Dans le monde

07 août 2020 07:51; Act: 07.08.2020 09:50 Print

La pandémie pousse les médias à licencier

La crise du Covid-19 met en difficulté de nombreux médias, que ce soit en presse écrite, en radio ou télévision, et les licenciements se multiplient.

storybild

Le New York Times a licencié 68 salariés de ses équipes de vente. (photo: AFP/Alastair Pike)

Sur ce sujet
Une faute?

Les licenciements, mesures de chômage partiel et baisses de salaires des dirigeants se sont multipliés dans les médias avec la crise du coronavirus, malgré un fort intérêt des lecteurs pour l’information et partout dans le monde, l’effondrement du marché publicitaire pèse.

En France, le quotidien régional La Marseillaise, qui était déjà fragile, a été frappé de plein fouet par le confinement et placé en liquidation judiciaire. Le Parisien prévoit de supprimer trente postes et ses éditions départementales. Prévoyant trois ans de pertes, le journal L’Equipe a demandé à ses salariés de rogner sur leur salaire et leurs RTT.

Les rédactions locales touchées

Après la liquidation de Paris-Normandie, son repreneur belge, le groupe Rossel, a annoncé qu’il allait supprimer un quart des effectifs, soit 60 postes. Le repreneur de Paris-Turf a également prévu de licencier une centaine de salariés du groupe hippique. Le nouveau propriétaire du magazine Grazia a annoncé de son côté la suppression de 31 postes. Au Royaume-Uni, le Guardian a annoncé 180 licenciements, et le magazine The Economist 90. Aux États-Unis, le groupe Conde Nast (Vogue, Wired, ou le New Yorker) a annoncé le licenciement d’une centaine de salariés sur 6 000. Vox Media (The Verge, New York MagazineNew York Times a licencié 68 salariés de ses équipes de vente.

Le groupe familial McClatchy, qui publie une vingtaine de journaux dont le Miami Herald, a été vendu à un fonds d’investissement, Chatham, après s’être placé en cessation de paiement. Depuis le début de la crise, plus de 36 000 employés des médias d’information américains, aux effectifs déjà resserrés ces dernières années, ont été concernés par des réductions de coûts, selon une analyse du New York Times. À travers le pays, une cinquantaine de rédactions locales, parfois centenaires, ont fermé, selon une liste mise à jour par le site Poynter.

Le web ralentit

L’information en ligne ne se porte pas mieux. Le groupe Vice Media compte licencier 55 salariés aux États-Unis et 100 à l’international, selon une note envoyée par la directrice du groupe aux employés, révélée par les médias américains. Au-delà de la crise sanitaire, la dirigeante a accusé les Gafa, géants du web, d’être une «menace» pour l’information en ligne et de prendre «pas seulement une plus grande part du gâteau mais le gâteau en entier», entraînant la perte de dizaines de milliers d’emplois dans le journalisme.

Le site d’information et de divertissement Buzzfeed, qui a annoncé dès la fin mars des réductions de salaires, de 5 à 25% en fonction du niveau de revenus, va également mettre fin à sa couverture de l’actualité au Royaume-Uni et en Australie, après avoir déjà quitté la France. Pour certains, la crise est l’occasion d’accélérer la transition vers un modèle économique par abonnement, plus stable. C’est le cas du site américain d’information économique Quartz, dont le propriétaire a annoncé le licenciement d’environ 40% des effectifs, principalement dans la régie publicitaire.

L’audiovisuel licencie

L’audiovisuel a également engagé des licenciements face aux premiers effets de la crise sanitaire. Au Royaume-Uni, la BBC a annoncé qu’elle allait supprimer 520 postes sur un total de 6 000 salariés, notamment dans ses programmes régionaux.

Les journalistes couvriront moins de sujets et travailleront en équipes centralisées au lieu de se consacrer à une émission en particulier, a précisé la directrice de l’information de la BBC. Aux États-Unis, NBCUniversal a diminué de 20% les plus hauts salaires.

Le géant ViacomCBS envisage de licencier 10% de ses 35 000 salariés, dans la production TV mais aussi dans ses parcs d'attractions, selon Bloomberg. En France, BFMTV/RMC a annoncé un plan social qui vise notamment à diviser par deux le recours aux intermittents, aux pigistes et aux consultants.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • TontonB le 07.08.2020 13:11 Report dénoncer ce commentaire

    Quel rapport avec le virus ? Il a bon dos le virus ...

  • Phi le 07.08.2020 10:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas au Luxembourg ???????? car la Presse est soutenue par le Gouvernement avec des millions€ pour sa que de bonne nouvelle et pas de profonde Recherche.

  • Titus le 07.08.2020 08:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La bonne blague, comme si le problème était récent : ça fait des années que les médias réduisent la voilure, les gens s'informent via internet, regardent des séries via des diffuseurs en ligne et les médias traditionnels, qui font pourtant un vrai travail de recherche et de recoupage des infos, enfin la plupart, sont en perte de vitesse.

Les derniers commentaires

  • TontonB le 07.08.2020 13:11 Report dénoncer ce commentaire

    Quel rapport avec le virus ? Il a bon dos le virus ...

  • Phi le 07.08.2020 10:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas au Luxembourg ???????? car la Presse est soutenue par le Gouvernement avec des millions€ pour sa que de bonne nouvelle et pas de profonde Recherche.

  • étrange le 07.08.2020 08:39 Report dénoncer ce commentaire

    Ils doivent licencier après un scope qu'ils sont en train de déferler le long et le large depuis des mois?

  • Titus le 07.08.2020 08:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La bonne blague, comme si le problème était récent : ça fait des années que les médias réduisent la voilure, les gens s'informent via internet, regardent des séries via des diffuseurs en ligne et les médias traditionnels, qui font pourtant un vrai travail de recherche et de recoupage des infos, enfin la plupart, sont en perte de vitesse.