Aux Bahamas

05 septembre 2019 07:10; Act: 05.09.2019 10:14 Print

Le bilan passe à 20 morts après le passage de Dorian

L'ouragan Dorian, qui a défiguré une partie des Bahamas, a fait au moins 20 morts, selon un nouveau bilan publié mercredi.

Sur ce sujet
Une faute?

Le bilan des morts après le passage de l'ouragan Dorian aux Bahamas est monté de sept à vingt, a annoncé mercredi le ministre de la santé. «Les opérations de sauvetage et l'exploration des maisons qui ont été inondées viennent juste de commencer», a-t-il précisé.

Dix-sept morts ont été retrouvés sur les îles Abacos et trois sur celle de Grand Bahama. Mais vu l'ampleur des dévastations, le bilan risque encore de s'alourdir.

Selon le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les affaires humanitaires, quelque 70 000 personnes ont besoin d'une aide immédiate. L'ONU a débloqué un million de dollars de son fonds d'urgence.

Cette somme doit permettre d'acheminer une première aide aux sinistrés, comme de la nourriture, de l'eau, des abris et des médicaments, a précisé Mark Lowcock, à quelques journalistes lors d'un appel téléphonique de Nassau, où il s'est rendu pour une visite de quelques heures.

La destruction est catastrophique dans l'archipel des Caraïbes. Des centaines de maisons ont vu leur toit s'envoler, des voitures étaient submergées par les inondations, des bateaux étaient en miettes. La Croix-Rouge a indiqué que 13 000 maisons pourraient avoir été endommagées ou détruites.

Jusqu'à 76 cm de pluie tombée

Dorian s'est acharné sur l'archipel, au-dessus duquel il est resté quasi immobile longtemps, faisant tomber jusqu'à 76 cm de pluie. Marsh Harbour, la principale ville des îles Abacos, a été détruite à 60%, selon le Premier ministre des Bahamas, Hubert Minnis. L'aéroport était sous l'eau et la piste était inondée, toute la zone ressemblant à un lac.

À l'aéroport de Nassau, la capitale, la ronde des hélicoptères des secours s'envolant pour les zones dévastées du nord de l'archipel a débuté dès mercredi matin, tandis que plusieurs ambulances attendaient de transporter les blessés rapatriés vers les hôpitaux locaux. Les garde-côtes américains et la marine britannique participaient mercredi aux secours.

«Tout ce que nous avons, que nous avions, se trouve sur cette île. Il ne nous reste rien», s'attriste Meghan Bootle, 21 ans, étudiante à Nassau dont la famille vit dans le nord de Grand Abaco.

Les appels aux dons se sont multipliés. Plusieurs églises organisaient des collectes dans le quartier de Coconut Grove, berceau de la communauté bahaméenne à Miami, en Floride. «L'élan de soutien, de générosité est génial», a constaté Robert Neher, réfugié en Floride. Ne faisant pas confiance au gouvernement des Bahamas pour apporter son soutien à la population, il a lui-même lancé une cagnotte en ligne pour récolter des fonds.

Plusieurs parties de la côte sud-est des États-Unis, où vivent des millions de personnes, ont été placées en état d'urgence. Des ordres d'évacuation obligatoires ont été émis dans plusieurs zones.

Donald Trump a annoncé mardi soir avoir décrété l'état d'urgence en Caroline du Nord, pour débloquer des fonds de manière préventive, «en espérant ne pas en avoir besoin». Il a également appelé la population à rester prudente. «S'il vous plaît, ne baissez pas la garde. Alors qu'il se dirige vers la côte, beaucoup de choses mauvaises et imprévisibles peuvent arriver!», a-t-il tweeté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Réaliste le 05.09.2019 09:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout le monde a fait son travail nous qui donnons des coups de pieds a la nature et elle qui nous les rend .Je crois à ce jeu nous allons perdre.

Les derniers commentaires

  • Réaliste le 05.09.2019 09:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout le monde a fait son travail nous qui donnons des coups de pieds a la nature et elle qui nous les rend .Je crois à ce jeu nous allons perdre.