Diplomatie

02 août 2020 10:59; Act: 03.08.2020 14:32 Print

L'Iran a arrêté un chef «terroriste» basé aux États-​​Unis

Après l’arrestation de Jamshid Sharmahd, accusé d’être derrière un attentat en 2008 en Iran, Téhéran s’en est pris aux États-Unis.

storybild

Selon le ministère des Renseignements, Jamshid Sharmahd a organisé l’attentat de 2008 contre une mosquée à Chiraz qui avait fait 14 morts et quelque 200 blessés. (photo: AFP/str)

Sur ce sujet
Une faute?

L’Iran a affirmé samedi avoir arrêté le chef d’un «groupe terroriste» basé aux États-Unis, et accusé d’être derrière un attentat meurtrier perpétré dans une mosquée du sud du pays en 2008.

«Jamshid Sharmahd, chef du groupe terroriste Tondar (basé) aux États-Unis (…), est désormais entre les mains» des services du renseignement iranien, a indiqué le ministère des Renseignements, dans un communiqué cité par la télévision d’État. Le communiqué ne précise ni où, ni comment, ni quand Jamshid Sharmahd, qui résidait d’habitude aux États-Unis, a été arrêté mais a évoqué une «opération compliquée».

14 morts et 200 blessés

Dans ce contexte, l’Iran s’en est pris aux États-Unis, son ennemi, pour avoir accueilli Jamshid Sharmahd, les accusant «de soutenir des terroristes connus qui ont revendiqué la responsabilité de plusieurs actes terroristes à l’intérieur» du territoire iranien.

«Ce régime (NDLR: les États-Unis, ) doit répondre de son soutien à ce groupe terroriste et à d’autres groupes (…) qui orchestrent des opérations armées et de sabotage contre le peuple iranien depuis l’Amérique et versent le sang des Iraniens», a déclaré le ministère des Affaires étrangères, dans un communiqué. Selon le ministère des Renseignements, Jamshid Sharmahd a organisé l’attentat de 2008 contre une mosquée à Chiraz, qui avait fait 14 morts et quelque 200 blessés.

Le département d’État américain a réagi dans la nuit de samedi à dimanche. «Nous avons eu connaissance d’informations relatives à la détention de Jamshid Sharmahd. Le régime iranien a une longue expérience de détention d’Iraniens et de ressortissants étrangers sous de fausses accusations. Nous exhortons l’Iran à la transparence la plus complète et à respecter toutes les normes juridiques internationales», a dit un porte-parole.

(L'essentiel/afp)