effondre vite. Il est placé sous respirateur artificiel, mais cela ne suffit pas. Ses poumons étaient remplis d'une substance visqueuse, comme du flan, fruit de l'inflammation extraordinaire de ses voies respiratoires. L'oxygène ne pouvait plus passer dans le sang.

«Il était à quelques heures de mourir», dit la docteur Mangala Narasimhan, qui l'a traité. Gregory est branché sur une machine de dernier recours, ECMO (oxygénation par membrane extra-corporelle): la machine aspirait son sang pour l'oxygéner hors du corps, puis lui réinjecter dans les veines. Le jeune homme est plongé dans un coma artificiel pendant trois jours pour ne pas souffrir.

Il s'en sort sans greffe

«Quand je me suis réveillé, j'avais un tube dans la bouche qui allait dans les poumons», se souvient Gregory. Sa mère lui montre des photos de lui inconscient.

Ses poumons ont profité de la pause pour récupérer, pendant que la machine les remplaçait. Cela l'a sauvé, il n'a pas eu besoin de greffe. 12 jours après son hospitalisation, il rentrait chez lui, un temps relativement court comparé à d'autres malades. Son cas est néanmoins typique des situations les plus sévères. Au Long Island Jewish Medical Center, sur 40 malades, cinq ont été aussi graves que Gregory.

Capacité pulmonaire réduite

«Les premiers jours ont été très, très durs. C'était vraiment dur, dur de monter les escaliers», se souvient Gregory du retour dans l'appartement familial. Deux mois plus tard, il n'est plus à bout de souffle. Mais sa capacité pulmonaire reste réduite à 60%, dit son médecin. «Physiquement, je me sens normal, mais mentalement, je vais mettre longtemps à récupérer», précise Gregory. Le cannabis lui manque. «Je ne veux pas dire addiction, mais il y a des jours où je ne pense qu'à ça».

Ce qu'il hésite à appeler une dépendance lui coûtait environ 16 dollars la cartouche de THC, l'ingrédient stupéfiant du cannabis. Il les achetait par paquets de 25, de sources douteuses sur le dark web, la face cachée d'internet où se cachent les criminels, en payant en Bitcoins. Une méthode plus compliquée mais moins chère que les 40 dollars la cartouche demandés par les dealers à New York. «C'est un peu comme Amazon mais pour les drogues».

Dépressif

L'été dernier, déprimé, il s'est mis à vapoter plus, jusqu'à une cartouche entière tous les deux jours. «Comme le THC est illégal, le problème est qu'on est obligé d'aller sur le marché noir», dit-il. «Si c'était légal ce serait plus sûr car on en achèterait dans un dispensaire officiel», selon lui. Une affirmation pas forcément juste, puisque le cannabis est fortement taxé et plus cher qu'au marché noir dans les Etats où il a été légalisé.

L'étudiant pointe néanmoins une contradiction de la réglementation américaine: les autorités fédérales débattent d'une interdiction des cigarettes électroniques aromatisées, pour prévenir le vapotage des jeunes...

Mais puisque le cannabis est interdit au niveau fédéral, elles ne régulent et contrôlent pas les e-liquides au cannabis qui sont autorisés localement. Une interdiction des arômes «ne changerait rien» à l'épidémie de malades, conclut Gregory. «Mais les cartouches au THC, ce sont elles qui tuent les gens».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fifi le 23.11.2019 13:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qui s’étonne qu’on vende du poison sur le dark net? Le cannabis seul ne pourrait pas causer de telles complications s’il est consommé de manière classique. Qui sait ce que contiennent ces cartouches pour vapoter obtenues sur le marché noir? Si ces personnes veulent absolument du cannabis mais qu’elles recourent à des préparations chimiques aussi louches, c’est dommage.

  • Susi le 23.11.2019 12:43 Report dénoncer ce commentaire

    Arrête de vapoter et de fumer. Lis 1000 fois l'avertissement sur les paquets de cigarettes.

  • Ben le 23.11.2019 21:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le problème aux États-Unis ou dernièrement en Belgique, est lié aux personnes qui vaporisent des mélanges huileux frelater, acheté au marché noir. Les alvéoles des poumons n’aime pas l’huile. Le CBD ou le THC (pour les pays ou c’est autorisé) serais plus judicieux de l’utiliser via la vape (sublimation). La combustion engendre des problèmes à long terme, la vape ce n’est pas de la fumée mais plutôt de la vapeur. Il faudrait arrêté de mélanger les deux sujets.

Les derniers commentaires

  • Ben le 23.11.2019 21:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le problème aux États-Unis ou dernièrement en Belgique, est lié aux personnes qui vaporisent des mélanges huileux frelater, acheté au marché noir. Les alvéoles des poumons n’aime pas l’huile. Le CBD ou le THC (pour les pays ou c’est autorisé) serais plus judicieux de l’utiliser via la vape (sublimation). La combustion engendre des problèmes à long terme, la vape ce n’est pas de la fumée mais plutôt de la vapeur. Il faudrait arrêté de mélanger les deux sujets.

  • sf54 le 23.11.2019 14:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont cas fumer des clopes comme tous le monde

    • Sandro le 23.11.2019 17:51 Report dénoncer ce commentaire

      Hein ? "Ils ont cas fumer" ? Que voulez-vous nous dire ?

  • Pierre le 23.11.2019 14:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dire qu'il "frolé la mort à cause de la cigarette electronique" c'est très tendancieux, tous les cas similiaires aux USA sont liés aux mélanges douteux que ces gens ont fumés. Boire du vin avec de la javel c'est aussi dangereux.

    • André le 23.11.2019 15:35 Report dénoncer ce commentaire

      exactement

  • Fifi le 23.11.2019 13:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qui s’étonne qu’on vende du poison sur le dark net? Le cannabis seul ne pourrait pas causer de telles complications s’il est consommé de manière classique. Qui sait ce que contiennent ces cartouches pour vapoter obtenues sur le marché noir? Si ces personnes veulent absolument du cannabis mais qu’elles recourent à des préparations chimiques aussi louches, c’est dommage.

  • Slog le 23.11.2019 12:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Donc en résumer liquide au thc est très dangereux.

    • Marie le 23.11.2019 17:51 Report dénoncer ce commentaire

      Hein ?