Avortement

27 septembre 2021 07:17; Act: 27.09.2021 13:56 Print

L'accès à l'IVG demeure très inégal dans le monde

L’avortement est toujours totalement interdit dans certains pays du monde, y compris en Europe. Tour d’horizon de la situation.

storybild

Des militants en faveur de l’avortement à Austin au Texas, où une nouvelle loi très restrictive, interdit l’avortement une fois que les battements de cœur de l’embryon sont détectés, soit environ six semaines de grossesse. (photo: Getty Images via AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Totalement interdit dans une minorité de pays, autorisé dans les autres, mais avec plus ou moins de restrictions: l’accès à l’avortement, qui a été légalisé par référendum, dimanche, dans le micro-État de Saint-Marin, demeure très inégal dans le monde.

En Europe, l’interdiction totale est une exception: l’avortement est ainsi totalement illégal à Malte (où en cas d’infraction la peine encourue va de 18 mois à trois ans de prison) ainsi que dans les trois micro-États d’Andorre, du Vatican et de Saint-Marin.

Les habitants de Saint-Marin, où l’avortement est depuis 1865, un crime passible de trois ans de prison pour la femme et six ans pour le médecin, ont toutefois décidé dimanche par référendum, à 77,3% de «oui», de donner aux femmes le libre choix d’avoir recours à l’IVG jusqu’à douze semaines de grossesse.

Interdite dans une quinzaine de pays

Après cette période de trois mois, l’avortement ne serait autorisé qu’en cas de menace pour la vie de la mère ou lorsque des anomalies ou malformations détectées chez le fœtus «comportent un grave risque pour la santé physique ou psychique de la femme».

Dans le reste du monde, l’IVG est interdite dans une quinzaine de pays: Congo, Djibouti, Égypte, Guinée-Bissau, Madagascar, République démocratique du Congo, Sénégal en Afrique; Honduras, Nicaragua, Surinam, Haïti et République dominicaine en Amérique; Philippines et Laos en Asie; Palaos en Océanie.

Le Salvador a adopté dans les années 1990 une législation draconienne qui interdit l’interruption de grossesse en toutes circonstances, même en cas de risque pour la vie de la femme. L’avortement est théoriquement passible de deux à huit ans de prison mais, dans les faits, les juges considèrent toute perte du bébé comme un «homicide aggravé», puni de 30 à 50 ans de réclusion.

Accès restreint

Dans de nombreux pays, l’avortement est soumis à des conditions extrêmement restrictives. Ainsi, l’IVG est accessible uniquement en cas de danger pour la vie de la mère en Côte d’Ivoire, Libye, Ouganda, Soudan du Sud, Irak, Liban, Syrie, Afghanistan, Yémen, Bangladesh, Birmanie, Sri Lanka, Guatemala, Paraguay ou encore Venezuela.

Au Brésil, l’accès à l’IVG est également très limité, en cas de viol, risque pour la mère ou grave malformation du fœtus. En 2017, le Chili a mis fin à près de 30 ans d’interdiction totale de l’IVG, désormais autorisée en cas de risque pour la vie de la mère, viol et non-viabilité du fœtus.

En Pologne, le Tribunal constitutionnel a restreint par une décision du 22 octobre 2020 le droit à l’IVG, interdisant les avortements en cas de malformation du fœtus. L’avortement n’y est permis qu’en cas de viol, d’inceste ou lorsque la vie de la mère est en danger.

Un droit parfois récent et sous pression

Ce sont globalement les femmes d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Océanie qui bénéficient des législations les plus libérales, acquises parfois très récemment.

En Argentine, le texte autorisant l’IVG jusqu’à 14 semaines de grossesse a été adopté en décembre 2020 par le Congrès. Jusqu’ici, l’avortement n’était permis qu’en cas de viol ou danger pour la vie de la mère.

La Nouvelle-Zélande n’a dépénalisé l’avortement qu’en mars 2020. En Australie, l’État du Queensland a légalisé l’avortement en octobre 2018 et seule la Nouvelle-Galles du Sud, État le plus peuplé du pays, continue à proscrire l’IVG.

En Corée du Sud, la plus haute juridiction du pays a ordonné en avril 2019 la levée de l’interdiction de l’avortement, jugée anticonstitutionnelle, et demandé une évolution de la législation très restrictive (IVG possible en cas de viol, d’inceste ou de menace pour la santé de la mère).

Avant six semaines au Texas

En Irlande, l’avortement n’est légal que depuis septembre 2018, à la suite d’un référendum historique abrogeant l’interdiction constitutionnelle de l’IVG dans ce pays catholique. Il a également été libéralisé en octobre 2019 en Irlande du Nord, seule partie du Royaume-Uni où il restait interdit. L’IVG est légale en Grande-Bretagne depuis 1967.

Aux États-Unis, l’avortement a été autorisé par un arrêt célèbre ("Roe v. Wade") de la Cour suprême en 1973, garantissant le droit des femmes à avorter tant que le fœtus n’est pas viable, soit vers 22 semaines de grossesse. Mais le Texas a adopté une législation, entrée en vigueur le 1er septembre 2021, très restrictive, interdisant l’avortement une fois que les battements de cœur de l’embryon sont détectés, soit environ six semaines de grossesse.

