Coronavirus

01 juin 2020 10:07; Act: 01.06.2020 15:13 Print

L’hydroxychloroquine divise le monde

L’étude sur le dérivé de la chloroquine, qui juge la molécule inefficace face au Covid-19, a incité certains pays, comme le Luxembourg à arrêter son utilisation.

storybild

Selon l’étude de The Lancet, l’hydroxychloroquine augmenterait le risque de décès. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Bannie par certains pays, promue par d’autres: la planète est plus que jamais divisée sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine pour traiter le nouveau coronavirus depuis la publication d’une étude contestée jugeant la molécule inefficace, voire néfaste.

L’étude, publiée le 22 mai dans la revue scientifique The Lancet, conclut que l’hydroxychloroquine (HCQ), dérivée de l’antipaludéen chloroquine, n’est pas efficace contre le Covid-19 et qu’elle augmente même le risque de décès et d’arythmie cardiaque. Sa méthodologie a toutefois été remise en cause par une partie de la communauté scientifique, tout comme l’avaient été les méthodologies de précédentes études louant son efficacité.

Bannie par certains pays…

L’étude a poussé de nombreux pays à arrêter l’utilisation de la molécule, comme le Luxembourg et la France. D’autres pays, comme l’Italie, l'Egypte, la Tunisie, la Colombie, le Chili, le Salvador, le Cap-Vert, l’Albanie ou la Bosnie-Herzégovine, ont également suspendu la prescription d’HCQ aux patients Covid-19. En Italie, toutefois, son administration reste possible dans le cadre d’essais cliniques. De son côté, la Hongrie n’utilise plus la molécule «pour les nouveaux patients», tout en continuant le traitement de «ceux qui avaient déjà commencé à le prendre», selon un porte-parole du gouvernement. Nombreux sont les pays qui, au contraire, louent l’efficacité de l’hydroxychloroquine et ne souhaitent pas s’en passer.

C’est le cas du Brésil, de l’Algérie, du Maroc, de la Turquie, de la Jordanie, de la Thaïlande, de la Roumanie, du Portugal, du Kenya, du Sénégal, du Tchad ou encore du Congo-Brazzaville.

Beaucoup de succès

«Nous avons traité des milliers de cas avec ce médicament avec beaucoup de succès à ce jour. Et nous n’avons pas noté de réactions indésirables», a déclaré à l’AFP le docteur Mohamed Bekkat, membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie en Algérie. Selon lui, l’étude publiée dans The Lancet «prête à confusion» car elle «semble concerner des cas graves pour lesquels l’hydroxychloroquine n’est d’aucun secours», alors que la molécule «s’est révélée efficace quand elle est utilisée précocement».

La Russie, Bahreïn, le sultanat d’Oman et les Emirats arabes unis n’ont pas non plus, pour l’heure, suspendu son utilisation. En Iran, des messages postés récemment sur les réseaux sociaux par des patients montrent que la molécule continue d’y être prescrite.

De nombreux essais stoppés

L’Inde et le Venezuela continuent quant à eux un usage prophylactique (en prévention) de l’hydroxychloroquine. Les autorités sanitaires indiennes assurent n’avoir détecté «aucun effet secondaire majeur». De son côté, Cuba continue d’utiliser l’HCQ mais va réviser ses protocoles pour introduire des précautions supplémentaires.

Aux Etats-Unis, l’hydroxychloroquine ne peut en principe être administré à des patients Covid-19 qu’à l’hôpital, mais l’agence du médicament (FDA) mettait en garde dès avril contre des risques d’arythmie cardiaque. Fervent défenseur de la molécule, le président Donald Trump a assuré qu’il en prenait quotidiennement à titre préventif, avant d’annoncer peu après la publication de l’étude du Lancet avoir arrêté.

L’article du Lancet a provoqué la suspension de nombreux essais cliniques, comme des programmes Solidarity (OMS) et Discovery (Europe, coordonné par l’Inserm), qui ont arrêté d’inclure de nouveaux patients.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • benvoyons le 01.06.2020 10:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la ou le fric ira ce médicament s arretera bien jouer sanofy et tous ces ministres de la santé médecin pas souvent au jugement peu intéresser sans doute...on appel ça de la politique profitable à des amis...

  • PERRY LE JAUNE. le 01.06.2020 11:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les opposants au protocole du Professeur Didier RAOULT, seraient responsables de milliers de morts. Espérons qu'ils soient rapidement condamnés pour leurs actes.

  • Dede le 01.06.2020 11:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stop ???? passez à autre chose ont nous a gavé avec sa pendant tout le confinement.quand le remède sera trouvé soignez les malades avec et point barre un moment donné il faut arrêter de stresser les gens

Les derniers commentaires

  • Oizirbaf le 02.06.2020 08:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et nos politiciens, qui prennent leur décisions d’après les scientifiques, ne savent plus où donner de la tête. Qui nous dirige ? J’ai pas voté pour qu’un docteur nous dicte notre vie. On dirait que tout est maintenant géré par les “scientifiques “ . Chacun son métier.

    • NoComent le 02.06.2020 18:36 Report dénoncer ce commentaire

      Quand votre évier est bouché vous appelez un plombier, quand votre voiture est en panne vous appelez un garagiste ...quand c'est une question médicale vous vous adressez a un médecin, c'est aussi simple que ça. Les membres d'un gouvernement n'étant pas formés aux questions médicales il est normal qu'ils s'adressent à un comité scientifique composé, en principe, de spécialistes. Le problème ce n'est pas la démarche mais les intentions du marionnettiste qui tire les ficelles

    • Pression politique le 03.06.2020 15:09 Report dénoncer ce commentaire

      Je préfère, et de loin, confier ma vie à un scientifique de haut niveau plutôt qu'à un politicien de niveau zéro, manipulé tel un pantin. Il faut remettre une élite à la tête et dans les rangs de nos gouvernements et non pas placer le copain de la copine d'une incapacité effarante et qui ne sait pas de quoi il parle. Ceux qui nous gouvernent, pas forcément à la hauteur non plus, s'entourent de cette sorte d'individus pour être certains qu'ils ne leur feront pas de l'ombre. Et ce sont tous ces gens là qui se permettent de nous dicter notre conduite!? La limite du tolérable est franchie.

  • julie le 01.06.2020 17:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A non ! c est quoi alors ?

  • Ce n'est pas l'étude le 01.06.2020 17:29 Report dénoncer ce commentaire

    Si la presse ne s'en mêlait, l'incident prendrait son traitement habituel chez les scientifiques. Des biais, conflits d’intérêt et manipulations y existent déjà en une culture qui cherche de produire des nouveaux (hyperchers) médicaments et saboter tout obstacle qui rencontre. C'est la presse (AFP, contrôlant les fake-news) qui a forcé les événements. Il faut alors se méfier de la presse, son rôle est de vendre des nouvelles (fabriquer) et ne pas d'informer. Si personne n'en avait pas lu, il y aurait eu aucun inconvénient. Tout ce qu'on lit au journaux n'est pas nécessairement vrai!

  • renato le 01.06.2020 17:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est tout pour question de l’argent

  • renato le 01.06.2020 17:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Salut tout le monde, je vous dit le qu’esquissait ils on levé le médicament do marche parceque ça lutte contre le covid mais dans le marché cete un produit pas cher donc ils on mise or circulation pour après le vendre le même produit mais plus cher, c’est tout pour le bisness et la population fait rien.