Grande Canarie

21 août 2019 07:31; Act: 21.08.2019 11:09 Print

L'incendie faiblit, des habitants reviennent

Des habitants évacués en raison de l'incendie qui s'est déclaré samedi sur l'île touristique espagnole de Grande Canarie commençaient à rentrer chez eux mardi soir.

storybild

L'incendie était mardi soir «en phase de stabilisation». (photo: AFP/Desiree Martin)

Sur ce sujet
Une faute?

Déclaré samedi, l'incendie, d'une virulence rare avec des flammes atteignant par endroits 50 mètres de haut, faisait craindre lundi un «drame environnemental» aux autorités dans deux réserves protégées de l'île.

«Le degré de gravité auquel nous nous attendions initialement est nettement plus faible, c'est une très bonne nouvelle», a déclaré en conférence de presse le chef des services d'urgence de l'île, Federico Grillo. «Nous avons de la puissance et l'incendie est dans nos capacités d'extinction, nous avons largement ce qu'il faut», a-t-il avancé.

Aucune victime

L'incendie, le troisième en dix jours dans l'île, était mardi soir «en phase de stabilisation» mais n'était toujours pas classé comme circonscrit, a précisé le président des Canaries Angel Victor Torres. Selon le dernier bilan, il a parcouru 10 000 hectares. Une partie des habitants évacués ont été autorisés à regagner leur domicile, a annoncé M. Torres.

Le tourisme, moteur économique de l'archipel situé dans l'Atlantique face aux côtes marocaines, n'a pas souffert de l'incendie, ont assuré les autorités: le gros des touristes s'agglutine plutôt sur les plages de l'île, la deuxième plus fréquentée de l'archipel des Canaries, plutôt que l'intérieur des terres, prisé des randonneurs.

«Réservoirs de biodiversité»

Le parc naturel de Tamadaba, une forêt de pins parmi les plus sauvages de la région, a été moins touché que ne le craignaient les autorités. «Il y a des zones touchées par des feux de forte intensité, mais une grande partie a brûlé en surface» seulement, a déclaré Federico Grillo.

Avec 2 000 hectares de pinèdes et 7 500 hectares protégés de ravins et de massifs s'élevant jusqu'à 1 400 mètres d'altitude, ce parc abrite une trentaine de plantes endémiques de l'île volcanique. «Tamadaba est l'un des grands réservoirs de biodiversité de Grande Canarie», explique à l'AFP Manuel Nogales, chercheur aux Canaries pour le centre public de recherche scientifique.

Les efforts des pompiers et le vent moins violent ont en outre évité que le feu n'atteigne la réserve d'Inagua, où vit le pinson bleu, un oiseau endémique des îles Canaries dont il ne reste que 400 spécimens environ. «Ce n'est pas pour les pins que nous devons le plus nous inquiéter. Ce qui est préoccupant, c'est le reste des espèces qui ont brûlé ou ont fui. Les pins reverdiront bientôt, mais le reste de la végétation et de la faune mettra plus de temps», avertit Juli Caujapé.

(M.M.)