En Italie

14 novembre 2019 19:58; Act: 15.11.2019 10:29 Print

L'état d'urgence a été décrété à Venise

Le gouvernement italien a décrété jeudi, l'état d'urgence pour catastrophe naturelle à Venise, dévastée deux jours plus tôt par la pire marée haute en 53 ans.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L'eau a envahi les églises, commerces, musées et hôtels de ce joyau classé au patrimoine mondial. Chaises, bottes, parapluies et objets souvenirs exposés en plein soleil: les 50 000 habitants du centre historique ont profité d'une embellie pour tenter de faire sécher leurs logements ou le contenu de leurs échoppes.

La marée haute du matin a été plutôt modérée, atteignant 1,13 m (à 10h30), loin des 1,87 m de mardi soir, le deuxième record historique derrière celui du 4 novembre 1966 (1,94 m). Grâce à ce répit, l'humeur était plutôt joyeuse, les touristes s'amusant à sillonner l'immense place Saint-Marc chaussés de bottes en plastique, orange, bleues ou jaunes, ou à siroter un café les pieds dans l'eau, dans les quelques bars ou restaurants ouverts.

Des dégâts énormes

La Sérénissime, le surnom de cette cité lacustre, reçoit 36 millions de touristes par an dont 90% d'étrangers. Pour Manon Gaudre, voir Venise sous les eaux est «une expérience unique» mais cette touriste française de 22 ans s'inquiète des «dégâts aux monuments et aux personnes». La Basilique Saint-Marc ou le théâtre de la Fenice ont en effet été la proie d'une eau boueuse et salée venue de la lagune.

Cornelia Litschauer, une Autrichienne de 28 ans, son chihuahua blanc Pablo dans les bras, juge aussi la situation «étrange: les touristes prennent des photos mais la ville souffre». Des hôtels dont la Locanda Al Leon commencent à déplorer des annulations pour les fêtes de fin d'année. Dans la séquence de marées actuelle, le dernier pic périlleux, d'1,45 m, est attendu pour vendredi vers 11h20 (10h20 GMT), selon le Centre de surveillance de la mairie. De fortes averses et du vent sont en outre annoncés sur toute la région.

Après une réunion de crise à la préfecture, le Premier ministre Giuseppe Conte a parcouru les canaux qui ont rendu Venise célèbre dans le monde entier, pour réconforter les commerçants, nombreux à garder portes closes, comme les musées et les écoles. «Le cabinet a approuvé l'état d'urgence à Venise», a écrit en début de soirée, M. Conte, dans un tweet, ajoutant que 20 millions d'euros allaient être débloqués «pour les interventions les plus urgentes».

Cette procédure, souvent utilisée dans une Italie régulièrement frappée par des désastres (séismes, éruptions volcaniques et glissements de terrain), dote le gouvernement de «pouvoirs et moyens exceptionnels». Les dégâts, d'ores et déjà chiffrés à «des centaines de millions d'euros», devront donner lieu à des évaluations précises, mais, en attendant, le décret permettra «immédiatement» de verser «5 000 euros pour les particuliers et 20 000 euros pour les commerces», selon M. Conte.

Un comité spécial sur Venise se réunira aussi le 26 novembre pour «discuter de la gestion générale des problèmes», dont un plan de contournement du centre historique pour les paquebots de croisière et le méga-projet Moïse de digues censées protéger la lagune.

Les responsables politiques affluent au chevet de la Sérénissime: l'ancien Premier ministre Silvio Berlusconi y est allé jeudi, l'ex-ministre de l'Intérieur de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini devrait s'y déplacer vendredi. Indifférents à ce ballet, les Vénitiens se réorganisent. «Je vis de ça, que puis-je faire d'autre?», explique à l'AFP Stefano Gabbanotto, 54 ans, en ouvrant près du Palais Ducal son kiosque à journaux. Pour Jay Wong, 34 ans, et sa fiancée Sabrina Lee, leur voyage à Venise s'est transformé en «une aventure» et «une bonne expérience».

Pour le ministre de l'Environnement Sergio Costa, la fragilité de Venise s'est accrue en raison de la «tropicalisation» de la météo, avec d'intenses précipitations et de fortes rafales de vent, liée au réchauffement climatique.

Les écologistes montrent aussi du doigt l'expansion du grand port industriel de Marghera, situé en face sur la terre ferme, et le défilé des bateaux de croisière géants. L'«acqua alta» record de mardi a submergé 80% de la cité lacustre, provoqué la mort d'un septuagénaire, renversé des gondoles et des vaporetti (autobus fluviaux) et entraîné plus de 400 interventions des pompiers.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Spaghetti Tonno le 14.11.2019 20:23 Report dénoncer ce commentaire

    dernière catastrophe historique: 1966. Décision de prendre des mesures... 53 ans plus tard nouvelle catastrophe, le plan "Mose" est inachevé... à qui la faute?

  • Sleepy le 15.11.2019 01:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...ils ont une solution,comme vous pouvez le voir sur ce lien https://youtu.be/bYAysXU0r7o Mais ils ne les ont pas installé. Allez savoir pourquoi. :(

Les derniers commentaires

  • Sleepy le 15.11.2019 01:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...ils ont une solution,comme vous pouvez le voir sur ce lien https://youtu.be/bYAysXU0r7o Mais ils ne les ont pas installé. Allez savoir pourquoi. :(

  • Spaghetti Tonno le 14.11.2019 20:23 Report dénoncer ce commentaire

    dernière catastrophe historique: 1966. Décision de prendre des mesures... 53 ans plus tard nouvelle catastrophe, le plan "Mose" est inachevé... à qui la faute?