Aux États-Unis

21 septembre 2019 15:45; Act: 21.09.2019 16:02 Print

La centrale nucléaire de Three Mile Island arrêtée

La centrale nucléaire américaine Three Mile Island, la plus célèbre pour un accident survenu en 1979, a été définitivement fermée.

storybild

Le 28 mars 1979, Three Mile Island avait connu un problème de refroidissement, doublé d'une erreur humaine, qui avait entraîné la fonte partielle du réacteur. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le dernier réacteur de la centrale atomique américaine de Three Mile Island, en Pennsylvanie, a été arrêté définitivement vendredi. Le site est connu pour avoir été le théâtre du plus grave accident nucléaire civil de l'histoire des États-Unis.

Le réacteur 1 de la centrale, qui avait été mis en service en septembre 1974, a été arrêté à midi heure locale (18 heures en Suisse), selon Exelon, propriétaire de la centrale. Bien que disposant d'une licence lui permettant de faire fonctionner le réacteur jusqu'en 2034, l'exploitant a décidé de l'arrêter prématurément, car le site était déficitaire depuis de nombreuses années.

En 2074

Durant les prochaines semaines, le personnel de la centrale va vider le combustible du réacteur pour le stocker dans la piscine destinée à cet effet. Ensuite, démarrera le démantèlement du site, situé au bord de la rivière Susquehanna, à environ 150 km de Philadelphie et de Baltimore, a précisé Exelon.

Le démantèlement des éléments principaux, notamment les tours de refroidissement, ne débutera qu'en 2074, soit un siècle après la mise en service initiale.

140 000 personnes évacuées

Si beaucoup d'habitants souhaitaient la fermeture du réacteur, plusieurs élus de Pennsylvanie ont tenté, en vain, de mettre en place un plan de sauvetage, en vain. Si le réacteur 1 n'a connu aucun incident majeur en près d'un demi-siècle d'exploitation, le second a lui enregistré le plus sérieux accident de l'histoire du nucléaire civil américain. Le 28 mars 1979, à peine un an après sa mise en service, il avait connu un problème de refroidissement, doublé d'une erreur humaine, qui avait entraîné la fonte partielle du réacteur.

L'incident n'avait pas fait de victime mais nécessité l'évacuation de 140 000 personnes, entraîné la fermeture définitive du réacteur 2 et relancé le débat sur la dangerosité potentielle du nucléaire civil. Il avait fallu six ans pour relancer le réacteur numéro un de la centrale, non affecté par l'accident, malgré l'opposition d'une partie de la population locale et une série de recours en justice.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • heng le 21.09.2019 18:22 Report dénoncer ce commentaire

    moi aussi j'étais évacué, on la voyait de la maison au loin les jours clairs

  • MannVumFridden le 22.09.2019 00:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi aussi comme Heng j'étais évacué j'habite là-bas depuis que je suis parti du GDL en 1952 et déjà la construction était assez controversée il faut dire, stop au nucléaire !!!

  • Ronaldo 1998 le 22.09.2019 03:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est du poison le nucléaire il ont saccage la planète

Les derniers commentaires

  • Ronaldo 1998 le 22.09.2019 03:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est du poison le nucléaire il ont saccage la planète

    • Bob 78 le 22.09.2019 22:25 Report dénoncer ce commentaire

      Y a pire. Le plastique. Le classement serait long mais je vote pour le plastique dans les oceans, eux auront notre peau plus vite que le nucléaire.

  • MannVumFridden le 22.09.2019 00:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi aussi comme Heng j'étais évacué j'habite là-bas depuis que je suis parti du GDL en 1952 et déjà la construction était assez controversée il faut dire, stop au nucléaire !!!

  • Parfait le 21.09.2019 22:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Parfait, absolument parfait. Moins il y en a en activité, mieux on se porte.

  • heng le 21.09.2019 18:22 Report dénoncer ce commentaire

    moi aussi j'étais évacué, on la voyait de la maison au loin les jours clairs