Décès de Kobe Bryant

27 janvier 2020 14:46; Act: 27.01.2020 15:10 Print

L'identité des victimes du crash se précise

Kobe Bryant et sa fille Gianna sont décédés dans un crash d'hélicoptère, dimanche, en Californie. Un coach et sa fille faisaient aussi partie des victimes.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est en se rendant en hélicoptère à un tournoi dans laquelle l'équipe, surnommée la «Mamba Team» en référence à l'un des surnoms de Kobe Bryant, devait s'aligner, qu'ils ont trouvé la mort. Kobe Bryant et sa fille étaient notamment accompagnés d'une de ses coéquipières et de ses parents.

L'Orange Coast College, établissement universitaire situé dans le comté d'Orange, a en effet indiqué que son entraîneur de baseball, John Altobelli, 56 ans, se trouvait à bord de l'hélicoptère. Selon CNN, son épouse, Keri, et l'une de leurs deux filles, Alyssa, étaient également à bord de l'appareil.

«La même personnalité»

À croire son père, Kobe Bryant, modèle de professionnalisme et d'exigence durant toute sa carrière passée sous le maillot des Lakers de 1996 à 2016, Gianna, qu'il surnommait affectueusement Gigi, était, comme lui, obnubilée par le basket. «Ce que j'aime chez Gigi, c'est sa curiosité pour le basket, elle s'intéresse à tout (...) Dans des situations complexes durant un match, elle a cette faculté rare à analyser ce qui se passe et me poser la bonne question», avait expliqué l'emblématique n°24 des Lakers au quotidien Los Angeles Times en octobre dernier.

«C'est un privilège de la voir jouer et de voir comme elle se déplace sur un parquet, certaines de ses expressions aussi (...) C'est fou de voir comme la génétique marche», avait-il ajouté. Gianna aurait même réallumé la passion du basket pour son père, dont la fin de carrière a été émaillée de graves blessures et de désillusions sportives avec les Lakers.

Son parcours était quasiment déjà tracé: elle voulait rejoindre «à tout prix», selon son père, l'université de Connecticut, référence du basket américain, avant de tenter sa chance en WNBA. Son père et son parrain Rob Pelinka, ancien agent de Kobe et manager général des Lakers, lui avaient fait rencontrer des stars et des entraîneurs du basket féminin.

Plus que ses illustres patronyme et ascendance, ce sont ses aptitudes sur les parquets qui avaient tapé dans l’œil, notamment de l'entraîneur de l'équipe des LA Sparks, la franchise de basket féminin basé à Los Angeles. «Ils ont la même façon de faire et la même personnalité», expliquait Derek Fisher, ancien coéquipier... de Bryant aux Lakers. Elle avait même hérité d'un surnom inspiré par celui de son «Black Mamba» de père: pour beaucoup, elle était déjà «Mambacita», la petite Mamba en espagnol.

Gianna Bryant filmée par papa

À 13 ans, elle intéressait déjà les plus grandes universités américaines et franchises de la WNBA, le championnat professionnel féminin: Gianna Bryant devait reprendre sur les terrains de basket le flambeau de son père Kobe, aux côtés de qui elle a trouvé la mort dimanche dans un accident d'hélicoptère.

Quand les supporters des Los Angeles Lakers lui demandaient s'il ne regrettait pas de n'avoir eu que des filles, Kobe Bryant souriait. Le père de Natalia (17 ans), qui joue au volley-ball, de Gianna, de Bianka (3 ans) et de Capri (sept mois), pressentait qu'il avait trouvé son héritière. «C'est quelqu'un de spécial» quand elle joue au basket, avait expliqué le quintuple champion NBA en 2018 lors de la célèbre émission de fin de soirée de Jimmy Kimmel.

«Lorsque des fans me disent devant elle, il faut que t'aies un garçon pour qu'il poursuive la dynastie, elle me dit: Je m'en occupe, ne t'inquiète pas», avait-il ajouté, très fier.

Gianna Bryant, dont le prénom comme celui de ses trois sœurs a une consonance italienne, souvenir des années passées d'enfance en Italie par leur père, était devenue son ombre. Elle l'accompagnait à des matches de NBA et WNBA, elle se perfectionnait à ses côtés dans le gymnase de leur villa et il entraînait l'équipe de son collège.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • citoyen le 28.01.2020 01:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quel drame je pense fortement à son épouse

  • Calmivet le 28.01.2020 07:56 Report dénoncer ce commentaire

    Gianna Bryant la fille, Ara Zobayan, le pilote, John, Keri et Alyssa Altobelli, les amis, Christina Mauser, l'entraîneure de Gianna, Sarah et Payton Chester coéquipère de Gianna et sa mère. Une hécatombe, quelle tristesse ...

  • briciola le 27.01.2020 18:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    toute mes condoleances a sa famille cest triste.

Les derniers commentaires

  • Calmivet le 28.01.2020 07:56 Report dénoncer ce commentaire

    Gianna Bryant la fille, Ara Zobayan, le pilote, John, Keri et Alyssa Altobelli, les amis, Christina Mauser, l'entraîneure de Gianna, Sarah et Payton Chester coéquipère de Gianna et sa mère. Une hécatombe, quelle tristesse ...

  • citoyen le 28.01.2020 01:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quel drame je pense fortement à son épouse

  • NoComent le 27.01.2020 22:42 Report dénoncer ce commentaire

    Je plains la mère/épouse...

  • clo le 27.01.2020 21:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    très triste RIP condoléances a leurs familles ????????????

  • cookie le 27.01.2020 18:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    R.I.P