Au Liban

03 novembre 2019 22:23; Act: 04.11.2019 09:03 Print

La place des Martyrs à Beyrouth noire de monde

Des milliers de manifestants réclamant la «chute du régime» ont occupé les rues de plusieurs grandes villes au Liban, dimanche.

storybild

«Nous sommes venus dire que la force du changement est désormais aux mains du peuple». (photo: AFP/Patrick baz)

Sur ce sujet
Une faute?

Brandissant des drapeaux libanais et réclamant la «chute du régime», plusieurs milliers de personnes ont envahi dimanche les rues de Beyrouth et d'autres grandes villes, quelques heures après un vaste rassemblement des partisans du président Michel Aoun.

Le chef de l’État a appelé à l'unité pour soutenir son programme de réformes, alors que depuis le 17 octobre le Liban est secoué par un soulèvement inédit ayant mobilisé des centaines de milliers de manifestants, qui crient leur ras-le-bol face à une classe politique jugée corrompue et incompétente et une économie au bord du gouffre.

Manifestants par milliers

Dimanche soir la place des Martyrs, au cœur de Beyrouth, était noire de monde. Les manifestants ont afflué par milliers avec leurs drapeaux et leurs pancartes rivalisant d'inventivité, a constaté une correspondante de l'AFP.

«Révolution !», scandait un manifestant, salué par les vivats et les sifflements de la foule qui reprend en chœur les principaux slogans du mouvement, accompagnée par les rythmes d'une musique électro et les applaudissements. «Le peuple veut la chute du régime», «Tous veut dire tous», ont crié les manifestants.

«Tyr, Tyr, Tyr, c'est pour toi que nous nous révoltons»

«Nous sommes tous unis face aux chefs qui nous dirigent depuis 40 ans mais qui n'ont rien changé dans ce pays», lance Abir Mourad, 37 ans, venue tout spécialement de Tripoli, grande ville du nord. «Nous sommes venus dire que la force du changement est désormais aux mains du peuple».

«Tyr, Tyr, Tyr, c'est pour toi que nous nous révoltons», «Banlieue (sud) nous sommes avec toi jusqu'à la mort», ont scandé les manifestants, en référence à des bastions du mouvement chiite du Hezbollah qui est contre la plupart des demandes du mouvement de contestation.

«J'appelle à l'union»

Partie du Musée national à Beyrouth, une marche féministe rassemblant quelques centaines de femmes et d'hommes, s'est dirigée plus tôt dans la journée vers la place des Martyrs. «Notre révolution est féministe», pouvait-on lire en rouge sur une bannière brandie par des manifestantes. Enveloppés dans des draps blancs, une corde autour du cou accrochée à une potence, trois manifestants alignés miment la mise à mort des maux dont souffrent encore le pays selon eux, notamment le confessionnalisme.

Des rassemblements ont également eu lieu dans les deux grandes villes côtières du sud, Tyr, majoritairement chiite, et Saïda, majoritairement sunnite, d'après l'agence d'information libanaise. Pendant près de deux semaines le Liban est resté quasi-paralysé. Mais le pays a retrouvé ces derniers jours un semblant de normalité avec la réouverture des banques et des écoles, faisant craindre un essoufflement de la contestation. Les barrages routiers, installés par les contestataires pour gêner les autorités, ont été progressivement levés.

Rassemblement pro-président

Plus tôt dimanche, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées en soutien au président Michel Aoun à Baabda, au sud-est de la capitale, sur la route menant au palais présidentiel, a constaté un photographe de l'AFP.

«J'appelle tout le monde à l'union», a lancé M. Aoun dans une courte allocution à l'intérieur du palais, s'adressant à ses partisans mais aussi aux contestataires, refusant de voir se dérouler «une manifestation contre une autre manifestation».

La foule compacte s'étalait sur près de deux kilomètres, d'après le photographe de l'AFP. Certains participants brandissaient des drapeaux libanais et des étendards orange, couleur du parti de M. Aoun, le Courant patriotique libre (CPL). D'autres exhibaient des portraits du président de 84 ans.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.