Au Royaume-Uni

06 janvier 2021 09:04; Act: 06.01.2021 14:39 Print

Julian Assange demande sa remise en liberté

Deux jours après avoir refusé d'extrader Julian Assange vers les États-Unis, la justice britannique examine mercredi la demande de remise en liberté du fondateur de WikiLeaks.

storybild

L'Australien de 49 ans est poursuivi notamment pour espionnage. (photo: AFP/Justin Tallis)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux jours après avoir refusé d'extrader Julian Assange vers les États-Unis qui veulent le juger pour la diffusion de centaine de milliers de documents confidentiels, la justice britannique examine mercredi la demande de remise en liberté du fondateur de WikiLeaks.

Réclamé par la justice américaine, l'Australien de 49 ans, poursuivi notamment pour espionnage, a remporté lundi une première victoire. Invoquant le risque de suicide du fondateur de WikiLeaks dans le système carcéral américain, la juge britannique Vanessa Baraitser a refusé son extradition vers les Etats-Unis.

Arrêté en 2019

Dans la foulée de la décision, les autorités américaines ont notifié au tribunal leur intention de faire appel. Mais en attendant la suite de la procédure, la justice britannique doit statuer sur la remise en liberté ou le maintien en détention de Julian Assange, qui se trouve actuellement derrière les barreaux de la prison de haute sécurité de Belmarsh, à l'est de Londres. L'audience est prévue à 10h GMT.

Jusqu'alors, toutes ses demandes de libération ont été refusées. Julian Assange a été arrêté par la police britannique en avril 2019 après avoir passé sept ans reclus à l'ambassade d'Équateur à Londres, où il s'était réfugié alors qu'il était en liberté sous caution. Il craignait une extradition vers les États-Unis ou la Suède, où il a fait l'objet de poursuites pour viol qui ont depuis été abandonnées.

L'Australien, soutenu par nombre d'organisations de défense de la liberté de la presse, risque aux Etats-Unis 175 ans de prison pour avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • julie le 06.01.2021 09:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Julien Assange a sauvé l honneur des journalistes grâce à lui on a pu savoir les turpitudes de certains États et pourquoi alors Hillary Clinton reste libre après la diffusion de ses mails qui sont plus graves que ceux du susdit

  • horloge le 06.01.2021 09:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et devrait demander des dommages et intérêts

Les derniers commentaires

  • julie le 06.01.2021 09:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Julien Assange a sauvé l honneur des journalistes grâce à lui on a pu savoir les turpitudes de certains États et pourquoi alors Hillary Clinton reste libre après la diffusion de ses mails qui sont plus graves que ceux du susdit

  • horloge le 06.01.2021 09:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et devrait demander des dommages et intérêts