Bruxelles/Luxembourg

12 septembre 2019 12:35; Act: 12.09.2019 13:19 Print

Juncker n'apprécie pas le titre d'un commissaire

BRUXELLES/LUXEMBOURG - Le président sortant de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a réagi à l'intitulé du portefeuille d'un commissaire au centre d'une polémique.

storybild

«Je n'aime pas l'idée que le mode de vie européen s'oppose à la migration». (photo: AFP/John Thys)

Sur ce sujet
Une faute?

La nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen était sous pression jeudi pour changer l'intitulé du portefeuille d'un commissaire liant migration et «protection du mode de vie européen», face aux critiques d'eurodéputés et même de son prédécesseur Jean-Claude Juncker.

Le président sortant de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a déclaré jeudi qu'il «n'aime pas l'idée» du lien entre migration et «mode de vie européen», intitulé du portefeuille du commissaire grec, Margarítis Schinás, au centre d'une polémique. «Accepter ceux qui viennent de loin fait partie du mode de vie européen», a-t-il insisté.

«Rhétorique empruntée à l'extrême droite»

La question est sensible, dans la perspective des auditions (prévues du 30 septembre au 8 octobre) des nouveaux commissaires par le Parlement européen, qui doit adouber par un vote le nouvel exécutif européen.

Le Grec Margaritis Schinas (PPE, droite) a été nommé vice-président pour «protéger notre mode de vie européen» et chargé notamment du dossier des migrations, dans la nouvelle équipe annoncée mardi par l'Allemande Ursula von der Leyen. L'intitulé a suscité la polémique dans les rangs du Parlement européen et de la part d'ONG dénonçant une «rhétorique empruntée à l'extrême droite».

«Nous n'aimons pas ce titre, nous le refusons»

Socialistes, libéraux et Verts, les trois principaux groupes rivaux du PPE au Parlement, réclament l'abandon de ce titre. «Le moment est venu pour le Parlement de dire qu'il ne peut accepter un tel intitulé», a déclaré à l'AFP l'eurodéputée Karima Delli (Verts), présidente de la commission transports et tourisme, qui a soumis l'idée d'une lettre de protestation à adresser à Mme Von der Leyen.

«Nous n'aimons pas ce titre, nous le refusons», a indiqué jeudi, à la presse, l'Espagnole Iratxe Garcia, cheffe de file du groupe social-démocrate au Parlement. «Nous avons dit à la Commission hier que notre groupe ne pouvait pas l'accepter».

Pression

Le président du groupe Renew Europe (libéraux), le Roumain Dacian Ciolos, a annoncé avoir demandé le retrait de l'intitulé à Mme Von der Leyen, le qualifiant de «trompeur et ambigu».

La présidente élue «est consciente des problèmes que cela pose», a-t-il confié à l'AFP, se disant convaincu qu'elle allait changer le titre officiel. Mais la décision «lui revient, il n'est pas question pour elle de donner l'impression qu'elle a été imposée par la pression».

(L'essentiel/afp)