La seule exception est l’urgence médicale. Le gouvernement fédéral a porté plainte pour obtenir le gel de la loi texane. La Cour suprême a refusé d’intervenir pour l’instant dans ce dossier, invoquant des «questions de procédure».

Au Mexique, la Cour suprême a déclaré, le 10 septembre 2021, inconstitutionnelle la loi de l’État de Coahuila (nord) assimilant l’avortement à un meurtre, ouvrant la voie à une jurisprudence nationale sur ce sujet. Dans ce pays, l’avortement avant douze semaines est légal. Mais une dizaine d’États mexicains avaient pris en 2007 des dispositions légales pour obliger à «protéger la vie, dès sa conception».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sam1952 le 27.09.2021 09:23 Report dénoncer ce commentaire

    Sommes nous vraiment en 2021 ,? Le droit d’avortement , c’est un droit de choix , qui concerne uniquement la femme . Vaut il mieux mettre un enfant au monde , non désiré , mal aimé , voir maltraiter ou abandonné ? , ce que nous rencontrons partout , et qui construit une future société de violences , de malades …. Oui à l’avortement !

  • I.F. le 27.09.2021 08:39 Report dénoncer ce commentaire

    L'avortement, n'est pas un moyen de contraception banal, c'est une opération lourde pour le corps et pour le moral. Il vaut mieux mettre l'accent sur la prévention des grossesses. Le foetus est un être vivant (humain). Mais toutes les grossesses ne vont pas à leur terme un enterrement et un deuil pour les parents sont obligatoirs. Certains parents ne peuvent garder un enfant à venir, il faut recourrir à l'avortement dans le dernier cas. Ces cas doivent être considérés comme des grossesses non terminées. C'est à éviter mais courage à celle qui passent par là.

  • NoComent le 27.09.2021 09:44 Report dénoncer ce commentaire

    Contrairement à ce qu'en pensent certains l'avortement est toujours un traumatisme pour la femme qui est obligée d'y avoir recours. Physique d'abord, mais surtout moral car souvent traitée en paria alors que le géniteur n'est jamais inquiété et ne risque pas la prison. Dans certains pays les femmes sont obligées de garder les enfants de viol, dans d'autres elles sont emprisonnées suite à des fausses couches. Elles sont victimes de double peine depuis toujours, il est temps de quitter le Moyen-Âge

Les derniers commentaires

  • domino le 27.09.2021 11:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Interdiction totale en Europe, Malte, Andorre, Saint-Marin. Pour la Pologne , la quasi interdiction de l'avortement est entrée en vigueur en cas de malformation du fœtus (trisomie 21 etc...) en janvier dernier. C'est la pire, car on ne naît pas "parent(s)d'enfant handicapé", on doit pouvoir le choisir par conviction personnelle ! Un recul dramatique pour l'Europe.

  • animal le 27.09.2021 10:15 Report dénoncer ce commentaire

    Des lois faites par des hommes. Aucune femme denué de bon sens n'accecpterai une loi qui lui interdit d'avorter et ce pour les raisons qu'elle est seule a connaitre. Si demain je voudrais avorter cela ne regarde que moi c'est ma conscience qui devra vivre avec cet acte et personne d'autre. Alors messieurs occupez-vous de ce qui vous regarde et laisser nous vivre.

  • NoComent le 27.09.2021 09:44 Report dénoncer ce commentaire

    Contrairement à ce qu'en pensent certains l'avortement est toujours un traumatisme pour la femme qui est obligée d'y avoir recours. Physique d'abord, mais surtout moral car souvent traitée en paria alors que le géniteur n'est jamais inquiété et ne risque pas la prison. Dans certains pays les femmes sont obligées de garder les enfants de viol, dans d'autres elles sont emprisonnées suite à des fausses couches. Elles sont victimes de double peine depuis toujours, il est temps de quitter le Moyen-Âge

  • Sam1952 le 27.09.2021 09:23 Report dénoncer ce commentaire

    Sommes nous vraiment en 2021 ,? Le droit d’avortement , c’est un droit de choix , qui concerne uniquement la femme . Vaut il mieux mettre un enfant au monde , non désiré , mal aimé , voir maltraiter ou abandonné ? , ce que nous rencontrons partout , et qui construit une future société de violences , de malades …. Oui à l’avortement !

  • I.F. le 27.09.2021 08:39 Report dénoncer ce commentaire

    L'avortement, n'est pas un moyen de contraception banal, c'est une opération lourde pour le corps et pour le moral. Il vaut mieux mettre l'accent sur la prévention des grossesses. Le foetus est un être vivant (humain). Mais toutes les grossesses ne vont pas à leur terme un enterrement et un deuil pour les parents sont obligatoirs. Certains parents ne peuvent garder un enfant à venir, il faut recourrir à l'avortement dans le dernier cas. Ces cas doivent être considérés comme des grossesses non terminées. C'est à éviter mais courage à celle qui passent par là.